3 mai 2017

Débat présidentiel Le Pen - Macron



Quelques citations que je trouve révélatrices:

(35:32) Le Pen: "Vous ne pensez pas à l'intérêt supérieur de la nation. Vous défendez, je vous le reprocherai toujours, des intérêts privés."

(36:10) Macron: "Votre stratégie c'est simplement de dire beaucoup de mensonges et de dire tout ce qui ne va pas dans le pays mais vous ne proposez rien."

(43:40) Macron: "Ce qui est extraordinaire, c'est que vous ne répondez jamais aux questions. Vous parlez toujours du passé des autres."

(47:20) Le Pen: "Je propose de taxer les entreprises qui délocalisent. Elles ne délocaliseront plus, M. Macron, si elles n'ont pas de bénéfices à aller dans un pays où les salaires sont très bas. Si elles sont taxées lorsqu'elles réimportent leurs produits, alors elles ne partiront plus car elles n'auront pas d'intérêt financier à le faire."

(1:04:40) Macron: "Alors vous allez soit creuser le déficit et dépendre des marchés financiers, soit augmenter les impôts durant votre quinquennat mais vous ne nous le dites pas, soit augmenter la dette et à ce moment-là, ce sont nos enfants qui paieront. Je ne veux aucune de ces solutions."

(1:11:10) Macron: "D'abord, j'ai une mauvaise nouvelle. 80% des médicaments sont faits à l'étranger. Comme vous taxez les importations, on va augmenter le prix."

(1:16:20) Le Pen: "L'idée qu'on demande toujours des sacrifices aux Français en toutes circonstances en les culpabilisant, c'est votre grande spécialité. Si notre régime de retraite ne fonctionne pas, c'est à cause d'eux, ils ne travaillent pas assez longtemps. C'est parce qu'ils ne travaillent pas assez. (...) S'ils sont au chômage, M. Macron, vous leur dites: "C'est de votre faute. C'est parce que vous n'acceptez pas les offres qui vous sont faites." (...) Moi, cette culpabilisation des Français, je ne la supporte plus."

(1:22:30) Le Pen: "La sécurité et le terrorisme est une problématique absolument majeure. Totalement absente de votre projet. Totalement absente. Aucune proposition qui tienne la route. C'est-;a-dire que la sécurité physique de nos compatriotes et la lutte contre le terrorisme et le fondamentalisme islamiste, vous ne voulez pas le mener. (...) Contre le terrorisme il faut d'abord retrouver nos frontières nationales. Toute de suite. Immédiatement. (...) Il faut que l'on expulse tout de suite les fichés étrangers qui sont sur notre territoire. Tous qui ont un lien avec le fondamentalisme islamique, dehors! Tous ceux qui sont double nationaux, on mettra en oeuvre la déchéance nationale."

(1:25:00) Le Pen: "Non seulement vous n'avez pas de projet, mais vous avez une complaisance pour le fondamentalisme islamiste. (...) Il faut fermer les mosquées salafistes, il faut expulser les prêcheurs de haine, il faut aussi s'attaquer aux associations qui vous soutiennent, M. Macron. (...) Quand on vous a dit: "Vous acceptez le soutien de l'UOIF?" Vous avez dit: "Oui, ça ne me pose pas de problème." Donc tous les gens qu'ils ont reçus dans leurs congrès et qui tiennent des propos qui sont des véritables appels au meurtre n'ont pas l'air de vous déranger. (...) Il faut arrêter les financements étrangers de pays que M. Macron connaît bien: le Qatar, l'Arabie saoudite, puisque vous aviez maintenu des exonérations fiscales pour les investissements de ces pays en France."

(1:32:50) Macron: "Vous avez été contre toutes les réformes que l'union européenne a porté pour lutter contre le terrorisme. Toutes!"

(1:37:40) Macron: "On doit s'interroger quand des jeunes Français qui sont nés en France, qui ont grandi en France, qui ont été élevés dans notre pays, suivent des fanatiques et détruisent nos propres enfants. Nous avons notre part de responsabilité. Ce n'est pas la première cause. La cause première, ce sont les djihadistes, ce sont les terroristes. C'est pour ça d'ailleurs que je veux mener une guerre intraitable hors de nos frontières contre l'Iraq et la Syrie. (...) C'est de savoir comment des enfants qui sont nés dans la république en arrivent là. Ça veut dire qu'il y a des malades psychiatriques et qu'on ne les suit plus..."

Note du Prof: Macron évoque la sempiternelle excuse de la maladie mentale pour expliquer les actes terroristes. Ce faisant, il se couvre de ridicule et démontre son penchant multiculturaliste. 

(1:40:23) Le Pen: "Je n'ai jamais de mon existence insulté qui que ce soit à cause de son origine, ni de sa religion, M. Macron (...) Est-ce que vous ne croyez pas que vous avez une part de responsabilité dans la haine qui se développe dans un certain nombre de jeunes à l'égard de la France? Quand vous allez en Algérie pour accuser la France de crimes contre l'humanité, c'est-à-dire le crime le plus grave qui puisse exister. (...) Comment vous étonnez-vous qu'un certain nombre de jeunes se disent: "Mais puisque la France a commis un crime contre l'humanité contre nous, pourquoi est-ce qu'on ne vient pas lui faire payer son crime?" Est-ce que vous ne croyez pas que vous avez une responsabilité considérable lorsque vous tenez ce genre de propos."

Bon, il commence à se faire tard, je m'arrête ici pour l'instant... n'hésitez pas à partager vos impressions ainsi que vos citations préférées dans les commentaires ci-dessous.



18 commentaires:

Prof Solitaire a dit…

Selon le Libé:

Marine Le Pen noie le débat sous une avalanche d'intox

http://www.liberation.fr/elections-presidentielle-legislatives-2017/2017/05/04/marine-le-pen-noie-le-debat-sous-une-avalanche-d-intox_1567143

fylouz a dit…

(47:20) Le Pen: "Je propose de taxer les entreprises qui délocalisent. Elles ne délocaliseront plus, M. Macron, si elles n'ont pas de bénéfices à aller dans un pays où les salaires sont très bas. Si elles sont taxées lorsqu'elles réimportent leurs produits, alors elles ne partiront plus car elles n'auront pas d'intérêt financier à le faire."

Promesse, de toute évidence, copiée sur Trump et impossible à réaliser à moins de quitter l'UE.

(1:16:20) Le Pen: "L'idée qu'on demande toujours des sacrifices aux Français en toutes circonstances en les culpabilisant, c'est votre grande spécialité. Si notre régime de retraite ne fonctionne pas, c'est à cause d'eux, ils ne travaillent pas assez longtemps. C'est parce qu'ils ne travaillent pas assez. (...) S'ils sont au chômage, M. Macron, vous leur dites: "C'est de votre faute. C'est parce que vous n'acceptez pas les offres qui vous sont faites." (...) Moi, cette culpabilisation des Français, je ne la supporte plus."

Marine Le Pen veut abaisser l'âge de la retraite à 60 ans. C'est bien beau, mais les retraites, on va les financer comment alors. Je rappelle juste que rappeler que l'espérance de vie en France est de près de 80 ans pour les hommes et plus de 85 pour les femmes.

fylouz a dit…

(1:22:30) Le Pen: "La sécurité et le terrorisme est une problématique absolument majeure. Totalement absente de votre projet. Totalement absente. Aucune proposition qui tienne la route. C'est-;a-dire que la sécurité physique de nos compatriotes et la lutte contre le terrorisme et le fondamentalisme islamiste, vous ne voulez pas le mener. (...) Contre le terrorisme il faut d'abord retrouver nos frontières nationales. Toute de suite. Immédiatement. (...) Il faut que l'on expulse tout de suite les fichés étrangers qui sont sur notre territoire. Tous qui ont un lien avec le fondamentalisme islamique, dehors! Tous ceux qui sont double nationaux, on mettra en oeuvre la déchéance nationale."

Marine Le Pen oublie de préciser que de nombreux djihadistes sont nés en France avec de beaux yeux bleus et une belle chevelure blonde. Retrouver nos frontières nationales ? Je ne savais pas qu'on les avait perdu. Elle fait sans doute référence à la libre circulation des biens et des personnes prévues par l'accord de Schengen. Pour fermer les frontières, encore une fois, il faudrait quitter l'Union. L'expulsion des fichés étrangers : c'est une vieille intox du FN, elle fait référence aux "fichés S", pour "Sûreté de l'Etat". "La fiche S est subdivisée en divers niveaux matérialisés par des chiffres, qui vont de « S1 » à « S16 ». Ce niveau de chiffres ne correspond pas à la « dangerosité » d’une personne, mais plutôt aux actions à entreprendre pour le membre des forces de l’ordre qui contrôle cette personne." ; "Utilisé pour « procéder à la surveillance de ceux sur lesquels ne repose aucune incrimination pénale, mais qui peuvent, par leur activité, représenter à un moment ou à un autre un risque de trouble à l'ordre public ou une atteinte à la sûreté de l’État », le fichier « S » est alimenté principalement par la Direction générale de la Sécurité intérieure (DGSI)" ; "En septembre 2016, le procureur de la République de Paris François Molins juge l'idée lancée par certaines personnalités politiques de placer en rétention les individus fichés "S" par les services de renseignement non envisageable : « Il ne peut y avoir de détention préventive en dehors d'une procédure pénale. C'est le socle de l'État de Droit. On ne peut pas détenir quelqu'un avant qu'il ait commis une infraction »7. De même Marc Trévidic, ancien juge antiterroriste, juge ce sujet « aberrant » : « Ficher S ça ne veut rien dire, on ne peut pas incarcérer des individus sans preuves, juste avec un nom sur une liste. Qui va décider du degré de radicalisation? Je ne veux pas vivre dans un pays où on en mettra en prison quelqu'un parce que les services de renseignement auront mis son nom sur une liste »(Wikipedia)

fylouz a dit…

(1:25:00) Le Pen: "Non seulement vous n'avez pas de projet, mais vous avez une complaisance pour le fondamentalisme islamiste. (...) Il faut fermer les mosquées salafistes, il faut expulser les prêcheurs de haine, il faut aussi s'attaquer aux associations qui vous soutiennent, M. Macron. (...) Quand on vous a dit: "Vous acceptez le soutien de l'UOIF?" Vous avez dit: "Oui, ça ne me pose pas de problème." Donc tous les gens qu'ils ont reçus dans leurs congrès et qui tiennent des propos qui sont des véritables appels au meurtre n'ont pas l'air de vous déranger. (...) Il faut arrêter les financements étrangers de pays que M. Macron connaît bien: le Qatar, l'Arabie saoudite, puisque vous aviez maintenu des exonérations fiscales pour les investissements de ces pays en France."

http://www.france24.com/fr/20170503-candidat-fn-supervise-collaboration-lafarge-ei-syrie-mediapart-veillard

(1:32:50) Macron: "Vous avez été contre toutes les réformes que l'union européenne a porté pour lutter contre le terrorisme. Toutes!" Exact, y compris les réformes visant à renforcer la sécurité au sein de l'Union.

(1:40:23) Le Pen: "Je n'ai jamais de mon existence insulté qui que ce soit à cause de son origine, ni de sa religion, M. Macron (...) Est-ce que vous ne croyez pas que vous avez une part de responsabilité dans la haine qui se développe dans un certain nombre de jeunes à l'égard de la France? Quand vous allez en Algérie pour accuser la France de crimes contre l'humanité, c'est-à-dire le crime le plus grave qui puisse exister. (...) Comment vous étonnez-vous qu'un certain nombre de jeunes se disent: "Mais puisque la France a commis un crime contre l'humanité contre nous, pourquoi est-ce qu'on ne vient pas lui faire payer son crime?" Est-ce que vous ne croyez pas que vous avez une responsabilité considérable lorsque vous tenez ce genre de propos." En ce qui concerne la première affirmation, elle est - considérant que c'est Marine Le Pen qui parle - absolument hilarante. La deuxième partie est parfaitement ridicule. Des jeunes Algériens ou autres ne vont pas se transformer en djihadistes parce que M. Macron a comparé la colonisation à un crime contre l'humanité. Cette déclaration fut vertement critiquée en France, évidemment surtout à droite. François Fillion a notamment comparé cette abomination à "un partage de culture". Ben voyons.

A part ça, je n'ai pas regardé le débat : 1) Je n'ai pas la TV, 2) Mon ordi n'a plus de son ; 3) Je trouve que c'est une totale perte de temps. Je préfère bien plus m'informer via la presse écrite et Internet. Au moins, on peut vérifier les infos qui nous sont proposées.

Et Libération n'est pas tout seul : http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2017/05/03/des-intox-du-debat-entre-emmanuel-macron-et-marine-le-pen-verifiees_5121846_4355770.html

fylouz a dit…

"Ils ont des chapeaux ronds, vive la Bretagne,
Ils ont des chapeaux ronds, vive les Bretons."

http://www.lemonde.fr/election-presidentielle-2017/live/2017/05/04/presidentielle-l-actualite-politique-en-direct-au-lendemain-du-debat-entre-macron-et-le-pen_5121918_4854003.html

fylouz a dit…

Et voici à quoi en est réduite Marine Le Pen : http://www.huffingtonpost.fr/2017/05/04/voici-litineraire-de-la-fake-news-que-propage-marine-le-pen-sur_a_22068793/?utm_hp_ref=fr-homepage

"Bien sûr que c'est fake news et alors? La cible c'est pas Macron c'est les gens qui lui font confiance".

fylouz a dit…

Au sujet de l'accusation de Le Pen du soutien de l'OUIF à Macron :
http://www.la-croix.com/France/Politique/Un-collectif-FN-enregistre-emission-avec-figure-UOIF-2016-10-18-1300797161

http://www.huffingtonpost.fr/2017/05/03/au-debat-presidentiel-macron-remet-sechement-le-pen-sur-la-lib_a_22067998/?utm_hp_ref=fr-homepage

Et bien sûr, la théorie du complot : "On nous cache tout. On nous dit rien."
http://www.huffingtonpost.fr/2017/05/03/debat-macron-le-pen-steeve-briois-president-du-fn-par-inter_a_22067816/?utm_hp_ref=fr-homepage

https://pbs.twimg.com/media/C-7fqQrXoAEvTn1.jpg

Guillaume a dit…

Si Marine n'était pas d'extrême-droite, elle n'avait qu'à créer son propre parti, pas succéder à la tête de celui de papa.

fylouz a dit…

Oh, mais elle a tout fait pour. On parle de "Mouvement Marine", de "Marinistes" et le nom du parti n’apparaît même plus sur les affiches électorales. Cette mise à l'écart des "durs" (plus de skin-heads) lui a été reprochée par certains membres du parti. En fait, elle tient plus de Bruno Mégret que de son père.

fylouz a dit…

Allez, un peu de détente : http://www.huffingtonpost.fr/2017/05/04/charline-vanhoenacker-na-pas-eu-sa-chronique-a-la-fin-du-debat_a_22068749/?utm_hp_ref=fr-homepage

fylouz a dit…

Et une autre raison de dire : "Vive le Brexit".

http://www.lemonde.fr/europe/video/2017/05/05/apres-le-brexit-jean-claude-juncker-decide-de-parler-en-francais-plutot-qu-en-anglais_5123182_3214.html

Guillaume a dit…

Quant à moi, c'est du "dog whistle": elle enlève les étiquettes les plus toxiques et infréquentables du FN en essayant de faire comme si elles n'avaient existé, tout en gardant à la base les mêmes racines. Je sais qu'elle est moins pire que son père, mais c'est pas comme si c'était très difficile. Et puis il est toujours président honoraire du parti, si je ne me trompe.

Quelques mots sur Macron: je ne vois pas en quoi être fils de médecins (je le suis par ailleurs aussi) et banquier, c'est une telle marque de honte. Il a bien des défauts, on s'entend, mais les mettre sur un pied d'égalité avec ceux de Le Pen, c'est une fausse équivalence que trop de gens de gauche font ces temps-ci.

fylouz a dit…

L'accusation répétée de "banquier" au cours du débat, proférée par Marine Le Pen serait une référence antisémite. Macron fut banquier chez Rotschild. Avant le premier tour, un caricaturiste de LR avait représenté la "galaxie Macron" en le représentant au centre, vêtu d'un costume, d'un chapeau et doté d'un nez crochu. La référence antisémite avait été rapidement dénoncée et le dessin retiré.

Guillaume a dit…

Chassez le naturel... Comme je le disais c'est du "dog whistle".

Prof Solitaire a dit…

Le triomphe du vide par Joseph Facal

http://www.journaldemontreal.com/2017/05/06/le-triomphe-du-vide

fylouz a dit…

Pas trop d'accord avec Joseph Facal. Je crois deviner qu'en intitulant son article ainsi, il se réfère à Emmanuel Macron. Si Le Pen, c'est le "plein" et qu'elle est élue, on est vraiment mal barrés.

Il le qualifie d'"éphémère ministre de l'économie". Je m'excuse, mais Macron a occupé ce poste deux ans sur un mandat présidentiel de cinq ans.

"Macron, c’est le candidat de la mondialisation heureuse, du multicultu­ralisme assumé, de la dilution de l’identité nationale et de la techno­cratie européenne." D'où sort-il ça ? Une citation ou deux auraient été utiles. J'ai parfois le sentiment que les Québécois juge les Français au travers de leurs propres prismes, de leurs propres fantasmes. Je pense que l'on tient là un bon exemple de ce travers.

Ensuite, longue tirade contre le "jeunisme". Comme si être jeune était une faute, un handicap, une preuve de manque d'expérience. Macron a 39 ans, s'il est élu, il sera le plus jeune président de la cinquième république. Et alors ? Est-il pour autant inexpérimenté ou incompétent ? A partir de quel âge M. Facal estime t-il que l'on est digne d'occuper une fonction politique ?

Quand les militants macronnistes disent qu'il est jeune et y voient un avantage, n'est-ce pas parce que la classe politique française s'est totalement décrédibilisée ?

Le Pen est la fille de son père, l'héritière de son parti, elle est née et a grandi dans un château, a des positions ultra-conservatrices pour ne pas dire réactionnaire, est impliquée dans plusieurs scandales et a refusé de se rendre devant la justice en invoquant son immunité parlementaire. C'est ça le changement ? Hélas, j'y vois plutôt la continuité.

Par ailleurs, je viens de lire ce blogue : http://www.huffingtonpost.fr/lucine-endelstein/violence-election-le-pen_a_22071247/?utm_hp_ref=fr-homepage

J'avoue que je n'y avais même pas pensé, mais l'auteur a mille fois raison. Si Le Pen est élue, il y aura bel et bien une libération de la haine en paroles et en actes, comme on a d'ailleurs pu le constater en France à l'occasion de la loi sur le mariage gay.

Prof Solitaire a dit…

Tu écris: " J'ai parfois le sentiment que les Québécois juge les Français au travers de leurs propres prismes, de leurs propres fantasmes."

Absolument vrai. Tu es dans le mille.

La France, dans l'imaginaire collectif québécois, c'est mythique. Un pays à la fois idéalisé et parfois aussi détesté. Il évoque l'envie et la jalousie. Les Québécois ont une relation émotionnellement très chargée avec la France.

Je ne suis pas une exception d'ailleurs.

Guillaume a dit…

Et 39 ans, c'est jeune, mais pas exactement juvenile. Contrairement a Trudeau auquel on le compare trop volontiers, Macron ne doit rien a la celebrite de son nom. Il a au moins le merite d'avoir travaille avant de faire le saut en politique.