21 juin 2017

"Le Québec n’est ni raciste ni islamophobe"

C'est ce qu'affirme Nadia El-Mabrouk dans ce texte:

En tant que néo-Québécoise d’origine tunisienne, je trouve profondément injuste que le Québec qui m’a accueillie à bras ouverts soit devenu la cible d’accusations de racisme et d’islamophobie. L’intégration à une nouvelle société est évidemment un défi pour tout immigrant, et les chances d’y parvenir ne sont pas les mêmes pour tous. Mais parler de l’islamophobie comme d’un mal qui rongerait le Québec est parfaitement injustifié.

L’islamophobie et le racisme ont tellement envahi le discours qu’ils font même avorter des projets de convergence politique. Ils sont utilisés comme des mots-matraques pour calomnier son adversaire.

(...) Les musulmans seraient-ils particulièrement touchés par les crimes haineux au Canada ? Selon des données de 2013 de Statistique Canada, les juifs seraient trois fois plus touchés que les musulmans, avec 181 crimes contre les juifs, 65 contre les musulmans et 29 contre les catholiques. En dehors de l’horrible attentat de la mosquée de Québec qui soulève encore de nombreuses questions, les chiffres ne révèlent pas une flambée de violence envers les musulmans. D’ailleurs, l’élan de solidarité qui s’est manifesté à la suite de cet attentat représente bien le Québec généreux que je connais.

Il est cependant évident que les innombrables actes de terreur commis presque quotidiennement partout sur la planète au nom de l’islam suscitent des propos haineux, de l’aversion et des réactions de rejet envers l’islam. La seule façon d’arrêter cette barbarie et de redorer le blason de l’islam est de s’attaquer à l’islam politique. C’est ce qu’explique l’islamologue Noomane Raboudi dans un article paru en mai et intitulé « S’engager contre l’islamisme ne peut que servir les musulmans au Québec et ailleurs ».

Mais au lieu de s’en prendre à l’islamisme, la volonté politique est plutôt d’endiguer tout discours critique envers l’islam et l’islamisme. À ce chapitre, les initiatives ne manquent pas. En témoigne la motion contre l’islamophobie adoptée à l’Assemblée nationale du Québec en 2015, la motion 103 adoptée en mars 2017 visant à endiguer l’islamophobie au Canada, le projet de loi 59 qui s’apparentait à une loi contre le délit de blasphème et, plus récemment, la création au Québec d’un comité-conseil en vue d’une commission sur le racisme et la discrimination systémique. L’éducation à l’autocensure est également présente dans le cours Éthique et culture religieuse, où les enseignants sont appelés à sensibiliser les élèves aux discours islamophobes, mais sans jamais les mettre en garde contre les dérives intégristes des religions.

Faire de l’islamophobie le problème à combattre a pour effet de faire porter la faute au citoyen, qui serait coupable, par ses propos, de provoquer la radicalisation. Ainsi, ce concept est bien souvent utilisé pour justifier la censure, et même camoufler des actes et discours répréhensibles.

On se souviendra de la sociologue Valérie Amiraux qui, agissant comme témoin expert en mai 2016 dans le procès de deux jeunes accusés d’avoir planifié un attentat terroriste à Montréal, recommandait qu’une partie de la preuve soit cachée au public pour ne pas attiser « l’islamophobie » !

Au chapitre de la censure, l’annulation à Québec de la pièce Djihad du réalisateur Ismaël Saidi est particulièrement choquante. Considérée en Europe comme un outil pédagogique unique de sensibilisation à la radicalisation, elle est ici censurée de peur de stigmatiser l’islam. N’y aurait-il que les islamistes à être autorisés à parler de l’islam au Québec ?

Par ailleurs, il est navrant de constater que les concepts d’islamophobie et de racisme sont utilisés à des fins politiques pour manipuler un électorat sensible à un discours de victimisation. En témoigne l’épisode du congrès de QS où certains membres influents ont violemment dénoncé le projet de laïcité du PQ. Pourtant, affirmer une laïcité de fait et d’apparence est en continuité avec la marche du Québec, amorcée depuis la Révolution tranquille, vers une neutralité complète de l’État à l’égard des religions. La défense de la liberté de conscience contre tout prosélytisme, principalement à l’école, est une condition essentielle permettant de freiner la montée des intégrismes religieux et de favoriser l’intégration de tous.

Finalement, ce concept d’islamophobie conduit à camper les musulmans dans une posture de victimes qui ne fait que ralentir le combat contre l’islamisme et favoriser la radicalisation. De plus, il offre une vision erronée du Québec et ne contribue pas à faire naître un débat d’idées sain entre les citoyens. Le Québec ne se divise pas entre musulmans et non-musulmans, mais plutôt entre partisans d’un communautarisme prônant un retour à des valeurs patriarcales conservatrices et un « nous » rassembleur de citoyens, de toutes les origines, soucieux de préserver des valeurs progressistes d’égalité, de liberté et de laïcité.



Aucun commentaire: