29 janvier 2017

Pitoyables médias...

La quantité de conneries qui sont publiées dans les médias est tellement ahurissante que je pourrais passer toutes mes journées à les démanteler si je n'avais rien d'autre à faire. Malheureusement, comme ce n'est pas le cas, je vais devoir demeurer bref quand j'en parle et muet la vaste majorité du temps. Autrement, je ne ferai plus que ça.

Prenons la récente décision de Trump d'interdire l'entrée en sol américain aux Iraniens, Irakiens, Libyens, Somaliens, Soudanais, Syriens et Yéménites.

Des médias sérieux pourraient débattre de la pertinence de telles mesures. Après tout, il est tout à fait possible d'avoir une conversation constructive sur une telle initiative, avec des arguments logiques, réfléchis et ancrés dans les faits.

On pourrait, d'une part, affirmer que de nombreux fanatiques religieux très violents et dangereux sont effectivement présents dans ces pays et qu'ils représentent un risque potentiel pour la sécurité des États-Unis, ce qui est vrai. On pourrait également affirmer que les musulmans pratiquants et croyants ont des valeurs qui sont incompatibles avec celles d'un pays démocratique et libre d'Occident, ce qui est également vrai. On pourrait parler de la difficulté pour les autorités de déterminer quelles sont les véritables intentions d'une personne qui veut entrer au pays, ce qui est indéniable. On pourrait même se demander pourquoi avoir ciblé seulement ces sept pays et pas l'Afghanistan et l'Arabie saoudite, par exemple, qui sont ne sont pas à court de timbrés fanatiques.

On pourrait également, d'autre part, argumenter que la plupart des personnes qui quittent ces pays sont des gens qui veulent échapper à l'horreur de ces théocraties et qu'ils ne représentent pas un danger, ce qui est vrai. On pourrait également constater que les auteurs des pires attentats commis en sol américain n'étaient pas des citoyens de ces sept pays, ce qui est un fait. On pourrait parler de l'aspect moral d'offrir ou non de l'aide humanitaire aux réfugiés d'un conflit armé, surtout lorsque le pays en question a joué un rôle important dans ledit conflit, ce qui est également vrai.

Mais rien de tout ceci n'est mentionné ou discuté dans les médias. Pas moyen de trouver de débats éclairés et intelligents, juste un flot incessant de conneries.

La Presse multiculturaliste déchire sa chemise, évidemment. Aucun effort n'est déployé pour analyser la pertinence de la décision de Trump, on préfère nous servir cet article intitulé "New York: l'aéroport Kennedy transformé en lieu de désespoir."

L'article ne parle pourtant que de trois cas spécifiques. 

Celui d'une Yéménite, détenue et replacée dans un autre avion en direction de l'Arabie saoudite. L'article ne fait aucun effort pour expliquer les raisons des autorités et donne seulement la parole à des membres de sa famille qui sont crus sans hésiter. On n'a droit qu'à un seul côté de la médaille.

Celui de Hameed Khalid Darweesh, un interprète auprès de l'armée américaine lors de l'invasion d'Irak, qui a finalement été libéré au milieu de l'après-midi. Les autorités ont donc probablement juste pris le temps de confirmer son identité, ce qui est clairement la bonne chose à faire. Où est le drame?

À propos du troisième cas, l'article affirme: "Son compatriote de 33 ans, Haider Sameer Abdulkhaleq Alshawi, 33, qui venait rejoindre sa femme au Texas ayant fui son pays parce qu'elle craignait pour sa vie après avoir travaillé pour une entreprise de sécurité américaine, ignorait encore son sort en fin d'après-midi." Et devinez quoi? Il a finalement été admis. Encore une fois, aucun drame.

Mais, évidemment, l'objectif de l'article n'est pas de donner une vision juste de la réalité. L'objectif est de provoquer l'indignation du lecteur pour les décision de Donald Trump qui ne causeraient apparemment que du "désespoir". 

Dans cet autre article, La Presse nous parle de l'indignation de l'Iran! Comme si la réaction d'une théocratie fanatique, oppressive, régressiste, misogyne, belliqueuse, antisémite et ouvertement génocidaire avait la moindre valeur! 

Et, comble de ridicule, l'article est coiffé de la photo à droite sur laquelle on voit deux protestataires américains qui portent un drapeau inversé sur lequel est inscrit "No Borders" avec un signe de paix dans le O. Vous croyez vraiment que le fait d'ouvrir les frontières à n'importe qui apportera LA PAIX? Il faut être sérieusement taré pour affirmer une stupidité pareille, parlez-en à l'Allemagne:


Mais voilà, pour les médias multiculturalistes, cette position extrémiste est tout à fait raisonnable, vertueuse et admirable. Et le Canada a son tapon en chef, le grand Juju Ier, pour affirmer: «À ceux qui fuient la persécution, la terreur et la guerre, sachez que le Canada vous accueillera indépendamment de votre foi.» 

Alors, voyons voir. D'un côté de la frontière, on a un leader qui fait fi des nuances et qui généralise la menace islamiste. De l'autre côté de la frontière, on a un leader qui fait fi des nuances et qui agit comme si la menace islamiste n'existait pas. 

Et plutôt que d'informer le public à propos de ces importantes nuances qui semblent échapper à nos dirigeants, on a des médias qui poussent un agenda idéologique multiculturaliste et qui ne ratent pas une occasion de diaboliser Trump.

En fait, on ne diabolise plus seulement Trump, mais également les gens qui le soutiennent. Car dans le présent climat d'hystérie collective, Trump est comme une maladie contagieuse pour les médias de gauche. Il faut non seulement l'anéantir lui, mais aussi tous ceux qui sont d'accord avec lui sur quoi que ce soit ou, pire, qui ont commis le péché capital de voter pour lui.

C'est exactement ce que fait Mario Girard de La Presse lorsqu'il accorde une importance démesurée à un groupuscule de femmes déjantées qui, selon lui, auraient "contribué à faire élire celui qu'elles voient comme un véritable sauveur." Il va même jusqu'à affirmer, sans la moindre preuve, que "Leurs idées seront entendues, peut-être même appliquées (par Trump). Et quand on les entend, cela fait craindre le pire." Du grand n'importe quoi sans le moindre travail d'enquête pour étayer sa thèse. Non. M. Girard n'a fait que... regarder un reportage télévisé de TF1!

Or, n'en déplaise à M. Girard, ces femmes bizarroïdes ne sont pas représentatives de tous les gens qui ont voté pour Trump. Les statistiques affirment que 53% des femmes blanches ont voté pour Donald Trump. Sont-elles toutes des "trumpettes", M. Girard? Sont-elles toutes "Ultra-riches, ultra-conservatrices, ultra-adoratrices de Trump" et ont-elles toutes des idées qui "donnent froid dans le dos"

En passant, des idées qui émanent de la gauche et qui donnent froid dans le dos, j'en ai toute une liste pour vous, M. Girard. Et des gens sensés qui ont voté Trump pour des raisons parfaitement valides, il y en a plein.

Et au même moment, pendant que les médias dérapent et déblatèrent n'importe quoi, pendant qu'ils s'insurgent contre des niaiseries et qu'ils diabolisent tout ce qui touche de près ou de loin à Trump, combien d'entre eux ont parlé de cette nouvelle véritablement scandaleuse:


Pres. Donald Trump’s administration moved quickly this week to shore up its control over communications with the public and the press, as officials at the Environmental Protection Agency and the U.S. Department of Agriculture e-mailed staff to inform them that they may no longer discuss agency research or departmental restrictions with anyone outside of the agency—including news media. Both agencies also told their scientists and other staff that press releases and external communications about taxpayer-funded work would stop until further notice. It remains unclear if these will be temporary or long-term policies.

Comme l'a déjà fait Harper (cliquez ici, ici et ici), Trump muselle les scientifiques afin de les empêcher d'informer la population à propos de la crise climatique, de ses effets et des résultats d'études qui sont pourtant financées par les fonds publics!

Vous en voulez un scandale? Vous en voulez un exemple de politique qui va clairement à l'encontre de l'intérêt du public? Vous en voulez un exemple qui mérite enfin votre indignation et vos dénonciations? Le voilà!

Mais qui en parle? À peu près personne!

Désespérant...



8 commentaires:

fylouz a dit…

Euh, Prof, j'ai lu avec attention l'article de Girard. Alors, d'abord il ne s'appuie pas seulement sur un reportage de TF1 mais aussi sur un autre du "Quotidien" de TMC.
En voici un extrait : https://www.youtube.com/watch?v=KuEO6TmP328
Comme tu peux le voir dès les premières images on voit qu'elles ont effectivement accès à Donald Trump. L'ex-Miss Israël se présente comme une grande amie de Donald Trump depuis "quarante ans". Bref, quels que soient tes opinions politiques en général où M. Girard de "La Presse" en particulier, tu dois bien reconnaître qu'en voyant ces images, on a l'impression de voir et d'entendre une belle bande de crisse de folles ! Alors, bien sûr, on peut dire qu'elles ne sont pas "représentatives" des électrices de Trump, mais Girard ne le dit nulle part non plus ! Et on a assez dit ces derniers mois que l'élection de Trump constituait avant tout la revanche des oubliés de la croissance et du progrès, celle des "petits blancs" déscolarisés.

Sinon, j'ai personnellement lu plusieurs articles ces dernier jours de la "presse de gauche" autrement plus étayés que celui dont tu parles. Malheureusement les liens ne sont plus là mais en voici deux trouvés sur le "HuffPost" :

http://www.huffingtonpost.fr/2017/01/28/des-premiers-cas-diraniens-et-dirakiens-empeches-de-prendre-avion-etats-unis/?utm_hp_ref=fr-homepage

En voici quelques extraits : "La société aérienne néerlandaise KLM a par ailleurs refusé d'embarquer sept personnes à bord de ses avions, a-t-elle indiqué samedi. "Nous aurions bien aimé les faire voyager avec nous mais cela n'a pas beaucoup de sens, l'entrée du pays leur aurait été refusée", a affirmé à l'AFP une porte-parole de KLM, Manel Vrijenhoek."

Comme tu peux le voir, de nombreuses compagnies avaient pris les devants, face à l'annonce du gouvernement Trump, ce qui explique peut-être que "La Presse" n'ait déniché que trois ressortissants étrangers bloqués à JFK.

"Mais, comme le notent nos confrères du Huffington Post américain, aucun ressortissant de ces pays n'est impliqué dans un attentat sur le sol américain depuis 1975. Par ailleurs, Le Figaro relève que seulement 0,7% des voyageurs se rendant aux Etats-Unis viennent des sept pays visés."

Et ne vient pas me dire que "Le Figaro" est un journal de la "gauche libérale", ou alors du point de vue de Poutine... ou de Trump.

"La compagnie Qatar Airways a indiqué que les citoyens des sept pays concernés par la décision américaine pourront toujours embarquer vers les Etats-Unis s'ils y possèdent un permis de résidence permanent. Mais le département de la sécurité intérieure a fait savoir que les détenteurs de "green cards" étaient également visés par l'interdiction."

Tu noteras que d'après Richard Hetu, cette mesure a depuis été levée.

http://www.huffingtonpost.fr/2017/01/29/decret-anti-musulmans-de-donald-trump-air-france-a-refuse-demb/?utm_hp_ref=fr-homepage

fylouz a dit…

Je n'ai pas retrouvé les liens, mais je me souviens avoir lu un article rappelant que les personnes impliquées dans des attentats terroristes ces dernières années venaient en fait de Grande-Bretagne, du Pakistan, d'Afghanistan, du Liban, d'Arabie Saoudite (la plupart des terroristes du 11/09) et des Etats-Unis.

De même, j'ai lu ces derniers jours plusieurs articles relatant le problème de l'interdiction faite aux membres des administrations fédérales US liées à la science ou à l'environnement de communiquer sans autorisation. Apparemment, des comptes privés ont été créés depuis. Le problème, c'est qu'on ne peut pas être sur de qui utilise ces plate-formes et donc du sérieux de leurs affirmations.

Oh, et il y a également ceci : http://bruxelles.blogs.liberation.fr/2017/01/27/ted-malloch-ambassadeur-pressenti-bruxelles-lue-cest-lurss/

Extrait : "Hier, lors de deux émissions de la BBC, Malloch a confirmé la nouvelle ligne américaine : l’Europe n’est non seulement plus un enjeu stratégique pour Washington, mais c’est un adversaire à abattre ! Un tournant stratégique qui met fin à 70 ans de diplomatie européenne des États-Unis. Ainsi, le diplomate n’hésite pas à comparer l’UE à l’URSS et estime qu’il faut en finir avec ce nouvel « Empire du mal » : « J’ai déjà eu des postes diplomatiques dans le passé qui m’ont permis d’aider à abattre l’URSS. Alors, peut-être qu’une autre Union a aussi besoin d’être domptée », a froidement lâché le « diplomate ».

Hallucinant ! C'est quasiment une déclaration de guerre ! A rajouter à la menace de dissoudre l'OTAN, les œillades répétées à Thérésa May et la lune de miel Trump/Poutine.

Bref, mon conseil : avant de taper sur la presse de "gauche-libérale", essaye de diversifier un petit peu tes sources.

Le professeur masqué a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
fylouz a dit…

Le décret de Donald Trump est totalement indigne. Il y a des gens, des vies, des êtres humains derrière tout ça, et ils sont traités pire que des chiens. Pourquoi ?

http://keyhani.blog.lemonde.fr/2017/01/29/le-decret-anti-immigration-de-trump-suscite-confusion-et-rage-parmi-les-iraniens/

Prof Solitaire a dit…

Merci pour les commentaires.

Non, je ne suis pas personnellement d'accord avec ce décret. Je trouve que c'est une solution simpliste et idiote à un problème complexe, je l'ai déjà écrit sur ce blogue d'ailleurs si ma mémoire est bonne. Et dans ce billet, j'ai écrit: "D'un côté de la frontière, on a un leader qui fait fi des nuances et qui généralise la menace islamiste." Alors clairement, je ne suis pas d'accord.

Comprenons-nous bien. Je crois qu'un pays peut légalement choisir qui entre ou pas sur son territoire et qu'il peut bien établir les critères qu'il veut, y compris religieux. Je ne vois absolument aucun problème avec ça. Mon problème avec ce décret c'est qu'il tombe comme un couperet, sans laisser le temps aux gens de s'adapter, de changer leurs plans, de voir venir le coup. C'est surtout ça qui le rend inacceptable à mes yeux.

Mais même là, dans l'article de La Presse, sur trois voyageurs cités, une seule a été retournée à la frontière. Les articles que tu cites expliquent en partie cela, puisque des gens auraient tout simplement été refusés d'embarquement à leur point de départ. Je t'en remercie.

Bref, ce que je voulais critiquer dans ce billet, c'est d'abord et avant tout la presse. Or, dire que les articles de la presse sont biaisés n'équivaut pas à dire que je suis en faveur des politiques de Trump.

L'attitude face à l'Europe est inacceptable. Et celle face à l'OTAN, inquiétante. Pour ce qui est de la relation entre USA et Russie, j'attends de voir ce qui va se passer, il est encore trop tôt pour tirer des conclusions.

En tous cas, je ne sais pas si c'est moi qui ne s'exprime pas clairement ou quoi, mais je me fais pas mal varloper avec mes billets sur Trump. C'est comme si le simple fait de ne pas le décrire comme Satan personnifié fait de moi une espèce de traître aux yeux de certains lecteurs. J'essaie juste de maintenir une certaine objectivité face au bonhomme et de ne pas monter à bord du train anti-Trump comme tout le monde. Je veux le juger selon ses actions. Étrangement, ce scepticisme semble être perçu comme une forme de soutien à Trump.

Jetez un coup d'oeil à la conversation qui figure à la suite de ce billet et dites-moi en quoi mes arguments ne sont pas raisonnables:

http://profsolitaire.blogspot.ca/2017/01/des-feministes-quebecoises-washington.html

Prof Solitaire a dit…

Un point de vue différent sur Trump et l'attitude des médias à son égard, signé Sargon of Akkad:

https://youtu.be/4OsWWEgWwoc

fylouz a dit…

Tiens, une autre action de Trump qui est passée inaperçue :

http://doyoulaw.blogs.liberation.fr/2017/01/30/qui-vote-pour-donald-trump/

Prof Solitaire a dit…

Très intéressant... et inquiétant. Et encore une fois, la plupart des médias ont été muets à ce sujet.