26 juillet 2017

Harris et Adams discutent de Trump

Fascinante conversation entre Sam Harris et Scott Adams. Absolument fascinante.

Si vous avez envie d'une conversation différente des sempiternelles crises d'hystérie qui visent à diaboliser chaque geste et chaque parole de Donald Trump, alors vous allez adorer.

Et pour une très rare fois, j'ai eu l'impression que Harris faisait face à un interlocuteur dont les arguments étaient souvent à un niveau supérieur que les siens. Je ne suis pas toujours d'accord avec Adams, je dirais même que parfois il semble faire preuve d'angélisme, mais la conversation n'est pas moins fascinante pour autant.

Vraiment, un des meilleurs épisodes du podcast...





2 commentaires:

Sébastien a dit…

Suffisament fascinant pour écouter plus de 2 heures!
Je suis assez d'accord que Harris avait plus de difficulté au début, mais je ne crois pas que c'était parce que ses arguments manquait de force. C'était plutôt sa façon de la présenter qui était déficiente face à Adams. Toutefois, j'ai trouvé assez ironique qu'Adams s'oppose à l'analogie comme outil de débat en utilisant lui-même une analogie (le zèbre vs le cheval). Aussi, c'est comme si Harris cherchait une vicotire complète sur chaque argument, plutôt que de petis gains. Par exemple, avec la comparaison avec Hitler, pas besoin d'aller si loin pour montrer que Trump est mauvais. Vers le fin, je crois qu'Harris avait plus le dessus.
Adams parle de Trump comme d'un champion de la persuasion, mais il est lui-même très persuasif dans son approche qui repose principalement sur le doute. Je paraphrase: "Oui, ce qu'il fait peut sembler idiot / contreproductif / désagréable etc., mais c'est pour atteindre ses objectifs...". Bien sûr, en créant un doute, il a toujours une façon de trouver une "logique" quelconque à chacune des actions. J'aurais aimé qu'Harris le reprenne là-dessus et aussi sur le fait qu'Adams semble estimé la fin justifie tout les moyens.

Prof Solitaire a dit…

Heureux que ça t'ait plu. J'ai aussi été fasciné du début à la fin et je suis soulagé de voir que je ne suis pas le seul! ;-)