5 mars 2017

LOGAN

Je reviens tout juste de voir Logan.

Je dois dire qu'en général, j'ai aimé. Pas tant les deux premiers tiers, mais beaucoup le troisième.

Ce film-là m'a vraiment parlé. Il m'a touché beaucoup plus que les habituels films de super-héros. J'avais même la larme à l'oeil vers la fin.

Logan est vieux. Malade. Désabusé. Désespéré. Souffrant. Cynique. Malheureux. Ce film, c'est sa déchéance et celle de Charles Xavier. C'est l'histoire de la fin amère d'une vie cruelle.

Car sa vie a en effet été longue et éprouvante. Comme l'explique Clint Gage dans ce vidéo, à ce stade-ci de sa vie, Logan a 196 ans physiquement et 252 ans psychologiquement. Il a vu toutes les personnes qu'il aime crever... dans certains cas, deux fois plutôt qu'une. On serait amoché pour moins que ça...

Au début, Logan est un chauffeur de limousine... oui, je sais, aucun rapport. Pourquoi pas emballeur dans une épicerie, tant qu'à y être? Comme je le disais, le début est assez ordinaire.

Avec son salaire, il achète des médicaments pour traiter Charles Xavier. Ce dernier est caché au Mexique. Il souffre (parfois) d'un début de démence (à d'autres moments, il est parfaitement lucide, c'est un peu déroutant) et d'étranges crises psychiques qui lui font perdre le contrôle de ses pouvoirs.

Arrive dans le décor une fillette que Logan devra aider, bien malgré lui. Il ne veut pas de cette responsabilité et ne veut rien savoir de cette enfant. Et pourtant, c'est à travers cette relation qu'il redécouvrira un sens à sa vie, qu'il sortira du cercle vicieux d'apitoiement dans lequel il se noie et que renaîtra finalement l'espoir.

Il s'agit vraiment d'une très belle histoire. La jeune actrice qui joue X-23 offre une performance franchement renversante. Elle m'a tantôt glacé le sang, tantôt touché. Il faut dire que le fait qu'un enfant soit ajouté à cette histoire va droit au coeur du papa et prof que je suis...

J'ai également aimé qu'on montre aussi intimement la vieillesse, un thème qu'évite généralement ce type de films. Comme je ne rajeunis pas moi non plus, ça m'a touché ça aussi...

J'ai vu l'affrontement entre Logan et un jeune clone de lui-même comme l'allégorie d'un homme aux prises avec son passé et ses démons. Un homme qui doit affronter ses erreurs de jeunesse, ses regrets et tout le mal qu'il a fait.

Cela étant dit, le film n'est pas parfait. Les dialogues n'étaient pas toujours très réussis et le scénario semblait parfois se perdre dans des méandres superflus. Au début, il m'arrivait de me demander s'il s'agissait vraiment d'un film de Wolverine ou bien d'un documentaire à propos de la vie d'un chauffeur de limo, tellement c'était atypique et, il faut bien l'avouer, parfois banal. Mais en bout de ligne, la fin m'amène à pardonner ces faiblesses.

Toutefois, si vous êtes un amateur de comics, ne vous attendez pas à une adaptation de l'excellent Old Man Logan parce que ça n'a strictement rien à voir.

Le choix de cette chanson de Johnny Cash à la toute fin était l'un des choix les plus parfaits qui soit... elle capture parfaitement l'atmosphère du moment.




2 commentaires:

fylouz a dit…

Très belle chanson, mais déjà utilisée dans l'intro de "Dawn of the dead" de Jack Snyder et dans l'épisode final de la saison 1 de "Terminator, the Sarah Connor chronicles". Ça commence à faire beaucoup.

Prof Solitaire a dit…

Ah? Pas vu, ni l'un, ni l'autre... alors pour moi c'était tout nouveau! ;-)