26 mai 2017

Solidaires... à eux-mêmes!

Extrait de cet édito de Robert Dutrisac:

En refusant les alliances stratégiques avec le PQ, QS mine ses chances de conquérir certaines circonscriptions. Il réduit la probabilité que le PQ forme le prochain gouvernement. Ce faisant, il éloigne la réforme du mode de scrutin qu’il appelle de tous ses voeux. Et il affaiblit le mouvement souverainiste.

Extrait de cet article de Josiane Lavallée:

Cette tendance des identités multiples éloigne la formation politique de la souveraineté du Québec. Car ce qui devient important pour les membres issus des groupes stigmatisés, ce n’est pas la souveraineté, mais avant tout de faire avancer leur dossier respectif en tant que groupe particulier dans la société. En conséquence, les intérêts collectifs de la société québécoise, comme la défense des services publics (santé, éducation, services sociaux), ainsi que la promotion de la langue française, de l’histoire et de son identité québécoise passe au second plan. Donc, devant cette tendance individualiste des divers groupes en présence au sein de QS, il n’est vraiment pas surprenant qu’en fin de semaine les délégués aient voté en majorité pour le rejet de toute alliance électorale avec le Parti québécois, un parti qui se préoccupe davantage des intérêts collectifs de la nation québécoise.

À voir absolument:

Falardeau à propos de Québec Solidaire



2 commentaires:

Alex a dit…

Moi je suis plutôt soulagé, si le PQ veux vraiment avoir une chance il faut qu'il se préoccupe de son message nationaliste identitaire et qu'il se re-centres politiquement pour aller chercher les votes autant de la droite que de la gauche.
Je l'ai déjà dit, le Québec n'a aucun parti qui représente la droite sociale et économique (Les libéraux sont à gauche socialement mais économiquement à droite) si un parti solide et expérimenté se présentait avec une plateforme réellement centriste il irait chercher les votes d'électeurs libéraux qui, frustrés des bévues de ce parti, n'attendent qu'une bonne excuse pour voter ailleurs. Ils iraient aussi chercher les votes des électeurs caquistes qui ne sont pas contents que leur parti choisi est simplement "l'arternative" sans identité ou plateforme qui leur est propre.

Guillaume a dit…

QS n'est pas un parti de gauche, c'est un parti communautariste. Ça n'a jamais été un parti souverainiste non plus. Le PQ n'aurait jamais dû demander une alliance qui était condamnée à échouer.