2 janvier 2018

2017: le fiasco libéral

Qu'a accompli le gouvernement de Justin Trudeau en 2017?

Essentiellement rien. Mais ils sont très efficaces dans le domaine des scandales par exemple:

Juju

Dès le début de 2017, Justin Trudeau doit expliquer un voyage controversé, un séjour sur l'île privée de l'Aga Khan aux Bahamas.

Juste avant Noël, la commissaire à l'éthique a statué que le premier ministre a enfreint la Loi sur les conflits d'intérêts, en acceptant cette invitation.

(...) Cette controverse faisait suite à celle des cocktails de financement impliquant des gens d'affaires dans des résidences privées.

Devant l'opposition qui l'accuse de se préoccuper davantage des gens fortunés, Justin Trudeau annule son voyage au Forum économique de Davos.

Il lance plutôt une opération charme auprès du public canadien: une tournée de trois semaines qui a des allures de campagne électorale. Si les gens sont nombreux à se déplacer pour acclamer Justin Trudeau, d'autres en profitent pour lui manifester leur mécontentement.

Il me semble que cet article en oublie quelques-uns.

Comme par exemple l'intention de Trudeau d'accueillir les combattants de Daech à bras ouverts. Il ne veut pas les punir, il veut les réintégrer à la société! Il veut les aider!

Ou encore le fait qu'il a refusé 18 fois de répondre à une question en chambre à propos de ses entretiens avec le commissaire à l'éthique.

Harjit Sajjan

(...) Dans un discours, Harjit Sajjan s'est décrit comme ayant été l'architecte de l'opération Méduse en Afghanistan, ce qu'il n'a pas été.

Ce n'est pas la seule controverse à propos de Sajjan. Ses positions politiques ont été dénoncés par l'Inde et des membres sikhs ont claqué la porte du parti après sa nomination. Sa présence complique sérieusement les relations diplomatiques entre le Canada et l'Inde.

Mélanie Joly

En septembre, c'est au tour de la ministre du Patrimoine.

Mélanie Joly présente sa politique culturelle et tente de défendre la décision du gouvernement de ne pas taxer les services des géants du web comme Netflix. Le mécontentement demeure vif au Québec.

S'il n'y avait que ça!

La nomination de Madeleine Meilleur au poste de commissaire aux langues officielles a causé un mélodrame qui ne s'est terminé qu'avec le retrait de sa candidature.

Ou encore l'installation, sur la pelouse du parlement, d'une patinoire de 5,6 millions qui devait initialement rester ouverte à peine un mois.

Ou tout simplement le fait qu'elle parle pour ne rien dire et qu'elle est devenue une gigantesque joke ambulante.

Bill Morneau

Cependant, aucun ministre n'aura été sur la sellette en 2017 comme Bill Morneau.

Son projet de réforme fiscale a soulevé un tollé. Après l'avoir défendu pendant des semaines, le ministre des Finances l'assouplit.

Puis, le «Globe and Mail» révèle que le grand argentier du gouvernement n'avait pas placé ses avoirs dans une fiducie sans droit de regard.

L'opposition l'accuse donc de s'être placé en conflit d'intérêts. La commissaire à l'éthique lance une enquête.

Bill Morneau n'avait pas non plus déclaré ses liens avec une villa en France.

Quand des journalistes demandent à questionner le ministre lors d'un point de presse, Justin Trudeau s'interpose.

Et que dire de la décision de Marc Garneau de permettre les kirpans dans les avions?

Quel gouvernement de merde...

Mais ce n'est pas grave! Ce pignouf de Trudeau demeure en tête des sondages! Après tout, il a tellement de beaux cheveux...



1 commentaire:

Prof Solitaire a dit...

Le kirpan en avion : trois semaines plus tard, on comprend tout

Le clientélisme libéral sera-t-il, ce soir, couronné de succès ? La réponse dans quelques heures...

http://www.journaldemontreal.com/2017/12/11/le-kirpan-en-avion--trois-semaines-plus-tard-on-comprend-tout