25 janvier 2017

Bienvenue au monastère!

Avant-hier, nous sommes assis autour de la table pour souper et, comme à mon habitude, je questionne mes fils à propos de leur journée.

Voici la conversation que j'ai eue avec mon fils cadet qui est en 2e année:

Moi: Et toi, chaton, comment a été ta journée?

Chaton: Mme Stéphanie a baissé mon épingle.

Moi: Comment ça?

Chaton: J'ai chuchoté à mon ami.

Moi: À quel moment ça s'est passé? Pendant un test? Est-ce que Mme Stéphanie était en train d'expliquer quelque chose en avant de la classe?

Chaton: Non, c'était pendant la détente.

Moi: Pendant la détente? Tu n'as pas le droit de parler pendant la détente?

Chaton: Non.

Moi: Qu'est-ce que tu as le droit de faire pendant la détente?

Chaton: On peut lire, dessiner ou jouer à un jeu tout seul.

Moi: Personne ne dit un mot?

Chaton: Non.

Moi: Est-ce que tu travailles en équipe parfois?

Chaton: Non.

* * * * * * *

J'ai souvent écrit à propos des dérives autoritaires de l'école primaire québécoise sur ce blogue et on en a ici un autre magnifique exemple. Mon fils se fait avertir parce qu'il a CHUCHOTÉ à son ami pendant la période de DÉTENTE! Et il ne travaille à peu près JAMAIS en équipe. En d'autres termes, mon fils de 7 ans ne fréquente pas une école primaire, il fréquente un monastère, tabarnak!

On en est encore là, en 2017. Et ceci décrit parfaitement ce que j'ai vu dans les classes de la vaste majorité de mes collègues au cour des années.

C'est contre cet autoritarisme, cette intolérance et cette discipline outrancière que je me bats depuis des années. Et maintenant que je vois mes fils la subir, cela m'enrage encore plus.

Et après ça, on viendra s'étonner qu'un si grand nombre d'enfants, particulièrement des petits garçons, sont incapables de fonctionner dans un système pareil et qu'il faille les gaver de médicaments pour qu'ils y parviennent. Et on viendra s'étonner que des enfants, surtout des petits garçons, se rebellent dans un système aussi étouffant et oppressif et qu'ils se comportent mal.

À lire également:

SIIIIIIILEEEEENCE!


7 commentaires:

PJ a dit…

C'est pas pour te vexer, mais me semble qu'au monastère, les moines doivent parfois faire du travail en équipe, vu qu'ils suivent la règle de Saint Benoît (par exemple) qui demande de vivre du travail manuel. C'est pas facile de faire de la bière tout seul...

Prof Solitaire a dit…

J'en conclue que nos écoles primaires sont pires que des monastères...

Sébastien a dit…

Désolé, mais cet événement ne me choque pas particulièrement. Si c'est l'ambiance qui règne en tout temps, d'accord. Mais si c'est occasionnel et qu'il d'autres moments dans la journée pour se manifester plus librement. Toute est une question d'équilibre.

Ceci dit, c'est une impression personnelle et je n'ai aucune qualification en la matière alors je suis peut-être 100% dans le champ.

Sébastien

Prof Solitaire a dit…

Selon ce que me dit mon fils, le silence est total et constant. Il est même imposé pendant les moments de détente. C'est clairement abusif. Pas besoin d'être spécialiste, comment aimeriez-vous que votre patron vous impose le silence toute la journée, y compris pendant vos pauses? Les enfants ne sont pas moins humains que nous. Un traitement qui est intolérable pour des adultes ne devient pas acceptable pour des enfants.

Guillaume a dit…

C'est pas un monastère, c'est un cloître.

Sébastien a dit…

Je sens que mon commentaire t'a choqué, désolé.

Je comprends très bien ton point sachant que le silence est imposé en tout temps, ce qui n'était pas clair dans ton aritcle original.

Prof Solitaire a dit…

@ Guillaume: Bien vu!

@ Sébastien: Non, non, non, pas du tout, je t'assure. Je suis en colère, mais pas du tout contre toi et certainement pas à cause de ton commentaire. Désolé de t'avoir donné cette impression.