7 janvier 2017

L'abus d'enfants, c'est aussi ça...

Comme je l'ai souvent exprimé sur ce blogue, l'abus d'enfants est sans contredit le type de crimes qui me fait le plus serrer les poings. La naïveté, la vulnérabilité et l'innocence d'une victime mineure rend n'importe quel crime mille fois plus abominable.

J'ai récemment parlé d'un lecteur de ce blogue, un catho fanatique, qui considère parfaitement acceptable (et même admirable) qu'une enfant de 13 ans marie l'agresseur qui l'a mise enceinte. Il faut dire que les fanatiques cathos n'en sont pas à une abomination près perpétrées sur des enfants. Les crimes sexuels commis par des prêtres sur des mineurs font la une des journaux depuis des années. Ils ont tenté de cacher leurs pédos. Ils ont même le culot d'essayer de bloquer des lois anti-pédophiles!

Et encore là, je ne vous parle pas du meurtre d'enfants illégitimes et des crimes perpétrés contre des enfants amérindiens dans les pensionnats chrétiens au Canada.

Une autre des ignominies commises contre des enfants par les fanatiques religieux a été la persécution des enfants homosexuels, certains d'entre eux ayant même été envoyés dans des camps de réforme ou même soumis à des traitements aux électro-chocs!

Par chance, ces pratiques barbares demeurent le lot d'une frange de fanatiques et elles ne sont pas généralisées à toute la société. La vaste majorité des gens ont compris que si leur ado est homosexuel, ce n'est pas une question de choix mais que c'est tout simplement qui il est. Et que, dans les circonstances, il est du devoir du bon parent d'accepter et d'aimer son enfant tel qu'il est.

On pourrait croire que les homosexuels sont ceux qui sont les mieux placés pour comprendre ce concept d'acceptation et de respect inconditionnel de leurs propres enfants tels qu'ils sont.

Malheureusement, ce n'est pas toujours ce qui se passe.

De plus en plus, on entend parler de parents homosexuels qui souhaitent prendre des mesures pour forcer leurs propres enfants à être homosexuels ou transgenres. Évidemment, cela n'est pas moins monstrueux que les fanas chrétiens qui soumettent leurs enfants aux électro-chocs.

Il y a quelques mois, j'ai parlé de ce couple de lesbiennes qui a décidé d'administrer des inhibiteurs d'hormones à leur fils de 11 ans parce qu'elles ont décidé qu'il serait transgenre.

Malheureusement, ce type d'abus à l'égard des enfants perpétrés par des parents anti-hétéros ressemble de moins en moins à un cas isolé.

Voici l'exemple d'une femme qui travaille pour CNN:

Sally Kohn, a CNN contributor, lives with her partner Sarah Hansen and their daughter Willa Hansen-Kohn in Brooklyn, New York. In her recent essay for the Washington Post, Kohn writes, “I’m gay. And I want my kid to be gay, too.” (...) While Kohn, who calls being gay an “asset” and a “gift,” understands that her views are unconventional, she explains that any objections to her parenting style might reflect people’s own biases.

Elle veut que son enfant soit gay et elle considère que quiconque émet des réserves est automatiquement biaisé contre les homosexuels!

Cette mère veut savoir comment faire pour s'assurer que son fils de 3 ans soit gay:


Je vais être très, très clair...

Acceptez et aimez vos enfants comme ils sont!

Arrêtez d'essayer de les changer!

Vos enfants ont besoin de vous pour se bâtir une estime d'eux-mêmes solide et saine! Ils ont besoin de se sentir soutenus, aimés et appréciés comme ils sont!

Imposer une orientation sexuelle à un enfant est une forme d'abus! C'est inacceptable! Laissez vos enfants découvrir par eux-mêmes qui ils sont!




3 commentaires:

Anonyme a dit…

Des fanatiques comme ton fanatique, ça fait peur. Le pire... il n'est pas le seul.

Je ne peux pas croire que des parents veulent ainsi changer ou orienter leur(s) enfant(s). Je suis bouche bée.

Kevin Macarry a dit…

Comme cet étonnant à un age ou on s’intéresse pas à au sexe on voudrait nous faire gober que des enfants sont super joyeux de faire une transition sexuel alors qu'ils n'ont même pas terminé leur puberté.J'ai hate de voir ce que ça va donner à l'age adulte.

Prof Solitaire a dit…

Les thérapeutes du futur ne chômeront pas!