13 avril 2017

Réponse à Alex le chrétien

Suite à la publication de ce billet, un lecteur nommé Alex a laissé un commentaire auquel je m'étais promis de répondre. Le congé de Pâques me semble être le moment idéal pour croquer du chrétien! ;-)

Blague à part, mon objectif n'est pas de ridiculiser Alex ni de m'en prendre à lui personnellement. Je n'ai ni envie de le diaboliser, ni de déformer ses propos pour les tourner en dérision. Je ne le connais pas de toute façon, ses commentaires ne m'ont pas semblé ouvertement hostiles, alors il me semble être un type sympa. Toutefois, je suis en profond désaccord avec ses idées et ce sont elles que je souhaite affronter ici.

Qui a les meilleurs arguments? À vous de décider. J'invite mes lectrices et lecteurs à réagir et à prendre part à la conversation dans la section des commentaires sous ce billet.

Le commentaire d'Alex a initialement été écrit en réaction aux propos de Sam Harris. Je vous invite à aller regarder le vidéo en question pour avoir le contexte nécessaire.

Son premier commentaire vise à décrire "la relation entre l'être humain et Dieu":

Prenons, par exemple, la relation entre un programmeur et un monde virtuel qu'il construit à l'intérieur de son ordinateur. 

Permets-moi tout d'abord de souligner le fait que ceci est une stratégie qui a été utilisée à maintes reprises à travers les siècles. On a eu cesse d'assigner à "Dieu" des occupations terrestres qui peuvent être facilement comprises par le commun des mortels. Ainsi, "Dieu" a successivement été roi, berger, maçon, architecte, horloger, etc. Aujourd'hui, tu me dis qu'il est programmeur.

Ces analogies sont toutes très jolies, mais elles ne constituent pas du tout une preuve de l'existence de "Dieu". Comparer une fée à une libellule ou à une jolie femme ne démontre nullement l'existence des fées.

Pire, de telles comparaisons illustrent bien que l'existence d'un être suprême est un concept qui émane de la fertile imagination humaine. En effet, on n'a pas besoin d'analogies pour comprendre des réalités qui existent vraiment.

Un enseignant est un enseignant. Nul besoin de le comparer au vent qui essaime les idées comme du pollen pour comprendre ce qu'il fait et à quoi il sert. C'est très joli, poétique et tout, mais on n'a pas besoin de cette image pour saisir le concept de ce qu'est un enseignant.

De la même manière, une planète est une planète. On n'a pas besoin de la comparer à une poire, à un ours ou à un chauffeur de taxi pour comprendre ce que c'est. Cela s'applique également à des concepts immatériels tels que la justice, l'amour, la haine ou la beauté.

Mais comme "Dieu" n'existe pas, comme il ne s'agit que d'un concept nébuleux et complètement détaché de la réalité (ou pire, carrément contredit par la réalité), comme aucune de ses manifestations ne sont observables dans la vraie vie, alors on est bien obligé de constamment le comparer à quelque chose qui existe afin de le définir et de donner l'impression qu'il est bien réel.

Bref, le truc commence à dater un peu, mon cher Alex. Mais cela étant dit, revenons à ton analogie et à ce qu'elle est sensée révéler à propos de la relation entre l'être humain et "Dieu":

L'ordinateur n'a aucune morale, aucun sens de ce qui est bien ou non, c'est un objet inerte. Puis le programmeur se met à coder, il code tout le monde naturel et toutes les créatures etc. Tout fonctionne exactement comme il le veut et il aime voir se monde, il est fier de son oeuvre.

Deux remarques:

1- L'univers qui nous entoure est le fruit d'une lente évolution et de processus naturels qui sont généralement bien compris par la science. Nul besoin d'un créateur surnaturel pour l'expliquer.

2- Contrairement au monde inerte, plusieurs êtres vivants possèdent une compréhension sommaire de ce qui est bien ou non. Une lionne n'a aucun remord lorsqu'elle déchiquette une petite gazelle, mais elle ne ferait jamais le moindre mal à ses propres petits. Si ces animaux étaient complètement dépourvus de toute notion du bien et du mal, ne devraient-ils pas dévorer leurs bébés sans la moindre hésitation lorsque la faim les tenaille?

Bref, le "bien" et le "mal" sont des concepts simplistes qui tentent bien maladroitement de décrire des réalités qui existent dans tout le monde vivant et qui n'ont pas besoin d'émaner d'un "Dieu" pour avoir un sens. La lionne n'a pas besoin d'un omnipotent Lion céleste qui a créé la savane et qui dicte des commandements pour savoir qu'il est mal de bouffer sa progéniture.

Mais revenons à ton "Dieu" programmeur:

Éventuellement il en vient à coder une bibitte bien particulière, différente des autres, il met toute sa concentration et sa capacité pour venir à bout de coder une créature qui peut apprendre par elle-même, évoluer dans ce monde virtuel mais aussi interagir avec lui et ce de façon volontaire. Il décide de ce qui est bien et mal dans ce monde issu de son imagination et fait part de ses règles à cet être qu'il vient de coder, il met dans le code source de cet être un code moral qui lui convient selon ce qu'il trouve bien et mal, il insert donc le concept de moralité dans un monde virtuel qui n'en possède pas naturellement.

Ton analogie ne décrit pas adéquatement la réalité. Comme je viens de le dire, plusieurs êtres vivants normalement constitués possèdent un sens inné de ce qui est bien et de ce qui est mal. La croyance en un "Dieu" n'est pas du tout nécessaire pour expliquer la moralité, la générosité ou n'importe quel autre comportement vertueux.

Cela est particulièrement vrai des animaux sociaux, comme par exemple nos cousins les singes:

Les singes sont aussi empathiques que nous

Chimps and Bonobos Prove that Moral Behavior is a Product of Evolution

Scientist Finds the Beginnings of Morality in Primate Behavior

Morality: It's not just for humans

Alors, mon cher Alex, si ta théorie était vraie et que la moralité et les concepts du bien et du mal ne pouvaient émaner que de "Dieu", alors explique-moi comment les animaux peuvent bien posséder une aussi bonne compréhension de ces concepts sans jamais avoir été exposés à la religion?

Récemment, Dennis Prager a créé un vidéo qui vient essentiellement affirmer la même chose que toi. Si "Dieu" n'existe pas, dit-il, alors le meurtre n'est pas mal. Le "mal" n'existe pas, c'est seulement une opinion. Le youtubeur Holy Koolaid lui a répondu avec ce vidéo qui réutilise habilement des extraits de conférences données par Christopher Hitchens:



Mais revenons donc à ton programmeur céleste:

Puis, après un certain temps, cet être indépendant se rebelle contre lui, l'envoi promener et décide d'aller à l'encontre du code moral qu'il lui a donné tout en clamant que si son programmeur existait vraiment il ferait tout ce qu'il lui plait à lui et devrait être en accord avec sa rébellion.

Quel est donc la responsabilité du programmeur envers sa création? Si il décide de tout effacer et recommencer en quoi est-ce que ce serait mal? etc.

La relation entre l'être humain et Dieu est semblable à cette analogie imparfaite mais beaucoup plus complexe (évidemment).

Je ne peux pas parler au nom de toute l'humanité, mais en ce qui me concerne, ma rébellion contre le concept de "Dieu" ne constitue pas un désir d'aller contre le soi-disant "code moral" chrétien. Je n'ai pas apostasié parce que j'avais envie de mentir, de voler et de tuer des gens en toute impunité.

Je l'ai fait parce que j'en suis venu à la conclusion que la trame narrative qu'on m'a répétée toute ma vie ne décrit tout simplement pas la réalité et que c'est un paquet de fadaises.

Je l'ai fait parce que j'ai réalisé que la moralité n'émane ni de "Dieu", ni de la religion. Et cette réalisation, je la dois à Magalie, une fillette à qui j'ai enseigné il y a une bonne quinzaine d'années, qui avait été élevée complètement en dehors de la religion et qui était l'un des enfants les plus pacifiques, généreux, empathiques, doux, respectueux, équilibré, sain, heureux et libre qu'il m'ait été donné de connaître.

Aucune religion ne possède l'exclusivité de la vertu. Les concepts de bien et de mal existaient bien avant la religion, longtemps avant même que l'évolution fasse de nous ce qu'il est convenu d'appeler des êtres humains. Elle est le fruit de la vie sociale de nos ancêtres qui, après de nombreux millions d'années, ont appris à protéger leurs petits, à partager les ressources avec les autres membres du clan, à défendre les plus faibles, à sacrifier leurs désirs égoïstes pour le bien-être de la collectivité et, ce faisant, à améliorer les chances de survie de l'espèce.

Aucun "Dieu" n'est nécessaire pour comprendre tout cela.

Il dit, essentiellement "Je ne peut pas croire en l'existence d'un Dieu qui ne serait pas complètement d'accord avec moi. Et si un tel Dieu existe je ne veut rien savoir de lui puisque je juge qu'il doit être un monstre puisque je ne peux pas comprendre ce qu'il fait". C'est, en fait, d'être son propre dieu et de n'accepter sur soi-même aucune autorité.

Les contradictions résident dans tes dogmes et dans ta vision du monde, pas dans la mienne ou dans celle de Sam Harris.

Les liens ci-dessous démontrent bien les horreurs que subissent des bébés et des enfants à tous les jours à travers le monde:

Child mortality
Nearly 9 million children under the age of five die every year, according to 2007 figures. Around 70% of these early child deaths are due to conditions that could be prevented or treated with access to simple, affordable interventions. Leading causes of death in under-five children are pneumonia, diarrhoea and health problems during the first month of life. Over one third of all child deaths are linked to malnutrition.

Today, around 21,000 children died around the world
That is equivalent to: 1 child dying every 4 seconds; 14 children dying every minute; A 2011 Libya conflict-scale death toll every day; A 2010 Haiti earthquake occurring every 10 days; A 2004 Asian Tsunami occurring every 11 days; An Iraq-scale death toll every 19–46 days; Just under 7.6 million children dying every year; Some 92 million children dying between 2000 and 2010. The silent killers are poverty, hunger, easily preventable diseases and illnesses, and other related causes. 

Puisque tu considères que ton "Dieu" est la source de toute moralité, alors le fait qu'il ne se plie pas lui-même à ses propres règles ne fait-il pas de lui un être profondément immoral et monstrueux?

Moi, si je vois un enfant innocent qui souffre et dont la vie est en danger, que j'ai la possibilité de le sauver et que je choisis de croiser les bras et de ne rien faire, n'est-ce pas le parfait exemple du Mal? Ne suis-je pas monstrueux? Pourtant, c'est ce que fait ton "Dieu" à tous les jours en laissant crever des millions de bébés et des enfants innocents dans des circonstances abominables. Ton "Dieu" n'est-il pas tout-puissant? Ne pourrait-il pas venir en aide à ces petits êtres torturés sans le moindre effort?

Son inaction nous pousse à conclure l'une des trois choses suivantes:

1- Ton "Dieu" est un monstre cruel, sans coeur, monstrueux, dénué d'empathie qui refuse d'appliquer lui-même les commandements qu'il nous impose;

2- Ton "Dieu" est incapable de venir en aide à ces enfants, il n'est donc pas "tout-puissant", ce qui signifie qu'il n'est pas "Dieu";

3- Ton "Dieu" n'existe pas.

Tu peux choisir la conclusion que tu veux. Moi, j'opte pour la troisième.

Des grands penseurs scientifiques du passé ont utilisés leur foi en Dieu pour nourrir leur créativité et leur pensée scientifique, se disant quelque chose du genre "Dieu existe et est infiniment brillant et minutieux, voyons voir comment Il a fait ça/comment ceci fonctionne..." Tandis que des grands penseurs scientifiques de notre époque se sont dit l'équivalent de "Puisque je ne crois pas que Dieu existe, comment expliquer tout ceci sans lui?"

Et ce sont seulement ceux qui ont choisi de mettre le concept de "Dieu" de côté afin de se concentrer sur la réalité tangible, observable, quantifiable et testable qui ont réussi à faire de véritables avancées scientifiques.

Les autres se sont perdus dans la théologie stérile et ont complètement perdu leur temps.

Dans les deux cas des têtes brillantes se sont penchés sur les mystères de la nature, par contre une chose demeure inexplicable pour ceux qui ne croient pas dans un créateur quelconque: L'origine de la matière/énergie, des lois de la physique etc. C'est le point, hautement théorique, de départ auquel même les plus grand cerveaux doivent finir par dire "ben on ne saura jamais, c'est impossible à savoir pour l'instant"

Seuls les gens religieux en viennent à cette pitoyable conclusion. C'est justement le problème: la religion vient tuer la curiosité et le désir de découverte. Les religions ne disent-elles pas que "Dieu" est insondable et qu'il a ses raisons que nous ne pourrons jamais espérer comprendre? Alors à quoi bon essayer!

Les vrais scientifiques, eux, continuent à repousser les frontières du savoir et à faire des découvertes extraordinaires qui nous permettent de comprendre de mieux en mieux l'univers qui nous entoure.

L'origine de la matière n'est pas une exception. Les travaux du professeur Lawrence Krauss, par exemple, sont fascinants et très prometteurs:



Mais revenons aux arguments d'Alex:

Pour ce qui est du portrait de Dieu qu'en trace les religions étant incompatible avec le monde moderne ce ne pourrait être plus faux quand on considère le réel Christianisme tel que présenté par la Bible.

Le Christianisme Biblique n'est pas politique, au contraire il se concentre sur l'aspect moral et spirituel de l'individu et de la communauté de croyants mais jamais de la communauté non-croyante. De ce fait, le pire châtiment de l'église et d'être traité comme un non-croyant, c'est-à-dire de les aimer, leur partager la parole et les inciter par amour et charité à se joindre à nous. JAMAIS par la violence, c'est explicitement proscrit à maintes reprises.

C'est complètement faux. Tu choisis les passages qui te plaisent et tu ignores les autres. Cela est profondément malhonnête.

Quelques exemple:

Josué 8:25
Lorsqu'Israël eut achevé de tuer tous les habitants d'Aï dans la campagne, dans le désert, où ils l'avaient poursuivi, et que tous furent entièrement passés au fil de l'épée, tout Israël revint vers Aï et la frappa du tranchant de l'épée. Il y eut au total douze mille personnes tuées ce jour-là, hommes et femmes, tous gens d'Aï. Josué ne retira point sa main qu'il tenait étendue avec le javelot, jusqu'à ce que tous les habitants eussent été dévoués par interdit.…

Nombres 14:45
Ils s'obstinèrent à monter au sommet de la montagne; mais l'arche de l'alliance et Moïse ne sortirent point du milieu du camp. Alors descendirent les Amalécites et les Cananéens qui habitaient cette montagne; ils les battirent, et les taillèrent en pièces jusqu'à Horma.

2 Samuel 8:1
Après cela, David battit les Philistins et les humilia, et il enleva de la main des Philistins les rênes de leur capitale. Il battit les Moabites, et il les mesura avec un cordeau, en les faisant coucher par terre; il en mesura deux cordeaux pour les livrer à la mort, et un plein cordeau pour leur laisser la vie. Et les Moabites furent assujettis à David, et lui payèrent un tribut. 

Nombres 15:33
Comme les enfants d'Israël étaient dans le désert, on trouva un homme qui ramassait du bois le jour du sabbat. Ceux qui l'avaient trouvé ramassant du bois l'amenèrent à Moïse, à Aaron, et à toute l'assemblée. On le mit en prison, car ce qu'on devait lui faire n'avait pas été déclaré. L'Eternel dit à Moïse: Cet homme sera puni de mort, toute l'assemblée le lapidera hors du camp. Toute l'assemblée le fit sortir du camp et le lapida, et il mourut, comme l'Eternel l'avait ordonné à Moïse.

Je pourrais continuer. Et je soupçonne que tu le sais.

Notre époque est une époque de désespoir total; la moralité défaillante humaniste n'offre que cette vie pour s'épanouir avec aucun espoir futur, aucun espoir de justice. 

Au contraire.

Premièrement, nous ne vivons pas dans une époque de désespoir total. C'est complètement faux. Nous vivons dans une époque formidable, sans doute la plus extraordinaire de toute l'histoire de notre espèce, et c'est aux avancées technologiques et scientifiques que nous devons cette qualité de vie inégalée. La pauvreté, la criminalité et la mortalité infantile, par exemple, sont à des niveaux historiquement bas.

Deuxièmement, ce que des gens comme moi disent, c'est qu'il faut rendre notre monde plus juste parce que c'est le seul qui existe vraiment. Inutile de rester assis à rêver d'un paradis imaginaire qui nous attendrait supposément après la mort. Cela n'est qu'un mythe puérile. Le seul monde qui est réel est celui-ci, dans lequel nous vivons. C'est celui-ci que nous devons nous efforcer d'améliorer et de rendre plus juste parce que c'est le seul que nous avons.

La justice existe et elle est humaine. Elle est imparfaite et il y a beaucoup de place à l'amélioration. C'est un "work in progress". Mais elle existe. Ta justice céleste n'existe que dans tes fantasmes.

La société fait la promotion de la mort de tous les côtés, la vie n'a pratiquement aucune valeur. L'avortement libre et non-balisée indique dès la petite enfance à quel point la vie est sans valeur propre. Puis, récemment, l'aide à mourir vient indiquer que la vie n'a plus de valeur après un certain moment quand la mort devient prévisible. Encore plus récemment, le gouvernement veut l'élargir encore plus.

Là, Alex, sincèrement, tu me cherches. Je vais rester poli, mais tu me cherches vraiment.

Regardons tes affirmations une à une.

1- La vie n'a pratiquement aucune valeur?

Ben voyons donc! Qu'est-ce que tu racontes là? Le nombre d'hôpitaux, de médecins, d'ambulanciers et d'infirmiers n'a jamais été aussi élevé! De véritables fortunes sont investies dans des recherches scientifiques qui tentent de trouver des remèdes à de nombreuses maladies! L'Occident, horrifié par les deux précédentes guerres mondiales, a réussi à mettre en place un système diplomatique qui a évité que de nouveaux conflits aussi meurtriers se produisent en Occident.

Je suis moi-même athée et je consacre ma vie à l'épanouissement et au bien-être des enfants depuis maintenant deux décennies! Et tu viens me cracher au visage que la vie n'aurait aucune valeur à mes yeux? Que sans ton dieu, je suis incapable de discerner la différence entre le bien et le mal? Il y a toujours bien des esti de limites, là...

La vie a une énorme valeur dans notre société actuelle. Jettes-y un regard honnête et tu le verras par toi-même. Ne regarde pas seulement les banquiers, les bandits et les vendeurs de chars usagés. Regarde aussi ceux qui se consacrent aux autres. Ils sont là et, ne t'en déplaise, ils ne sont pas tous motivés à être généreux et empathiques grâce à tes dogmes religieux.

2- L'avortement libre et non-balisée indique dès la petite enfance à quel point la vie est sans valeur propre?

Tu as raison de dire que la situation actuelle est inacceptable. Tu as raison de dire que des balises devraient être introduites. C'est vrai que des avortements tardifs ne devraient pas avoir lieu, à moins que la survie de la mère soit en danger. Je crois également que ce débat doit être ré-ouvert et que nous devons discuter intelligemment et posément de cette question en faisant passer la raison et les faits avant l'émotion.

Mais je sais également que les pires ennemis d'un débat ouvert et raisonnable sur l'avortement sont les idéologues fanatiques, notamment les féministes et les religieux comme les cathos.

Le problème avec l'avortement n'est pas qu'il démontre que la vie est sans valeur. C'est plutôt que l'on refuse de considérer la vie du foetus d'égale valeur à celle de la mère qui le porte. Au tout début de la grossesse, alors qu'il ne s'agit que d'un amas de cellules informe, cela se défend très bien, mais clairement plus à partir du moment où le bébé serait en mesure de survivre à l'extérieur de sa mère. Où est la limite raisonnable? Où est la frontière entre l'acceptable et le meurtre? C'est ce qu'il faut déterminer.

Les féministes fanatiques veulent que les femmes puissent avorter n'importe quand sans même avoir à le justifier. C'est inacceptable. Ces gens n'ont rien d'intelligent à apporter au débat. Ils font partie du problème.

Les cathos fanatiques déclarent que la vie commence dès la conception et que même un avortement dans les premières semaines de la grossesse est un meurtre. C'est inacceptable. Ces gens n'ont rien d'intelligent à apporter au débat non plus. Ils font partie du problème eux aussi.

Une fois de plus, les seuls qui peuvent trouver une réponse intelligente à ce dilemme sont les gens raisonnables et les scientifiques.

3- L'aide à mourir vient indiquer que la vie n'a plus de valeur?

C'est ici que tu m'enrages le plus. Je vais essayer de rester poli, mais ce n'est qu'avec le plus grand des efforts.

Il se trouve, mon cher Alex, que je suis un ardent défenseur du droit de crever quand on veut. Je crois qu'une personne qui est atteinte d'une maladie incurable, qui souffre ou qui veut éviter une longue et inévitable déchéance devrait avoir le droit de librement choisir la mort sans qu'on la fasse chier.

Parce que, OUI, à un certain point, la vie peut être abominable au point où elle n'a plus de valeur, au point où la mort est plus souhaitable.

Si toi, tu crois que ton dieu souhaite que tu crèves à petit feu, dans d'abjectes douleurs, pendant des semaines, des mois ou des années, dans la décrépitude la plus totale, à macérer dans ta pisse et ta merde, à te tordre de douleur sur un grabat et à ne plus devenir qu'un mort-vivant qui empoisonne le bonheur de tous ceux qui l'entourent, ben vas-y fort mon homme! Paye-toi la traite! Je suis même d'accord pour que l'État paye pour tes soins pendant ton long et inéluctable périple vers le néant!

Mais je n'ai pas à être assujetti à tes lois religieuses! Si moi je préfère crever dignement, comme un homme, afin d'écourter la souffrance de mes proches et la mienne, ben ça me regarde! C'est ma vie à moi, pas la tienne! C'est mon ultime possession! Rien ne m'appartient plus que ma propre vie! Et la décision d'en finir ne devrait revenir qu'à moi!

J'ai écrit de nombreux billets à ce propos, en voici quelques-uns:

Le droit de mourir dans la dignité
Pouvez-vous bien me dire pourquoi, dans une société libre, moderne et ouverte comme la nôtre, chacun de nous est encore privé de l'un de ses droits les plus fondamentaux? Celui de mourir dans la dignité? Pourquoi refuserait-on une mort digne et sans douleur à des gens qui souffrent de maladies incurables et pour qui aucun espoir de guérison n'est permis?

Mourir dans la dignité
Quel est notre ultime possession en ce bas monde? Qu'est-ce qui nous appartient encore plus que notre maison, notre divan, notre voiture ou notre télé? Qu'est-ce qui nous appartient depuis le tout début, qui nous a toujours appartenu et qui sera à nous jusqu'à la fin? La réponse: c'est notre vie.

Le droit de mourir
«Le droit de mourir est une affaire privée, qui ne concerne ni l'État et encore moins l'Église» --Bernhard Sutter, vice-président de l'association suisse d'aide au suicide Exit.

Commission de pleutres
ACHÈTE-TOI UN GUN PIS VISE BIEN! OU ENCORE BOURRE-TOI LA FACE DE SOMNIFÈRES, PIS ESPÈRE DE PAS TE LOUPER. NOUS, ON T'AIDE PAS. MÊME SI TU ES SAIN D'ESPRIT ET QUE C'EST CE QUE TU SOUHAITES. MÊME SI TU ES MALADE ET QUE TU N'AS ABSOLUMENT AUCUNE CHANCE DE GUÉRIR. SOUFFRE PIS FERME TA GUEULE!

Mourir est un DROIT
C'est ça que je veux, est-ce trop de demandé?

Quelle religion veut te faire souffrir?
Et ils ont le CULOT hallucinant de venir nous parler de LIBERTÉ de conscience! LIBERTÉ???? Alors qu'ils font justement campagne pour me PRIVER de ma LIBERTÉ DE CHOISIR? Vous vous torchez le cul avec ma liberté, bande d'illuminés!

Ils se fichent de ta liberté et de ta dignité!
Liberté? Liberté? Ouache! Évidemment, les religions s'y opposent.

Parce que tu vois, mon cher Alex, ultimement, ceci est une question de liberté.

Je ne t'empêche pas de t'agenouiller et de parler à ton ami invisible qui vit dans le ciel. Je ne t'empêche pas de faire une lecture sélective de ton livre sacré afin de te convaincre qu'il est d'origine divine. Je ne t'empêche pas d'aller rejoindre tes coreligionnaires pour chanter des jolies chansons le dimanche matin. Je ne t'empêche même pas de raconter ces sornettes à tes enfants et de tenter de les endoctriner dans ton culte. Et je ne t'empêche pas de choisir de crever à petit feu, à mes frais, jusqu'à ce que ton coeur se décide à arrêter de battre par lui-même.

Tu sais pourquoi je ne t'en empêche pas?

Parce que ce que je respecte par dessus tout, c'est ta liberté.

Et, en retour, j'exige que tu respectes la mienne.

M'semble que ce n'est pas trop demander.

Si ton livre sacré avait la moindre valeur, il parlerait de cette liberté. Mais évidemment, quand l'objectif est d'embrigader des gens et d'en faire des moutons soumis et obéissants, parler de liberté est plutôt contre-productif!

Les gens ne vivent plus pour quelque chose, pus ça va et plus les gens réalisent que la vie n'a aucun sens, aucune direction. Socialement, mettant de côté pour l'instant le débat sur la véracité ou non, le Christianisme offre un sens, une direction précise à la vie, donne de l'espoir et, très important, quand il est pris à la lettre et à l’extrême, mènera les gens à être bons, pacifiques, généreux et charitables.

Juste sur se point il me semble qu'étant donné l'état du monde dans lequel nous vivons le Christianisme est plus d'actualité que jamais.

Tu peux bien le croire si ça te chante.

Tu veux des réponses toutes faites qui t'éviteront d'avoir à penser par toi-même? Tu veux des jolies définitions simples et puériles de ce qui est "bien" et de ce qui est "mal" qui t'éviteront tout dilemme moral? Tu veux croire que des jolis anges t'attendent dans un merveilleux paradis céleste après ta mort? Ben vas-y, mon vieux! Si te mettre la tête dans le sable te rend heureux, paye-toi la traite! C'est ton droit!

Mais fais preuve de la même tolérance face à ceux qui préfèrent ouvrir les yeux et voir le monde tel qu'il est vraiment.

Ton christianisme, je n'en veux pas. Je considère que c'est du poison. Une arnaque pour les ignorants, les naïfs et les faibles d'esprit. Une sombre farce qui a pourrit la vie de générations de mes ancêtres. Une prison idéologique dont je suis fier de m'être évadé.

Alors sois gentil garde tes antiques superstitions dans la sphère de ta vie privée et ne viens pas t'en servir pour tenter de limiter ma liberté ou pour venir me faire la morale. Parce que ça ne passe pas.

Sur ce, joyeuses Pâques mon cher Alex!


10 commentaires:

Étienne a dit…

à noter que la vie à une valeur que quand elle nous appartiens. Ma vie est-elle la propriété des autres? non.

J'Ai le droit de mourrir à mon choix.

Fuck Dieu. Il n'existe pas.

Prof Solitaire a dit…

I'll drink to that!

Guillaume a dit…

Je rajouterais sur l'analogie (boiteuse) du programmeur: 1)Si un programmeur était comme le Dieu judéo-chrétien, ce n'est pas un code moral qu'il aurait créé, mais un code d'adoration. 2)Si un programmeur arrivait à créer un logiciel conscient et capable de faire des choix moraux, le logiciel aurait légitimement le droit de se questionner sur les ordres envoyés par son programmeur. C'est comme l'analogie du Dieu-père: un enfant doit-il obéir à son père? Oui, mais dans la mesure où le père exerce son autorité de manière juste, raisonnable et éclairée. L'autorité que le père a n'est en aucun cas absolue... ou éternelle.

Prof Solitaire a dit…

Je n'aurais pas pu dire mieux mon cher Guillaume.

Alex a dit…

Je ne comprends pas l'animosité que tu portes au Christianisme, je ne connais pas ton histoire ni ce que tu as du voir et vivre pour en arriver là mais tu m'en vois désolé.

Pour clarifier un peu certains points:
1 - Le monde animal peut contenir certaines semblances de moralité, ce qui ne dément aucunement la possibilité d'un Dieu créateur, même que cela tend plutôt à démontrer que c'est bien un unique créateur qui créa les animaux ainsi que les humains.
2 - Le code moral que nous avons, dans certains cas, va à l'opposé de ce qui est bien pour la survie de la race humaine. Par exemple la protection, le support des handicapés lourds (physiquement et/ou mentalement). Dans beaucoup de cas ce sont des problèmes génétiques et la solution froidement logique serait de les tuer dès la naissance, ce qui empêcherait la propagation de ces gènes faibles, soit l'eugénisme.
Nous sommes d'accord pour dire que cette solution est inhumaine et immorale, mais se serait tout a fait moral si notre moalité avait pour source l'évolution et la survie de l'espèce.
3 - Quand tu dis "Tu choisis les passages qui te plaisent et tu ignores les autres. Cela est profondément malhonnête."
et qu'ensuite tu cites des passages de l'ancien testament, spécifiquement sortis de leur contexte, pour démontrer ce que tu avances n'est-ce pas faire exactement de dont tu m'accuses?
Mais puisqu'il faut en parler, voici les grandes lignes contextuelles pour ne pas se mêler:
Ancien Testament(Livres de la religion juive):
- les histoires du peuple juif
- livres de lois pour la nation théocratique d'Israël
-- qui contiennent des lois religieuses ainsi que des lois administratives
-- les conséquences applicables sont donc soit religieuses (sacrifices, prières, rituels) ou bien physiques et administratives (mort, payer un dédomagement etc.)
- Chroniques de guerres opposant la nation d'Israël aux peuples qui l'entourait.
- Livres Poétiques et Prophétiques
Nouveau Testament:
- L'histoire de la vie et du ministère de Jésus
- L'histoire de l'église primitive du premier siècle
- Lettres d'Apôtres aux églises du premier siècle contenant l'instruction théologique et pratique pour les Chrétiens.

Si tu veux réellement savoir comment les Chrétiens doivent agir envers un autre Chrétien qui pêche tu peux regarder dans Matthieu 18:15-17.
Et si tu veux voir comment un vrai Chrétien devrait agir, entre eux, envers le monde, et envers leur enemies, tu n'as qu'a regarder Romains 12:9-21

En ce qui me concerne je ne suis ni ignorant, ni naïf, ni faible d'esprit. Je fais face au monde tel qu'il est.
Je n'ai pas une foi aveugle, bien au contraire c'est à force de tout questionner que j'en suis venu à ma foi. Je la partage parce que, comme Pen Gilette l'a si bien dit, "How much do you have to hate somebody to believe that everlasting life is possible and not tell them that?"

Pour ce qui est de la question de religion nous sommes en désaccord, et c'est correcte, mais avant de passer un jugement sommaire sur le Christianisme, fais au moins l'effort de regarder la matière d'un oeil neutre et critique dans son contexte, tu seras probablement toujours en profond désaccord avec, mais au moins tu sauras ce qu'il en est vraiment.

Prof Solitaire a dit…

Salut Alex. Mon animosité provient du fait d'avoir été endoctriné dans cette religion, d'avoir été rempli de mensonges pendant le 2/3 de ma vie et d'avoir mis des années à m'en libérer. Sans parler, comme je le mentionne dans le billet, des attaques contre ma liberté qui m'enragent.

Court réaction à ton commentaire:

1- Je n'ai pas soulevé la moralité du monde animal dans le but de prouver l'inexistence de "Dieu", je l'ai fait pour démontrer que la religion n'est pas à l'origine de la moralité, mais que c'est plutôt le contraire. On n'a absolument pas besoin de religion pour être bon, juste et généreux. De plus, nous n'avons pas été créés par un "Dieu", nous sommes le résultat d'une longue évolution qui a fait de nous ce que nous sommes aujourd'hui. Les preuves scientifiques sont indéniables.

2- Tu te trompes. La théorie de l'évolution ne mène pas du tout à l'eugénisme. Cet argument est souvent mis de l'avant par des croyants et il s'agit de diabolisation des athées. L'évolution a favorisé l'attachement et la collaboration chez nos ancêtres qui étaient des animaux profondément sociaux. Cela signifie que nous aimons les membres de notre clan et que nous souhaitons les protéger, les aider et les rendre heureux. Surtout lorsqu'ils sont vulnérables puisque c'est là qu'ils ont le plus besoin de nous: cela inclue donc les enfants, les vieillards et les handicapés. C'est une stratégie qui a de toute évidence connue un grand succès puisque notre espèce a proliféré partout sur la planète.

Ce sont nos gènes qui sont égoïstes, pas nous.

3- C'est toi qui a affirmé que la religion chrétienne ne fait JAMAIS la promotion de la violence. J'ai utilisé les passages qui prouvent que cette affirmation est fausse. Si j'avais été aussi malhonnête, j'aurais dit que la religion chrétienne fait TOUJOURS la promotion de la violence. Ce n'est pas ce que j'ai dit. Si j'ai ignoré les autres passages, c'est qu'il étaient inutiles pour réfuter ton affirmation.

Prof Solitaire a dit…

Je sais que certains passages de la Bible sont admirables et je sais ce qu'elle contient, j'en ai plusieurs. Je ne le nie pas. Ce que je dis, c'est que ceux-ci une expression de la moralité intrinsèque de l'être humain, pas la source.

Lorsque tu écris: "je ne suis ni ignorant, ni naïf, ni faible d'esprit. Je fais face au monde tel qu'il est."

Je ne t'adressais pas ces épithètes à toi personnellement. Désolé si je t'ai insulté, ce n'était pas mon intention. Tu n'es clairement pas un ignorant, ni un faible d'esprit.

Cela étant dit, un croyant ne voit pas le monde tel qu'il est, mais tel qu'il souhaite qu'il soit. Ce qu'on lui a appris à faire, c'est CROIRE, pas VOIR. Je comprends trop bien, j'ai été un ardent chrétien moi aussi.

Tu écris: "How much do you have to hate somebody to believe that everlasting life is possible and not tell them that?"

Tu peux me dire que tu crois à la vie éternelle, à la multiplication des pains, à l'immaculée conception, aux licornes, aux sirènes et aux Schtroumpfs si tu veux, c'est ton droit. Mais lorsqu'on croit à des balivernes et qu'on s'adresse à une personne sensée, il ne faut se surprendre que nos propos soient accueillis avec dérision.

Crois-moi, je connais ta religion puisque j'y ai longtemps appartenu. Tu n'as rien à m'apprendre sur le christianisme, mon cher. J'ai choisi la liberté.

Je rejette l'idéologie chrétienne, mais je ne te méprise pas, toi. Au contraire. Je te comprends. J'ai déjà été toi. Te mépriser reviendrait à me mépriser moi-même.

Que tu choisisses de briser tes chaînes ou non, cela t'appartient. Tout ce que je demande, c'est tu ne m'enchaînes pas contre mon gré. Si chacun respecte la liberté de l'autre, les croyants comme toi et les athées comme moi peuvent vivre en parfaite harmonie.

Et tes commentaires sont toujours les bienvenus.

Hénèm a dit…

Citer Penn Jillette pour défendre le christianisme? Pouhahaha !

Ctun libertarien athée, il est pris hors-contexte. Il veut ridiculiser les croyants pas les défendre.

https://www.goodreads.com/author/quotes/134143.Penn_Jillette

Prof Solitaire a dit…

Il me semblait aussi que le bonhomme était un athée...

Alex a dit…

Oui, Penn Jillette est un athée, mais ce qu'il disait n'est pas hors contexte.
C'est un homme intelligent et un excellent communicateur.

Dans le contexte, il exprimait que, même si il n'est pas croyant, il respecte les croyants qui partagent leur foi puisqu'ils le font honêtement et avec le bien des autres en tête. Il ne partage pas leur point de vue mais respecte qu'ils sont conséquents dans leurs gestes et croyances.

Petite note: Penn Jillette ne ridiculise pas les Chrétiens mais bien le Christianisme tel qu'il le connait (aussi les charlatans et hypocrites).
Je ne vois rien de mal la-dedans, tous devraient avoir le droit de critiquer toute religion, croyance et système de pensée.

Chacun est libre de croir ce qu'il veut, je n'imposerai jamais mes croyances à personne, de toute facon le véritable Christianisme est un choix personnel, personne ne peut l'imposer. Ceux qui l'ont fait, ou ont tenté de le faire, au cours du temps agissait soit dans l'ignorance de ce que la Bible enseigne à cet éffet, soit en conaissance de cause et en opposition directe à ce que la Bible enseigne à des fins personnelles.