18 janvier 2017

«Pas le bon sexe…»

Imaginez un refuge pour itinérants qui refuserait d'admettre des Noirs.

Imaginez un centre pour personnes âgées qui refuserait d'héberger des Juifs.

Imaginez une école pour enfants en difficulté qui refuserait d'aider des gauchers.

Imaginez un hôpital qui refuserait de soigner des roux.

Impensable, pas vrai? Vous vous dites qu'une telle discrimination ne serait pas possible dans une société ouverte et moderne comme la nôtre, n'est-ce pas?

Vous avez raison en ce qui a trait aux Noirs, aux Juifs, aux gauchers et aux roux.

Mais il existe un groupe dans notre société envers qui toutes les discriminations sont encore acceptées: les hommes.

Voyez par vous-mêmes en lisant ce renversant billet d'Olivier Kaestlé.

Les centres québécois d'aide aux personnes victimes d'agressions sexuelles n'admettent pas les garçons et les hommes. Et si un centre ose défier cette consigne, il est immédiatement banni de l'association provinciale.

De plus, alors que l'aide aux femmes est un service subventionné par le gouvernement, le centre rebelle qui souhaite également venir en aide aux hommes a dû se tourner vers... Centraide!

Allez lire ça, vous n'en croirez pas vos yeux. Et vous vous direz que la misandrie haineuse des féministes n'a vraiment aucune limite.



2 commentaires:

Anonyme a dit…

Je n'ai pas lu le texte... mais...

Comment le gouvernement peut-il se fermer les yeux à ce point? Pourquoi ne voit-il pas l'urgence d'agir? On pourrait aussi faire le même constat avec la société... Il y a encore tellement de préjugés.

Ceci dit, il est normal qu'hommes et femmes ne soient pas admis au même endroit, mais tout à fait anormal que les hommes qui ont besoin d'aide n'en trouvent pas ou peu. Surtout qu'on sait très bien que la réalité est que les hommes ne demandent pas assez d'aide, pour toutes sortes de raisons... Mais quand il y en a qui le font, ont-ils des services, un endroit pour rester, une oreille attentive...???

Non seulement il y a peu d'endroits d'aide pour les hommes, mais en plus, lorsqu'il y en a, on les ferme, faute d'argent. http://ici.radio-canada.ca/nouvelle/778698/gaspesie-convergence-hommes-violents

A.

Prof Solitaire a dit…

"il est normal qu'hommes et femmes ne soient pas admis au même endroit"

Je vois la logique de ton argument. Mais si j'ai bien compris, il est ici question d'un centre qui juge possible d'accueillir convenablement des victimes des deux sexes. C'est l'association provinciale qui ne voulait rien entendre et qui l'a expulsé...