17 avril 2017

L'amour d'une mère

J'ai jadis beaucoup apprécié les articles de Rima Elkouri.

Malheureusement, depuis un certain temps, ses textes me donnent des boutons. La chroniqueuse sceptique et intelligente qu'elle était s'est transformée en espèce de répugnante fanatique qui souscrit sans réserve à deux des idéologies empoisonnées qui m'horripilent le plus: le féminisme et le multiculturalisme.

C'est bien simple, ces dernières années, rares sont les chroniques qu'elle écrit et qui ne me lèvent pas le coeur.

En voici le plus récent exemple:

"Il est mort le 6 mai 2014, à l'âge de 39 ans, emporté par une pneumonie. Linda l'a aimé comme seule une mère peut aimer."

Oui, oui, comme SEULE UNE MÈRE peut aimer.

Parce que, voyez-vous, les mères sont dotées d'une capacité d'aimer supérieure à celle des pères. C'est vrai, tout le monde sait ça! Les pères aiment moins leurs enfants que les mères.

Et il n'y a aucune exception à cette règle. C'est béton. TOUTES les mères aiment davantage leurs enfants que N'IMPORTE QUEL père. À chaque fois. Systématiquement. C'est comme ça.

Que dire de ces femmes qui maltraitent des enfants? Et qui vont parfois jusqu'à les tuer? Bof, Rima nous dira qu'il ne faut pas parler de ces drames-là. Ces pauvres femmes vivent de la détresse, elles souffrent de dépression ou de maladie mentale, alors ce n'est pas de leur faute. Elles maltraitent et tuent leurs enfants par amour, voilà tout. Elles les aiment TROP, au fond...

Rendons-nous à l'évidence, amis pères: nous ne ressentirons jamais un amour aussi intense et aussi viscéral pour nos enfants que celui que ressentent nos conjointes. L'intensité de ces sentiments exclusivement maternels nous sera à jamais étrangère. Nos coeurs masculins frigides, aigres et apathiques ne sont pas faits pour éprouver un tel amour.

Même le meilleur des pères ne peut pas espérer ressentir ne serait-ce qu'une fraction de l'amour qu'éprouve la pire des mères.

Les mères sont tellement merveilleuses. Parfaites. Sublimes. Divines. TOUTES les mères. Nous, les pères, nous sommes des sous-humains, au fond. Face à la beauté de l'amour maternel, seules la soumission et l'adoration sont de mise.

Cliquez ces liens pour d'autres vomissures de Rima:

L'austérité est-elle sexiste?

L'équité selon Trudeau



4 commentaires:

Guillaume a dit…

Moi ce qui m'agace c'est le retentissant cliché.

Guillaume a dit…

Et Rima son problème c'est qu'elle saborde son progressisme à chaque fois qu'il est question de l'Islam.

Prof Solitaire a dit…

Entièrement d'accord.

Olivier Kaestlé a dit…

Deux mots : assommante Elkouri !