13 avril 2017

"Ne pas prendre les enfants pour des cons donne des résultats surprenants"


Quelle idée géniale:

Le Musée national de Varsovie expose 300 œuvres et artefacts historiques de son fonds, soigneusement sélectionnés et mis en scène, accompagnés d'audioguides, commentaires fouillés et catalogue exhaustif. Banal? Non. Les commissaires sont des enfants et le résultat est bluffant.

(...) Pendant six mois, Janek, 10 ans, et ses 68 camarades âgés de 6 à 14 ans ont planché sur l'exposition «Anything Goes» réunissant 300 œuvres. Développant (quasi) seuls scénographie, commissariat, audioguides et catalogue: «On a refusé les suggestions. C'est nous les commissaires, pas les adultes. Nous prenons les décisions!» Chaque semaine pendant six mois, ils ont consacré quatre heures au projet qui sera à l'affiche jusqu'au 8 mai 2016.

(...) Certains n'étaient jamais sortis des sous-sols, où les enfants «les ont trouvés et enfin libérés» des archives poussiéreuses. 

(...) Très vite, la visite tourne à l'aventure: c'est ici que transparaît, peut-être, la jeunesse des commissaires. Et cela n'a rien de négatif. Pour «faire partager leur passion», ils invitent les visiteurs à jouer (parcours, énigmes, outils multimedia) et utiliser tous leurs sens. À renouer avec leur âme d'enfant en quelque sorte. Bien sûr, un musée c'est sérieux, mais qui dit qu'on ne peut s'amuser et apprendre en même temps?

(...) Pour frissonner avec délices, «La pièce fantôme» réunit les œuvres les plus «effrayantes» du fonds, à grand renfort d'effets spéciaux et de sons lugubres. La «Danse du Minotaure» entraîne les visiteurs dans un labyrinthe; pour trouver les artefacts, il faut éviter les pièges dans le parcours. La «Forêt» imaginaire réunit momies et dieux égyptiens, sirènes et harpies, porcelaines de Meissen et Copenhague...



Aucun commentaire: