9 août 2017

Élevés par des homosexuels

Je sais que ce billet sera inévitablement perçu par certains comme étant homophobe.

Mais prenez donc le temps de le lire jusqu'au bout avant de monter aux barricades.

Vous n'aimerez peut-être pas ce que ces gens ont à dire, mais leur expérience est bien réelle. Leurs propos méritent d'être lus et entendus. Ultimement, c'est du bien-être des enfants dont il est question ici, et cela est primordial dans une société.

Extraits de l'article:

Il y a quelques jours, les homosexuels Dolce & Gabbana affirmaient que « la famille n’est pas une mode passagère, c’est un sens de l’appartenance. […] La seule famille, c’est la famille traditionnelle. » Tollé immédiat et appel au boycott dans les milieux LGBT.

Quelques jours plus tard, six adultes américains élevés par des homosexuels écrivaient pourtant aux deux stylistes pour les remercier d’avoir « donné voix à une chose que nous avons apprise par l’expérience : chaque être humain a un père et une mère, et couper l’un ou l’autre de la vie d’un enfant, c’est priver l’enfant de dignité, d’humanité et d’égalité ».

Les signataires poursuivent : « Nous savons que vous allez subir une immense pression, spécialement en ce moment où l’Italie et les États-Unis sont poussés à nier ce que nous réclamons, à savoir le droit d’avoir un père et une mère, dans le seul but de satisfaire un puissant lobby gay. ». Les six confient avoir trouvé dans les propos de Dolce & Gabbana « l’inspiration » et le « courage » d’aller dénoncer le mariage gay auprès de la Cour suprême des États-Unis, et leur lettre s’achève par une supplication : « C’est important pour notre bien […] que vous ne vous excusiez ni ne capituliez. S’il vous plaît, continuez à soutenir l’idée qu’un enfant a besoin d’un père et d’une mère. C’est un droit de l’homme. » Un cri de souffrance bien peu relayé par les promoteurs de l’égalité.

Plus récemment encore, Heather Barwick, Américaine également, écrivait à sa « chère communauté gay » pour lui confier sa souffrance. Élevée par deux lesbiennes, la jeune femme a longtemps milité pour le mariage homosexuel. Elle écrit « pour sortir du placard » : « Je ne soutiens plus le mariage homosexuel », confie-t-elle, en précisant : « Non pas parce que vous êtes gay, je vous aime tant, mais en raison de la nature même de la relation homosexuelle. »

Pourquoi ? Parce que « cela promeut et normalise une structure familiale qui nous prive de quelque chose de précieux et de fondamental. On nous répète que nous n’avons pas besoin de ce que nous désirons naturellement et profondément. On nous répète que ça va aller. Mais ce n’est pas vrai, nous souffrons », explique-t-elle.

C’est après s’être mariée que la jeune femme a réalisé combien l’absence d’un père était douloureuse, « en voyant mes enfants aimer et être aimés par leur père ». « J’aime la partenaire de ma mère, précise la jeune femme, mais une autre femme ne remplacera jamais le père que j’ai perdu (…) C’est une chose étrange et troublante de vivre avec cette douleur profonde de rechercher un père, un homme, dans une communauté qui prétend que les hommes sont inutiles. »

Heather Barwick sait que les homosexuels peuvent être de bons parents. Elle sait aussi que « tant de causes peuvent faire souffrir les enfants dans une famille : divorce, abandon, infidélité, viol, mort… » mais « la meilleure et la plus belle structure familiale est celle dans laquelle les enfants grandissent avec un père et une mère », écrit celle qui refuse désormais que l’on impose sa souffrance à d’autres enfants.

Elle supplie cette communauté gay qu’elle « aime tant » et qui lui a « tant appris » d’entendre cette souffrance, dans un message poignant :

« Un grand nombre d’entre nous a peur de parler et de vous dire sa peine et sa souffrance parce que quelles que soient les raisons, vous n’avez jamais l’air de nous écouter. Vous ne voulez pas entendre. Si nous disons que nous souffrons d’avoir été élevés par des parents homosexuels, nous sommes ignorés ou catalogués comme haineux. Cela n’a rien à voir avec la haine du tout […] Je sais que vous avez vraiment été haïs et que vous avez réellement souffert […] J’étais là. J’ai pleuré et j’ai ressenti la colère directement dans la rue avec vous. Mais ce n’est pas moi. Ce n’est pas nous. » (...)
​‌
Je dois dire que ces vibrants témoignages bousculent mes propres convictions. J'aurais bien aimé croire qu'un enfant puisse s'épanouir tout autant avec un couple homosexuel aimant qu'avec un couple hétéro aimant. 

Toutefois, ceci semble plutôt indiquer que les enfants ont besoin d'un père et d'une mère. Ou, du moins, comme cet élève à qui j'ai enseigné cette année, d'un homme et d'une femme qui jouent un rôle significatif et prépondérant dans leur vie.

Ultimement, c'est le rôle des pères qui doit être reconnu et valorisé. Et dans une société féministe comme la nôtre, ce n'est pas demain la veille.

Cela étant dit, je ne crois pas qu'il faille interdire le mariage homosexuel, comme le suggère cet article, ni qu'il faille interdire l'adoption par des couples homosexuels. Mais il me semble primordial d'entendre ces témoignages, d'étudier la question et si cela se vérifie, de faire comprendre aux parents homosexuels qu'ils ont le devoir de s'assurer que leurs enfants aient une relation positive privilégiée avec au moins une personne de l'autre sexe. 

Une chose est certaine, des parents LGBT qui dénigrent et diabolisent les hommes et les hétéros ou qui tentent d'imposer leur orientation sexuelle à leurs enfants commettent des gestes monstrueux qui causent énormément de souffrance. Le fait de le dénoncer ne signifie pas qu'on soit une personne haineuse, mais simplement que nous avons à coeur le bien-être des petits.

À lire également:




3 commentaires:

fylouz a dit…

La solution pourrait être que les parents conservent un contact avec le géniteur/la génitrice, au moins occasionnel si c'est possible. Evidemment cela induit l'acceptation d'une part de responsabilité dans la venue au monde et l'éducation de l'enfant à la fois de la part de l'un/l'une et des autres.

Prof Solitaire a dit…

Si l'autre parent biologique est un modèle adéquat, cela serait définitivement la meilleure solution.

Anonyme a dit…

https://www.izlesene.com/video/george-carlin-jamminin-new-york-gosterisi-1992/8809946