27 mai 2017

"Trudeau donne raison aux souverainistes"

Ce n'est pas un souverainiste qui le dit, c'est Mario Dumont:

Un des arguments des souverainistes, c’est que le Canada dépouille le Québec de tout ce qui est financier et économique pour le concentrer vers Toronto. La décision du gouvernement Trudeau d’implanter la nouvelle banque de l’Infrastructure à Toronto leur donne un nouvel argument.

Philippe Couillard avait l’air bien déçu et embarrassé hier de commenter cet échec de son gouvernement. Le gouvernement du Québec avait exprimé son désir de voir de nouveau un siège social être implanté à Montréal. Il avait certainement fait ses représentations en privé auprès des libéraux d’Ottawa.

Mais on pourrait difficilement parler d’une bataille rangée sur la place publique. Nous les avons à peine entendus. Comme si au PLQ on anticipait la défaite en se disant qu’on aura l’air moins fou si l’on n’a pas fait trop d’esclandre.

Je n’ose plus répéter ma déception à l’endroit des quarante députés libéraux élus sous la bannière de Justin Trudeau lorsque vient le temps de défendre les dossiers du Québec. L’un d’eux a-t-il mis le poing sur la table pour défendre les intérêts québécois? Dans le cas de la Banque des infrastructures, ceux de la grande région de Montréal ont-ils mis leur poids sur la table? Pas convaincant.

Je suis aussi déçu du maire de Montréal Denis Coderre. Lui qui est un batailleur instinctif et efficace pour attirer des projets dans sa ville. Lui qui a un devoir de promouvoir Montréal sur toutes les tribunes. Lui qui est censé avoir des connexions au plus haut niveau du Parti libéral du Canada, sa famille naturelle, un atout qu’il n’hésite pas à mettre de l’avant en général.

Denis Coderre a fait des interventions discrètes dans le dossier de la Banque des infrastructures. Son silence sur la place publique nous donne l’impression que quelqu’un au gouvernement Trudeau lui a passé le message «Oublie ça, mon Denis, ça s’en va à Toronto, ne perd pas ton temps». Et il se serait soumis, s’associant à la mobilisation montréalaise, mais sans risquer de trop se mouiller publiquement.

Ce qui me paraît pire, c’est que Denis Coderre aurait joué dans le film de la remise de notre prix de consolation sans rien dire. Je crois vraiment que cette annonce d’un Institut du Développement international faite vendredi dernier s’apparente à un prix de consolation pour Montréal.

Je ne minimise pas l’importance de l’aide internationale. Mais la symbolique est quand même forte. Le développement international pour Montréal. Mais la finance, les gros dollars et les gros projets, les vraies affaires, quoi, c’est à Toronto!

Le plus énergique défenseur de la candidature de Montréal dans les dernières semaines fut le président de la Chambre de commerce de Montréal, Michel Leblanc. Il n’a pas mâché ses mots en apprenant la décevante décision. «Qui défendait Montréal? (...) qui est la voix du Québec à Ottawa? Pour l’instant, personne.» Voilà comment il résume la situation.

Je partage son inquiétude.




Aucun commentaire: