7 juillet 2017

La controverse musulmane du Parc Safari

Je ne me suis jamais gêné pour critiquer les dérives religieuses de tous horizons sur ce blogue. Et j'ai exprimé à maintes reprises la conviction que le monde serait bien mieux sans ces systèmes de superstitions médiévales.

Mais cela ne signifie pas que je voudrais les voir être bannies de force. L'autoritarisme me pue au nez et je ne voudrais pas voir les libertés individuelles des citoyens être amputées dans une guerre ouverte contre les religions.

C'est pour cette raison que je me suis opposé à ceux qui souhaitaient interdire le burkini sur nos plages. Et c'est également pour cette raison que j'ai pris la part de Rania El-Alloul dans le conflit qui l'a opposée au système de justice.

Et encore une fois, il semblerait que je vais me voir obligé de me ranger du côté des croyants malgré tout le mépris que je peux ressentir pour leur idéologie ridicule.

Extraits de la nouvelle:

Le Parc Safari a lancé un appel au calme, mardi, après avoir été la cible de réactions virulentes sur les réseaux sociaux dans la foulée d'un événement organisé sur place par des musulmans, dimanche.

Qu'est-ce qu'ils ont fait? Ils ont forcé des visiteuses à se couvrir ou à porter le hidjab? Ils ont insulté et intimidé les visiteurs qui ne portaient pas la barbe? Ils ont demandé que les saucisses faites de porc soient retirées du menu du restaurant? Ils ont insisté pour que des aliments halal soient ajoutés au menu? Ils ont distribué de la littérature anti-homosexuels et antisémite sur le site? Ils ont paradé avec un drapeau de Daech? Ils ont publiquement fait l'apologie de la violence?

Tout cela serait effectivement inacceptable et mériterait bien une réaction "virulente". Mais que s'est-il passé exactement?

L'Association musulmane du Canada avait réservé un espace dans le jardin zoologique pour tenir un rassemblement de 900 personnes. En fin d'après-midi, un appel à la prière a été lancé à l'aide d'un mégaphone, ce que certains visiteurs n'ont pas apprécié.

OK, essayons de décortiquer la situation calmement.

La question n'est pas de défendre ou de dénoncer le fait que des gens n'aient "pas apprécié". Les gens qui étaient sur le site ont bien le droit d'apprécier ou pas et ils ont le droit de le dire. Chacun a droit à son opinion et a le droit de l'exprimer.

La question n'est pas de savoir si je suis d'accord ou pas avec les doctrines de la religion musulmane. Bien évidemment, je ne le suis pas. Vous ne me verrez jamais défendre cette idéologie.

La question n'est pas non plus une question de laïcité de l'état. Le Parc Safari est un lieu privé, pas un lieu public. Dans le cas d'un parc public, je serais un peu plus ouvert à certains arguments anti-prosélytisme. Mais ce n'est pas le cas ici.

Les deux questions fondamentales qui doivent être posées ici sont:

1- Les membres de l'AMC ont-ils demandé ou bénéficié d'un traitement de faveur sur des bases religieuses?

2- Les autres visiteurs qui ne sont pas musulmans ont-ils été affectés de manière abusive par la présence du groupe?

Et dans les deux cas, la réponse est clairement non.

Les membres de L'AMC ont payé leur entrée comme les autres. Ils ont loué un espace comme peut le faire n'importe quel autre groupe, religieux ou pas. Ils n'ont fait aucune demande spéciale qui a été rapportée par les médias. Les autres visiteurs n'ont vu leur journée modifiée d'aucune façon par leur présence.

Le fameux "appel à la prière" a été fait en retrait, dans la zone qu'ils avaient louée et pour laquelle ils avaient payé, avec l'assentiment du propriétaire. Selon ce dernier, on apprend également ceci:

Au cours d'un entretien téléphonique avec La Presse, mardi, le propriétaire du Parc Safari, Jean-Pierre Ranger, a assuré que le volume sonore du mégaphone respectait les règles et qu'il n'était pas susceptible d'importuner significativement les autres visiteurs. «La vidéo montre un moment où quelqu'un avec un mégaphone fait un appel à la prière. Bien oui, et puis? Ç'a duré cinq minutes. Ils n'ont pas dérangé 5000 personnes», dit M. Ranger.

En d'autres termes, il n'y a aucune raison de blâmer le Parc Safari pour quoi que ce soit. Et les membres de l'AMC se sont comportés de façon adéquate.

La laïcité est une valeur que je respecte profondément et que je voudrais voir élevée au rang de politique officielle de l'état. Mais la valeur que je place au-dessus de toutes les autres, c'est la liberté.

La liberté, ça veut dire qu'on ne peut pas interdire à des gens de croire, de célébrer leur religion ou de prier.

On peut bien en penser ce qu'on veut. Moi, je trouve que c'est une perte de temps et d'énergie et que c'est une pratique ridicule. J'ai également exprimé à maintes reprises le fait que la religion musulmane en particulier porte en son sein un message dangereux qui peut mener à la violence et qui doit être dénoncé. Et j'ai bien le droit de l'exprimer si ça me chante.

Mais personne ne peut interdire la pratique des religions. Certainement pas dans un lieu privé et dans un contexte où le propriétaire a donné son assentiment. Ce serait abusif et liberticide.

Alors quel est le problème ici? Quelle est la nature du malaise?

Le problème, c'est que nous sommes coincés avec des gouvernements multiculturalistes fanatiques qui refusent d'encadrer ou même de définir ce qui constituerait théoriquement une pratique abusive perpétré par les groupes religieux. Au contraire, au nom de la sainte diversité, ils donnent leur aval à des pratiques complètement inacceptables telles que le serment de citoyenneté en burqa. Pire, ils menacent la liberté d'expression des citoyens qui critiquent les religions en associant leurs arguments à de "la haine" et à "l'islamophobie".

Dans ce contexte, dépourvu de leadership et de cadre qui définit ce qui est acceptable et ce qui ne l'est pas, le citoyen ordinaire sent, avec raison, que ses intérêts ne sont pas défendus. Il s'inquiète de la puissance de ces organisations religieuses qu'on lui interdit de critiquer. Il sent que, si les autorités refusent d'agir, il doit prendre la défense de ses intérêts en main lui-même. Et ceci est un terreau fertile pour l'intolérance.

La présence de la religion dans notre société doit être clairement encadrée. Les organismes religieux ne doivent bénéficier d'aucun traitement de faveur. Les pratiques inacceptables des croyants doivent être identifiées et interdites. Les idéologies religieuses ne doivent pas être mises à l'abri des dénonciations, des critiques et des moqueries. Toutefois, il faut dire clairement que les gens qui y souscrivent ont le droit de célébrer leur foi tant que cela ne contrevient pas à la liberté des autres et que ça ne crée pas d'injustices.

Tant que nos gouvernements couards de multiculturalistes fanatiques refuseront de le faire, des situations regrettables comme celle-ci continueront de se produire.



3 commentaires:

Kevin Macarry a dit…

Je rajouterais qu'un parc étant une propriété privé,il n'y a rien de choquant si avec l'accord du propriétaire des personnes choisissent de louer une parcelle du dit parc pour un usage personnel(un peus comme quand des stars louent un parc entier pour faire profiter leurs gosses)
La manifestations anti austérité réservée uniquement aux femmes sur place PUBLIQUE avait moins fais parlée d'elle j'imagine .


Après si certains clients sont mécontents ils n'ont qu'à boycotter le park.

Admirateur depuis 2015 a dit…

Bonjour, Prof Solitaire (et aussi à Kevin Macarry, au cas ou il lirait ma réponse)

J'avoue que les médias aiment bien faire un peu de sensationnalisme pour faire peur au monde. On pourrait croire, en lisant les grandes lignes, que ce groupe de musulmans a dérangé TOUTES les personnes ayant fréquenté le parc ce jour-là, quand ce n'est pas le cas.

En lisant ton analyse, je me rends compte que tout ça revient à chialer pour chialer, sans prendre le temps d'analyser de manière objective les faits. D'ailleurs, l'autre jour, j'ai vu un reportage visant clairement à dépeindre Donald Trump comme un idiot car il se montrait très peu interessé à la musique classique lors de la présentation d'un opéra au G20. Pis ça? Faut-il absolument avoir écouté toutes les musiques classiques pour être président? Évidemment que non! Même moi, je ne m'y intéresse pas, pourtant, cela ne nuit aucunement à mes ambitions personnelles! C'est clairement de l'intimidation, dans les deux cas, même si je ne suis pas fondamentalement d'accord avec les politiques de Trump, ni avec l'endoctrinement religieux!

En passant, dans un autre ordre d'idées, voici le lien pour l'épisode D'égales à égales, au cas ou tu ne le trouverais pas. Désolé de ne pas t'avoir envoyé ça plus tôt, mais Dailymotion était bloqué à partir de l'endroit ou je t'ai écrit les premières fois.

https://www.dailymotion.com/video/x1mnu2i_les-supers-nanas-d-egales-a-egales_fun

Prof Solitaire a dit…

Cool, merci Admi! ;-)