2 février 2017

La honte

Le flot d'insanités qui inonde les médias depuis la terrible tuerie de Québec est intarissable et étourdissant. Je manque de temps pour répondre à toutes les conneries qui ont été dites et écrites, mais je vais tout de même répondre à cet article de Michèle Ouimet, ne serait-ce que pour avoir moins l'impression de me noyer dans un océan de bêtise sans même tenter de garder la tête hors de l'eau:

Tout le monde était étonné hier, moi la première. Un attentat dans une mosquée à Québec, six morts, des blessés graves. 

Je ne sais pas si j'ai été étonné, mais définitivement horrifié.

Québec, une ville homogène dominée par des Blancs francophones de souche. 

Quelle importance? Où Mme Ouimet veut-elle en venir avec ce commentaire?

Est-elle en train de dire que ça aurait été moins étonnant dans une ville à forte proportion d'immigrants?

C'est pas raciste comme commentaire?

Pourquoi Québec, où il n’y a eu aucun meurtre depuis plus d’un an et demi?

La seule personne qui peut répondre à cette question, c'est le suspect.

Malheureusement, les médias préfèrent se perde en suppositions, en conjectures, en théories farfelues et en accusations gratuites. Mme Ouimet ne fait certes pas exception!

J’ai essayé de comprendre. Québec ne vit pas en vase clos. La ville fait partie de la province, qui fait partie du Canada, qui fait partie du monde. Un monde où souffle un vent de droite.

Et voilà le dérapage qui débute.

Pour les gauchistes honteux comme Mme Ouimet, le blâme de ce geste ne peut absolument pas simplement appartenir au timbré qui a tiré sur des innocents. Non, non, non! C'est la faute de toute la ville! De toute la province! De tout l'Occident! De la droite honnie qui souffle!

Ce n'est pas dans mon habitude, mais j'ai eu une petite conversation avec un type sur FB l'autre jour. L'ami d'un ami. Suite à la tragédie, il a affirmé qu'il avait honte. J'ai répondu qu'on n'avait pas à ressentir de la honte ou de la fierté pour les gestes posés par les autres. Il m'a alors accusé avec dédain d'être un "individualiste".

Il n'en fallait pas plus pour deviner que j'avais à faire à un gauchiste porté sur l'auto-flagellation. Je lui ai donc tendu un piège et il est tombé directement dedans.

Je lui ai dit que, s'il se sentait coupable, c'était donc qu'il avait quelque chose à se reprocher. Je lui ai demandé ce que c'était.

Il m'a alors déblatéré ceci (je me suis permis de corriger ses fautes): "Peut-être que collectivement nous avons omis de poser les bons gestes qui auraient eu pour conséquence de ne pas avoir les conditions idéales pour la radicalisation de ce kid. Peut-être que dans un monde ou toutes nos actions ont des conséquences sur les autres, ne rien dire c'est une prise de position et ne rien faire c'est une action délibérée. Peut-être que quelques millions d'individualistes auraient pu empêcher l'Holocauste. Peut-être qu'on aurait pu empêcher Ste-Foy. Notre honte c'est de ne pas avoir sauvé ce kid de lui-même à temps.."

Un ramassis de sornettes, évidemment. La comparaison entre ce massacre et l'Holocauste tient du plus pur délire. Sans parler du fait qu'il est tout simplement impossible de "sauver" une personne qu'on n'a jamais rencontrée.

Mais ce n'est pas là-dessus que j'ai répondu, j'ai préféré refermer mon piège sur lui. Je lui ai écrit ceci: "Je me demande si ce raisonnement collectiviste est toujours tien. Dis-moi, lorsqu'un djihadiste islamiste abat des gens ou les écrase sous les roues d'un camion, tiens-tu le même discours? Fais-tu porter le blâme de son geste à toute la communauté musulmane? Affirmes-tu que cette communauté, collectivement, a omis de poser les bons gestes qui auraient eu pour conséquence de ne pas avoir les conditions idéales pour la radicalisation du tueur? Accuses-tu les musulmans pacifiques qui n'ont fait de mal à personne d'être coupables puisque "ne rien faire c'est une action délibérée"? Blâmes-tu tous les autres musulmans de n'avoir rien fait pour le sauver? Crois-tu qu'ils devraient tous avoir honte? Es-tu conséquent avec toi-même? Ou ta rapidité à blâmer la communauté de l'assassin est-elle variable selon l'origine de ce dernier?"

Il a bien été incapable de répondre quoi que ce soit de semi-cohérent. Parce que c'est la contradiction fondamentale qui est au coeur de l'idéologie des apologistes multiculturels de la gauche. 

Un islamiste tue des Occidentaux? Ah! Il ne faut pas généraliser! C'était un loup solitaire! Il souffrait de problèmes psychologiques! Les musulmans ne sont pas comme ça! Le tueur n'est pas un vrai musulman! L'islam est une religion de paix! 

Un Occidental tue des musulmans? Ah! Ayons collectivement honte! Nous sommes tous en partie responsables de ce crime! Nous sommes une société islamophobe et xénophobe! Nous sommes tous complices même si nous n'avons rien fait parce que "ne rien faire est une action délibérée!"

C'est exactement ce que font Mme Ouimet et la quasi-totalité de ses collègues journalistes et chroniqueurs depuis des jours. Ces mêmes personnes qui dénoncent la généralisation lorsque le tueur est un islamiste plongent à pieds joints dans cette même généralisation lorsque le tueur est un Québécois. Deux poids, deux mesures.

C'est cette contradiction fondamentale qui est la plus belle illustration de la faillite complète de leur idéologie et de leur aveuglement volontaire.

Alors retournons à cette chère Mme Ouimet:

Quand Donald Trump fait la chasse aux musulmans, l’exemple de l’islamophobie vient de haut. Si le président des États-Unis se permet de signer un décret qui stigmatise les musulmans, il doit avoir raison, ils sont dangereux, fermons nos frontières. C’est le message que Trump envoie, puissant, toxique.

Ça le serait si c'était vrai. Malheureusement, cette interprétation délirante ne correspond pas à la réalité.

On peut être d'accord ou pas avec le décret de Trump, je n'y suis moi-même pas trop favorable, si non avec le fond, définitivement avec l'exécution, comme je l'écrivais ici. Cela étant dit, Mme Ouimet a le droit d'exprimer son opinion, mais elle a le devoir de décrire correctement la réalité. Or, ce n'est pas du tout ce qu'elle fait.

Trump ne fait pas "la chasse" aux musulmans. C'est profondément malhonnête d'affirmer une chose pareille. Les musulmans qui vivent aux USA ne sont "pourchassés" par personne.

Le décret de Trump ne stigmatise pas "les musulmans". Son décret ne vise pas tous les pays musulmans, seulement sept d'entre eux. Et ces pays ne sont pas visés parce qu'ils sont musulmans, mais bien parce que de nombreux éléments radicaux y sont très actifs et représentent une menace réelle à la sécurité du pays. La vaste majorité des pays musulmans n'est pas touchée. D'ailleurs, les cinq pays qui abritent le plus grand nombre de musulmans (l'Indonésie, le Pakistan, l'Inde, le Bangladesh et le Nigeria) ne sont pas visés par le décret. Ce n'est pas un "Muslim ban", comme se plaisent à l'affirmer les médias de gauche.

L'affirmation de Mme Ouimet et de tous les anti-Trump qui déchirent sans cesse leur chemise en hurlant comme des hystériques est tout simplement fausse. De plus, il faut être profondément déconnecté de la réalité pour nier que des éléments radicaux à l'intérieur de ces pays représentent un danger potentiel. Des groupes islamistes terroristes extrêmement dangereux y sont réellement actifs. D'ailleurs, ces sept pays ont d'abord été ciblés par l'administration Obama, pas par celle de Trump.

Il est également fascinant de voir ces chers gauchistes vomir leur indignation sur Trump parce qu'il bloque temporairement l'entrée au pays de ressortissants. En 2016, Obama a largué 26 171 bombes sur des pays musulmans. Où étaient nos bons gauchistes à ce moment-là? Où étaient leurs manifestations? Où étaient leurs pancartes? Où étaient leurs chroniques vitrioliques?

On peut être d'accord ou pas avec cette mesure, mais lorsqu'on est journaliste, on n'a pas le droit de la dénaturer complètement. C'est profondément malhonnête.

Sans parler du fait qu'il est extraordinairement présomptueux d'établir un lien entre la tuerie de Québec et le décret de Trump. Mme Ouimet le reconnaît brièvement avant de sombrer à nouveau dans son délire:

Je ne dis pas qu’Alexandre Bissonnette, le suspect arrêté hier, est influencé par Trump, mais depuis quelques années, un climat délétère empoisonne les esprits et libère la parole raciste et xénophobe. Trump n’a fait qu’ajouter une couche.

Quel climat délétère? Quelles paroles racistes et xénophobes?

Vous voyez, pour Mme Ouimet et ses petits camarades de La Presse, tout ce qui se passe actuellement sur la scène internationale est la faute du "climat délétère" qui sévit en Occident.

Rien de tout ceci ne s'explique par la prolifération des groupes islamistes radicaux, ni par la multiplication des attentats islamistes sanguinaires! Non! Ça, on n'en parle pas! On ne veut pas passer pour des islamophobes!

Le problème, ce n'est pas Daech, Al-Qaïda, Al-Shabbaab, Boko Haram, le Front Fatah al-Cham, les Frères musulmans ou le Hamas! Non, le vrai problème, c'est Trump et les radios de Québec:

Le climat malsain est alimenté par des radios poubelles qui se permettent de dire n’importe quoi et des chroniqueurs qui vomissent sur les musulmans, les juifs… bref, sur tout ce qui n’est pas «nous», mais «eux».

En passant, et en toute sincérité, je sens que je parle à travers mon chapeau ici. Je n'habite pas la région de Québec et je n'ai jamais écouté la radio de cette ville. Est-elle si terrible, si monstrueuse, si xénophobe que le dit Mme Ouimet? J'en doute, mais je ne le sais pas avec certitude.

Mais ce que je sais, par contre, c'est que le coeur du problème, c'est l'islamisme. Ce phénomène existe et représente un réel danger. Si les journalistes comme Mme Ouimet n'avaient pas peur d'en parler, si on n'essayait pas de balayer le problème sous le tapis, si on ne traitait pas d'islamophobes tous ceux qui essaient de briser le silence, le climat serait beaucoup moins malsain.

Malheureusement, il est à prévoir que cette abominable tuerie ne fera qu'empirer la situation. Tout comme les féministes qui ramènent constamment Polythechnique sur le tapis et qui ne ratent jamais une occasion de traiter leurs détracteurs de "Marc Lépine", les apologistes multiculturalistes et les islamistes feront exactement la même chose avec la tuerie de Sainte-Foy pour des années à venir.

Dans les deux cas, l'objectif sera le même: mettre fin à tout débat et se draper dans la vertu victimaire.

Et le climat n'en sera que plus malsain, plus toxique et plus étouffant.

Depuis 10 ans, on manipule le baril de poudre identitaire sans se soucier des dégâts. La commission Bouchard-Taylor sur les accommodements raisonnables a donné lieu à quelques dérapages islamophobes et la charte des valeurs a exacerbé la fibre identitaire, ouvrant la porte à la chasse au voile. Car dans tout ce débat, on revient souvent au voile, symbole musulman par excellence, le foutu voile que certains voudraient rayer de l’espace public au nom d’une laïcité intégriste et d’un féminisme obtus.

Wow... je suis sans voix. J'en ai lu des turpitudes dans ma vie, mais celle-ci atteint de nouveaux sommets.

Les propos de Ouimet sont en train de devenir indiscernables de ceux d'Adil Charkaoui, tabarnak!

La question "identitaire" est un baril de poudre! Il ne faut pas parler de ces choses-là! On ne doit pas définir nos valeurs collectives! On ne doit pas définir ce qui constitue un accommodement raisonnable ou pas! Il ne faut pas parler de ces choses-là! C'est un baril de poudre! Et si on en parle, alors on est responsables lorsqu'un petit crétin décide d'aller tirer sur du monde!

Quels ont été les "dérapages islamophobes" de la commission Bouchard-Taylor exactement, Mme Ouimet? Êtes-vous en train de dire que Gérard Bouchard et Charles Taylor sont des islamophobes? Et Bernard Drainville aussi pendant que vous y êtes? Mais vous perdez complètement la carte!

Personne ne parle de rayer le voile de l'espace public, Mme Ouimet. Vous délirez complètement. Ce qui dérange, c'est le voile intégral! La burqa! Pas le voile! Dans le cas de ce dernier, il n'était question que de l'interdire dans certains postes de la fonction publique. Encore une fois, tout comme pour le décret de Trump, Mme Ouimet dépeint un portrait très malhonnête de la réalité.

Je ne suis pas un anti-voile. J'ai défendu le droit de Mme Rania El-Alloul de porter le voile en cour. J'ai défendu le droit des musulmanes de porter le burkini si elles le désirent. Je ne me suis pas gêné pour critiquer certains aspects de la charte des valeurs.

Mais ce que vous faites ici, Mme Ouimet, ce n'est pas de la critique intelligente. On n'est pas dans le débat factuel et éclairé. On est dans la déformation et le délire. On est dans la propagande.

On peut être un partisan de la laïcité sans être un "intégriste" fanatique, Mme Ouimet. Vous caricaturez injustement notre position. La seule intégriste ici, c'est vous. Vous êtes une intégriste du multiculturalisme et vous dites n'importe quoi.

On a joué dans les marécages du nationalisme, dans la boue identitaire. Aujourd’hui, on en paie le prix.

Les MARÉCAGES du nationalisme! La BOUE identitaire! Calvaire!

Le nationalisme n'a rien de marécageux, Mme Ouimet. Il n'y a pas de mal à défendre les intérêts de sa nation, d'aimer son peuple et son histoire, de chérir la culture, la langue et les traditions léguées de nos ancêtres. Il n'y a pas de mal à vouloir protéger le peuple unique que nous formons ici, chez nous, sur notre terre natale.

Être fier de qui on est ne signifie pas automatiquement qu'on déteste les autres, Mme Ouimet. Affirmer le contraire est complètement ridicule.

Les nationalistes écossais sont-ils de dangereux racistes? Les nationalistes catalans sont-ils de monstrueux xénophobes? Les nationalistes québécois sont-ils d'abominables islamophobes?

Il n'y a pas de mal à établir les règles chez soi. Il n'y a pas de mal à dire: voici comment nous fonctionnons ici. Il n'y a pas de mal à se battre pour la survie de son peuple, comme l'ont fait nos ancêtres depuis les débuts de la colonisation française. Il n'y a pas de mal à dire que certaines de nos valeurs fondamentales doivent être respectées sans compromis. Il n'y a pas de mal à ouvrir nos bras aux nouveaux arrivants qui partagent ces valeurs et à fermer nos portes à ceux qui les détestent. Il n'y a pas de mal à inviter les nouveaux venus à venir construire le Québec avec nous, en français, et à venir écrire les prochains chapitres de l'histoire avec nous et pas contre nous.

Il n'y a pas de mal à exister et à être fier de qui l'on est, Mme Ouimet.

Selon un récent sondage CROP-La Presse, 46 % des répondants affirment qu’il y a trop d’immigrants – une menace à la «pureté du pays» – , alors que ce chiffre n’était que de 35 % 15 ans plus tôt. Depuis 2006, le degré d’intolérance monte. Le débat sur les accommodements raisonnables date de cette époque. Troublante coïncidence.

Je ne sais pas de quel sondage biaisé vous parlez, ni ce que la "pureté" du pays vient foutre là-dedans. Mais je reconnais bien l'habituel mépris des multiculturalistes fanatiques dans vos propos. Ainsi, pour vous, toute réticence face à l'immigration est synonyme de racisme et de xénophobie. Quiconque ose affirmer que les taux d'immigrations actuels sont trop élevés et dépassent nos capacités d'accueil et d'intégration est l'équivalent d'Adolf Hitler.

Comme pour tout le reste, vous nagez en plein délire.

J'ai écrit plusieurs billets, parfaitement sensés, ancrés dans les données, les études et les faits, qui démontrent que l'immigration massive est néfaste pour le Québec. Ce n'est pas raciste de l'affirmer, c'est tout simplement réaliste. Quiconque s'intéresse davantage au vrai monde qu'à son idéologie fanatique de merde peut facilement s'en rendre compte:

Le Québec accueille-t-il trop d'immigrants?
L'immigration N'EST PAS une solution au vieillissement de la population
La vérité à propos de l'immigration
«Le remède imaginaire: pourquoi l’immigration ne sauvera pas le Québec»
L'immigration massive entraîne des baisses de salaire
L'inéluctable déclin se poursuit...
Vaste campagne pro-immigration

Mais ça, les idéologues comme Mme Ouimet refusent de le voir. Ils ont perdu tout contact avec la réalité depuis trop longtemps...

Toujours selon CROP, la région de Québec se démarque pour son intolérance. Le nombre de répondants intolérants ou très intolérants dans la province se situe à 47%, alors que le pourcentage grimpe à 55% dans la région de Québec. Huit points de différence, c’est énorme.

Le taux d'intolérance? Mais elle sort ces chiffres-là d'où exactement? Comment fait-on pour "chiffrer" l'intolérance? Selon quels critères? Établis par qui? Quelles questions sont posées aux gens pour le déterminer?

Qu'allez-vous tenter de déterminer dans votre prochain sondage? Quel autre péché allez-vous chiffrer? Le taux de gourmandise? Le taux de luxure? Le taux d'orgueil? Les taux d'avarice? Le taux de malhonnêteté?

Dans ce dernier cas, vous allez scorer très fort, Mme Ouimet!

C'est n'importe quoi...

L’intolérance repose souvent sur la peur, celle de disparaître. Le Québec a peut-être l’épiderme plus sensible, car il a été conquis en 1760 et il a dû se battre pour survivre. Sauf que le nationalisme mal canalisé peut mener à des dérives xénophobes.

Et le nationalisme bien "canalisé" peut mener à la survie de tout un peuple malgré 258 ans de domination anglaise hostile!

Mais non, j'oubliais... pour vous, le nationalisme n'est qu'un boueux marécage!

La peur de l’autre repose souvent sur une vision fausse de la réalité. 

Et parfois, elle est FONDÉE!

Il ne vous est jamais passé par l'esprit que certaines des craintes que ressentent les gens face à l'Islam sont fondées?

Les attentats islamistes sont bien réels, Mme Ouimet. Les atrocités des islamistes sont inspirés pas les textes sacrés de l'Islam, Mme Ouimet. Ceci n'est pas une vue de l'esprit, c'est la réalité. L'agenda d'infiltration et de domination de l'Occident pas certains groupes islamistes existe vraiment, Mme Ouimet. L'endoctrinement islamiste existe pour vrai, Mme Ouimet.

Cela ne signifie pas qu'il faut avoir peur de tous les musulmans, évidemment. Et cela ne signifie pas qu'il faut les détester. Cela signifie simplement que certaines des craintes que les gens éprouvent face à cette idéologie sont valides.

L'idéologie musulmane, comme toutes les autres, doit être analysée, décortiquée, critiquée, débattue, connue. Il ne faut pas interdire d'en parler. Au contraire, il faut en parler honnêtement, ouvertement, tout en rappelant à l'ordre les gens (comme vous, par exemple) qui disent des conneries.

Si on était capables d'en parler franchement, comme on l'a fait avec le christianisme, cela désamorcerait bien des tensions. Si on était capables de pointer du doigt certaines réalités et affirmer qu'elles sont inacceptables, si on ne prenait pas les gens pour des cons et qu'on débattait ouvertement de ces questions, cela informerait et rassurerait tout le monde. De plus, les musulmans eux-mêmes auraient bien besoin de ce débat pour progresser et faire le ménage parmi les fanas qui pourrissent leurs rangs.

Mais non, vous préférez taire le débat en hurlant à l'islamophobie dès que quelqu'un OSE parler de ces réalités. Et, en l'absence de débat, l'ignorance règne. Et c'est de votre faute, Mme Ouimet. À vous et à vos amis multiculturalistes qui diabolisez tous ceux qui ne pensent pas comme vous...

En cette ère de faits alternatifs, où même le président Trump croit ses propres menteries (il jure qu’il a attiré plus de monde qu’Obama à son investiture même si les photos prouvent le contraire), il est facile de croire que les musulmans représentent une menace et nous envahissent. Sauf que les chiffres soutiennent le contraire.

Encore une fois, vous parlez de Trump alors que ça n'a strictement rien à voir. Vous êtes une caricature parfaite de l'agenda régressiste.

Et vous avez le culot de parler de faits alternatifs!

Non, Mme Ouimet, les musulmans ne représentent pas tous une menace. Mais certains, oui.

Non, Mme Ouimet, les musulmans ne souhaitent pas tous nous envahir. Mais certains, oui.

La plupart des musulmans qui vivent au Québec sont des gens formidables, Mme Ouimet. J'ai eu le plaisir d'en fréquenter plusieurs pendant ma carrière, tant des collègues que des élèves, et la vaste majorité d'entre eux était constituée de gens merveilleux. D'après ce que je comprends, les innocentes victimes qui sont tombées sous les balles d'un fou furieux à Québec étaient des gens biens et leur perte est une tragédie innommable.

Mais cela ne veut pas dire qu'il faut faire semblant que les fanas n'existent pas ou encore que les racines du mal ne sont pas dans les textes.

Dire que certains Québécois sont des salopards n'équivaut pas à détester tous les Québécois. De la même manière, dire que certains musulmans sont des fanatiques dangereux n'équivaut pas à détester tous les musulmans.

M'semble que ce n'est pas sorcier à comprendre, calvaire...

C'est vous qui niez la réalité, Mme Ouimet. C'est vous qui vomissez des faits alternatifs.

Selon Statistique Canada, le nombre de musulmans a plus que doublé au Québec de 2001 à 2011, passant de 108 620 à 243 430. C’est un fait, sauf que leur poids dans la société est infime. Dans sa série sur le racisme, ma collègue Rima Elkouri notait que les 243 430 musulmans ne représentent que 3,1% de la population. Plus de 90% d’entre eux vivent à Montréal.

Le problème de l'Islam ne réside pas dans les chiffres. Le problème réside dans certains de ses dogmes.

Le problème avec les néo-nazis, le KKK ou les groupes racistes d'extrême-droite (les vrais, pas les épouvantails imaginaires de la gauche) ne réside pas dans leurs nombres qui sont, somme toute, assez limités. Le problème, c'est leurs idées!

C'est très précisément la même chose avec l'Islam.

Pourquoi n'hésitez-vous pas une seule seconde à dénoncer les idées monstrueuses des uns tout en niant l'existence même de celles des autres?

Voilà pour les faits, les vrais.

Votre texte tient davantage du fantasme que des faits, Mme Ouimet.

Je vais sauter par dessus une partie de son texte parce que c'est insignifiant et que j'en ai marre, mais je tiens à citer ce dernier passage:

La peur a grossi comme un cancer avec la multiplication des attentats : Charlie Hebdo, le Bataclan et Nice en France, les attentats de Bruxelles, en Belgique… J’ai couvert Charlie Hebdo et Bruxelles. Chaque fois, je retrouvais la même incrédulité devant la brutalité des attentats et les mêmes questions sans réponse. Pourquoi nous? Pourquoi cette haine?

J’ai envie de répondre : regardez la planète, la guerre sanguinaire qui déchire la Syrie, l’Occident qui croise lâchement les bras et vous aurez une partie de la réponse.

Pour des gens comme Mme Ouimet, l'Occident est condamné à être perpétuellement le Gros Méchant.

Si l'Occident n'intervient pas au Moyen-Orient, il croise lâchement les bras.

Si l'Occident intervient au Moyen-Orient, il est violent et impérialiste.

En bout de ligne, pour les zigotos comme Mme Ouimet, l'Occident est le mal incarné. L'Occident mérite les attentats islamistes. Il mérite ces tueries. Il mérite cette haine. Il mérite que ses citoyens soient massacrés sous les balles ou sous les roues de camions.

Vous savez qui d'autre partage cette opinion?

Les islamistes fanatiques.

Quand on est dans le même camp que ces gens-là, c'est peut-être le temps de se remettre en question, Mme Ouimet.



3 commentaires:

Anonyme a dit…

Salut

Je sais que je ne publie pas trop souvent en ce moment sur mon blogue, mais je viens de reprendre une vidéo intéressante en lien avec ton poste

https://corsaire-media.blogspot.ca/2017/02/comparaison-entre-hitler-et-trump.html

Hénèm a dit…

En ce qui concerne la radio-poubelle, Infoman a fait un 2 minutes de condensé de déclarations pas très gentilles. Il l'a fait jouer jeudi.

http://infoman.radio-canada.ca/emission/2017/02/02/emission-du-2-fevrier-2017/

Prof Solitaire a dit…

@ Corsaire: Merci, n'hésite pas à publier des liens vers tes textes ici, ça ne me dérange pas du tout, au contraire!

@ Hénèm: Merci, je vais aller voir ça.