7 novembre 2018

Super-Rima sur le sentier de la guerre!

Le rôle des médias a jadis été de nous informer. Plus maintenant.

Ces derniers jours, j'ai parlé des dérapages hallucinants de plusieurs journalistes québécois. J'ai parlé d'Yves Boisvert, d'Alexandre Sirois, de Patrick Lagacé et de Josée Legault. Tout un beau troupeau de moutons qui bêlent en choeur les mêmes niaiseries.

J'ai cité des articles complètement ahurissants, remplis d'enflures verbales ridicules, d'hallucinations pures et simples et d'accusations débridées de nazisme. De la pure folie.

Et voilà que Rima s'en mêle. Juste comme on pense avoir atteint le fond du baril, voilà que notre chroniqueuse féministe va nous creuser un autre sous-sol.

Je lis son texte et je trouve qu'il est difficile de croire qu'il a été écrit par un adulte. Et encore moins par un adulte qui fait carrière dans le domaine du journalisme. Et pourtant, c'est le cas. La qualité de ce que nous offrent les médias d'information est à ce point médiocre.

Lisons donc le dernier torchon de Rima et extirpons-en les idées principales et les nombreuses inexactitudes:

La colère des femmes peut-elle sauver l'Amérique? Quel impact aura-t-elle sur l'issue des élections de mi-mandat ?

Dès la première phrase, on voit que Rima a perdu tout contact avec la réalité depuis longtemps.

Pour elle, il n'est plus question de partis politiques qui appartiennent à des écoles de pensées légitimes et qui mettent de l'avant des programmes opposés tout en souhaitant le meilleur pour leur pays! Ce ne sont plus des gens qui ont simplement des désaccords sur des enjeux de société importants! Ce ne sont plus des visions qui contiennent chacune des éléments intéressants qui méritent réflexion. Non! Rien de tout ça!

Pour Rima, le monde est un mauvais film de super-héros. S'cusez, de super-HÉROÏNES! D'un côté, t'as les méchants républicains et de l'autre, la Ligue des Justicières qui veut SAUVER L'AMÉRIQUE! Rien de moins.

On est à ce niveau-là, mes amis. Une vision du monde aussi puérile et naïve caractérisait jadis les enfants de 8 ans, pas les chroniqueurs de La Presse. Mais maintenant, on en est là. Les analyses qui nous sont offertes sont à ce niveau-là de sophistication. Celui d'un enfant de 8 ans.

Et si vous trouvez qu'elle travaille du chapeau avec cette déclaration, ce n'est que le début. On en est juste à la première phrase!

J'aimerais penser que l'électrochoc causé par l'arrivée au pouvoir d'un président ouvertement anti-femmes, qui s'est vanté d'être un prédateur sexuel, aura été tel qu'il ne peut que provoquer un retour du balancier. Une colère des femmes si grande que plus rien ne pourra l'arrêter. Mais c'est loin d'être gagné.

Rima n'a que des certitudes. Elle ne se remet pas en question. Pourquoi le ferait-elle? Rima est du côté de la Ligue des Super-Héroïnes! Elle est du côté des gentilles qui veulent sauver l'Amérique!

Ses adversaires sont des super-vilains monstrueux, cruels et perfides. Ils veulent détruire l'Amérique! On n'accorde pas la moindre crédibilité à ces gens-là! Voyons!

Le monde de Rima est une dichotomie manichéenne: tout bon d'un côté, tout mal de l'autre! Pas de nuances, pas de zone grise, pas de compromis possible. Rima raisonne comme un enfant de 8 ans.

Pour elle, ce n'est pas une élection, c'est une guerre. Et dans une guerre, tous les coups sont permis.

Le problème, c'est que Rima hallucine.

Trump n'est pas anti-femmes. Quelle affirmation ridicule. Imaginez à quel point il faut être fanatisé pour affirmer une chose pareille. D'abord, qu'est-ce que c'est que ce concept d'être anti-femmes? Le concept lui-même est complètement délirant. Qui est anti-femmes? Qui veut détruire les femmes? Qui veut éradiquer les femmes? À part quelques tueurs en série du genre Jack the Ripper ou le Green River Killer, aucun exemple ne me vient à l'esprit.

Mais pour Rima, ceci est un concept parfaitement valide. Pour elle, des hommes anti-femmes existent en grand nombre et Trump est un de ceux-là. Ils seraient comme une bande de super-vilains caricaturaux qui complotent dans l'ombre, qui veulent éradiquer les femmes et détruire l'Amérique!

Évidemment, elle serait bien incapable d'expliquer comment et de nous offrir des preuves objectives et concrètes. Mais ça n'a aucune importance. On n'est plus dans la critique intelligente, on est dans une perception du monde qui s'apparente à celle d'un enfant de 8 ans.

Et on est en guerre, alors tous les coups sont permis.

En passant, Trump ne s'est jamais vanté d'être un prédateur sexuel non plus. Quelle affirmation tordue, grotesque et ridicule. J'en ai déjà parlé dans cet autre billet, je ne vais donc pas me répéter inutilement. Poursuivons plutôt avec les délires de Rima:

Certes, la colère des femmes est palpable depuis 2016 aux États-Unis. 

Dans le monde de Rima, les femmes sont choquées. Du moins, toutes les femmes dignes de ce nom. Elles constituent un bloc homogène. Elles pensent toutes pareil, elles votent toutes pareil.

Et seules les femmes sont choquées. Pas les hommes. Ou peut-être fait-elle simplement fi des hommes parce que, selon elle, ils ne comptent pas vraiment. Ils ne sont que des hommes après tout, ils n'ont pas de super-pouvoirs comme les Justicières qui veulent sauver l'Amérique.

Comme elle le disait dans cette autre chronique, les femmes construisent et les hommes détruisent.

Et encore une fois, elle hallucine. Ou elle est sciemment malhonnête, c'est dur à dire parfois. Mais vu le niveau de sophistication de sa réflexion (celui d'un enfant de 8 ans), je soupçonne qu'elle se croit vraiment.

Lorsque Rima parle de la "colère" DES FEMMES, elle exagère au point de rendre la réalité méconnaissable.

N'en déplaise à Rima, les femmes sont des individus dotés d'intelligence et parfaitement capables de pensée critique, elles aussi. Et par chance, il semblerait que beaucoup de femmes soient plus intelligentes que Rima. Les statistiques le démontrent. Environ le tiers des femmes est satisfait de la performance de Trump. 42% des femmes sont satisfaites de ses politiques économiques et le tiers approuve de sa politique étrangère. Le tiers des femmes souhaite que les républicains contrôlent le Congrès. Bref, dans la réalité, c'est vrai que la majorité des Américaines ne sont pas favorables à Trump, mais on est très, très loin d'être en présence d'un bloc homogène.

Une affirmation plus juste ressemblerait plutôt à ceci: Une majorité de femmes soutiennent les démocrates. Infiniment plus raisonnable et plus fidèle à la réalité.

Mais pas pour Rima. Rima est en guerre!

Alors Rima nous parle de la colère des Super-Héroïnes qui vont sauver l'Amérique!

(...) Dès le lendemain de l'investiture de Donald Trump, des Américaines sont descendues dans les rues par milliers pour dénoncer haut et fort ce président qui méprise autant les droits des femmes que les droits de la personne en général. 

Deux idées importantes se dégagent de cette affirmation.

Pour Rima, les héroïques manifestantes qui avaient envahi les rues de Washington avec leurs pussy hats roses parlaient d'une seule voix pour exprimer la même chose. Comme un bloc homogène.

Pire, Rima croit que ces manifestantes sont représentatives de toutes les Américaines. Quelques milliers de personnes représentent parfaitement bien plus de 150 millions de femmes.

Ridicule, mais pas étonnant. Rima voit le monde comme une collectiviste. Elle ne voit pas des individus qui font des choix individuels, elle ne voit que des groupes.

Deux groupes, pour être précis. Les gentilles super-héroïnes d'un bord, les méchants de l'autre. Elle voit le monde comme un enfant de 8 ans.

(...) Et cette même colère n'est certainement pas étrangère non plus au fait que le fossé s'est creusé entre les intentions de vote des hommes et des femmes.

Pour Rima, le seul facteur qui explique une différence dans les intentions de votes de hommes et des femmes, c'est la COLÈRE. C'est tout. Ça s'arrête à ça. C'est tout simple. Les gentilles Madames ne sont pas contentes.

Tout un phénomène sociologique est ramené à un seul facteur. À une seule variable qui explique tout.

Encore une fois, Rima nous démontre qu'elle a la capacité d'analyse, la sophistication et la superficialité d'un enfant de 8 ans.

(...) Selon un sondage NBC-Wall Street Journal publié le 4 novembre, 55 % des électrices préfèrent voir les démocrates au Congrès (contre 37 %, les républicains). Chez les hommes, ils sont 43 % à préférer les démocrates (contre 50 %, les républicains).

Wow, les chiffres de Rima sont encore pires que les miens pour discréditer ses propres théories. Seule la moitié des femmes souhaiterait un Congrès démocrate! LA MOITIÉ! Et ce nombre n'est toujours pas encore assez élevé pour l'empêcher de parler des femmes comme d'un bloc homogène en colère? Extraordinaire...

Mais Rima ne va tout de même pas s'embarrasser de chiffres! Elle est en guerre!

Et elle va maintenant s'employer à placer ces femmes traîtresses dans le camp des super-vilains:

(...) Dans le New York Times, samedi, un reportage donnait la parole à des électrices de Columbia, au Missouri. Pour elles, Trump, loin d'être un président anti-femmes, est plutôt un héros qui les protège des invasions barbares des caravanes de migrants à la frontière. « Il comprend pourquoi nous sommes en colère et il veut arranger ça », disait une supporter de 69 ans. Qu'importe si cette colère se nourrit essentiellement des mensonges d'un président qui, une fois de plus, n'hésite pas à diaboliser des immigrants pour gagner des votes. Il comprend...

Pour Rima, les inquiétudes de ces femmes sont sans fondements. Ces femmes sont des idiotes qui se sont laissées bernées par les mensonges de Trump. Elles ne sont pas aussi méchantes que les super-vilains de droite qui veulent détruire l'Amérique, seuls les hommes peuvent l'être, mais ce sont de pauvres naïves épaisses. Des minions brainwashées.

Car voyez-vous, Rima aime beaucoup LES FEMMES, mais seulement celles qui pensent comme elle. Les autres, elle les méprise. Pas autant que les hommes, mais pas loin.

Parce que pour Rima, il est impensable qu'une personne puisse avoir des raisons valables et raisonnables de s'inquiéter de ce phénomène de caravanes de migrants constituées de gens dont on ne connait rien, qui se dirigent vers nos frontières avec l'intention ferme de pénétrer de force sur le territoire sans respecter les processus légaux d'immigration.

Elle n'a jamais adressé la parole à ces gens qui s'inquiètent et elle ne sait rien de leur point de vue. Aucune importance. Elle est bien au-dessus de ces gens-là, de ces pauvres idiotes à qui Trump a lavé le cerveau! Rima est du côté des super-héroïnes qui veulent sauver l'Amérique, elle!

Depuis deux ans, les vraies raisons d'être en colère se sont multipliées. Pensons seulement à l'affaire Kavanaugh et à la façon dont Trump s'est moqué de Christine Blasey Ford, cette femme courageuse dont la vie est en lambeaux depuis qu'elle a osé accuser publiquement d'agression sexuelle le juge Brett Kavanaugh, appuyé inconditionnellement par le président.

Et les hallucinations continuent.

Pour Rima, il faut croire les femmes. Après tout, ce sont des super-héroïnes qui veulent sauver l'Amérique! Alors si elles accusent un homme, ce doit sûrement être vrai! Donc, Ford est une courageuse héroïne et Kavanaugh est un salaud et un violeur, affaire classée.

Et Rima ment. La vie de Ford n'est pas en lambeaux. Cliquez ici pour en savoir plus.

De plus, les autres accusatrices de Kavanaugh se sont avérées être des menteuses. Mais ça, Rima ne nous en parlera pas. Elle va faire comme si ce fait n'existait pas. Ça viendrait contredire sa vision du monde d'enfant de 8 ans.

Et on est en guerre pour sauver l'Amérique, après tout!

(...) Aux femmes, on enseigne le plus souvent à cacher leur colère. Leur fureur est le plus souvent perçue négativement.

Hahahahaha! Hilarant!

Rima croit que la colère des hommes est perçue plus POSITIVEMENT!

Selon elle, les hommes ont le droit de se fâcher mais pas les femmes! Est-il possible d'imaginer une affirmation plus ridicule que celle-là?

Et regardez ce qu'elle avance comme preuve:

Si un Brett Kavanaugh est en colère, ça le sert. Mais une Christine Blasey Ford sait instinctivement que si elle exprime sa colère, ça la dessert. Pour lui, la colère est une arme à laquelle il a droit. Pour elle, non. 

Mais quelle conne!

Souvenez-vous de la réaction des médias lorsque Kavanaugh a réagi avec colère aux accusations qui lui étaient balancées par la gueule publiquement! On l'a décrit comme colérique, on a dit que sa colère était la preuve de sa culpabilité et de son agressivité, on a dit que sa colère laissait paraître son vrai visage d'agresseur, on a dit que sa colère prouvait qu'il n'était pas apte à siéger! Les médias se sont servi de sa colère et de son indignation face à des accusations mensongères pour le discréditer! Ça a duré des semaines!

Mais Rima inverse la réalité et a le culot de venir nous dire que la colère de Kavanaugh l'a bien servi et que seule la colère des femmes est perçue négativement?

Mais elle débloque complètement, ma parole!

Et regardez sa description de Ford. Rima affirme savoir ce que Ford pense "instinctivement". Rima est une télépathe! Elle peut lire dans les pensées des gens! C'est son super-pouvoir de super-héroïne qui veut sauver l'Amérique, voyez-vous ça?

Et sur quoi peut-elle se baser pour affirmer que la colère de Ford l'aurait desservie? Elle n'a pas exprimé la moindre colère! Comment Rima sait-elle ce qui se serait passé si Ford s'était fâchée? A-t-elle également le super-pouvoir d'entrevoir ce qui se passe dans les réalités parallèles dans lesquelles Ford s'est fâchée?

Non mais sérieusement, là. N'y a-t-il aucune limite aux âneries insipides que peut écrire cette femme?

Mais à voir les réactions enflammées des femmes qui manifestaient le jour du témoignage de la Dre Ford, les choses sont peut-être en train de changer, observait Rebecca Traister, dans le New York Times. Car il y avait là des femmes en colère qui ne s'excusaient pas de l'être. Un privilège habituellement réservé aux hommes.

La colère... est un privilège... réservé aux... hommes.

C'est la turpitude la plus cave, la plus débile, la plus stupide et la plus mensongère que j'ai entendue depuis très, très longtemps.

C'est tellement con et tellement faux... est-il vraiment nécessaire de le démontrer? Le simple fait de le dire n'est-il pas suffisant pour que le ridicule de cette phrase nous saute dans la face?

Ainsi la nomination de Brett Kavanaugh à la Cour suprême aura provoqué un sain sursaut d'indignation chez des femmes prêtes à utiliser leur colère comme une arme politique. Mais elle a aussi provoqué un profond découragement. La question est maintenant de savoir si la colère aura raison du découragement.

Vive la sainte colère des super-héroïnes qui veulent sauver l'Amérique!

Oubliez l'époque où on disait que la colère est mauvaise conseillère, qu'il faut plutôt tenter d'être raisonnable et de garder la tête froide! Cette époque est révolue! Nous sommes en guerre maintenant!

La colère interdite est maintenant un acte de courage! Mais seulement celle des femmes de gauche! Ces super-héroïnes qui veulent sauver l'Amérique!

Vous savez quoi?

Je m'excuse d'avoir comparé Rima à un enfant de 8 ans. Je retire mes paroles.

C'était décidément pas très charitable envers un grand nombre d'enfants de 8 ans qui sont déjà beaucoup plus raisonnables qu'elle...




9 commentaires:

Ephémère a dit...

Bonjour de France, cher prof :)

Est-ce que le rôle des médias fut jadis de nous informer ? Je n'en suis pas certain. Vous voyez, en France, le premier journal publié fut "La Gazette", au 17e siècle, et ce fut déjà un instrument du pouvoir puisque mis en place par Richelieu. Après, au long de notre histoire, certains titres menés par des équipes de personnes contestataires et courageuses ont pu en effet informer le grand public de données objectives dissimulées et révéler les dessous des cartes des jeux crapuleux que financiers et politiques ont l'habitude de mener. Tout arrive ^^

Avec ça, je n'ai aucun mal à croire que l'auteur de cet article, Rima Elkouri, soit majeure et considérée comme adulte par la société où elle évolue malgré un article d'opinion pas très fufute, où les analyses pointues sont absentes au profit d'un gloubiboulga d'opinions personnelles et de manipulations grotesques traduisant un manque de culture navrant, une intelligence médiocre ainsi qu'une tendance au nombrilisme propre à sa classe sociale. En fait, on a les mêmes en France, des vrais clones. Je suppose qu'il doit y avoir une usine quelque part...

Chez nous, Donald Trump a été traîné dans la boue par la quasi totalité du système médiatique mainstream. Les mensonges, les manipulations, les information ont été la norme à son sujet. Lors de son élection en 2016, c'est un psychodrame qui s'est joué dans ces rédactions là et pour le "peuple de gauche" en général. Oui, car chez nous, une très large majorité des journalistes et assimilés se dit et se pense "de gauche". Ca fait plus joli sur le CV moral et ça aide à trouver et à conserver son emploi dans ce milieu où le népotisme est courant. Alors bien sûr, attention, c'est pas la gauche populaire des gens qui ont dû arrêter leurs études à 16 ans parce que leurs parents étaient pauvres et qui ont mouillé leur T-Shirt pour survivre. C'est la gauche bourgeoise, les Ché Gévara de salon, qui font des études grâce à l'argent de papa-maman et qui sont formatés par des réseaux néo-troskystes très présents dans les écoles de journalisme comme dans les universités en dehors du droit et des sciences dures, bref, cette fumisterie que l'on appelle "sciences-sociales". Ceux qui percent dans ce milieu vont ensuite manger, se faire des bisous et plus si affinité avec le gratin financier et politique organisé par le club "Le siècle" et curieusement très très peu médiatisé.

Je ne suis pas un fan de Donald Trump. Je ne le déteste pas non plus. J'aurai été citoyen des Etats Unis, je ne peux dire avec certitude si j'aurai voté ou pas pour lui. En revanche, je peux affirmer que je n'aurai JAMAIS voté pour quelqu'un d'aussi corrompu et malsain que Clinton.

De ce que je vois du travail de cette Rima Elkouri, c'est un bon agent de l'idéologie dit "progressiste" avec son cortège de manipulations et de crypto totalitarisme saupoudré de postures victimaires féministes comme il se doit. Donald Trump est l'ennemi naturel de ces gens là. Leurs campagnes de diffamations et de calomnies est dans l'ordre des choses. En France, nous n'avons pas de 4e pouvoir, notre constitution ne défend pas la liberté d'expression comme celle des Etats Unis et depuis les années 80-90, le nombre de lois restreignant cette liberté essentielle ne fait qu'augmenter de manière extrêmement morbide. Je connais mal la réalité du Canada, je le découvre petit à petit et ce que je vois n'est pas enthousiasmant :(

Cette personne et tous les autres de sa catégorie socio professionnelle privilégiée qui manipulent l'information par idéologie, et derrière les idéologies il y a très souvent des intérêts économiques quand on va au fond des choses, est à mes yeux un parasite social. Elle n'apporte rien de bon à la société, elle se vend à travers un discours de circonstance qui sera adapté à l'idéologie dominante du moment. Ces gens là, et bien d'autre, me répugnent...

Prof Solitaire a dit...

Merci du commentaire cher cousin! Très très très intéressant. Fascinant, même. Vous me semblez encore plus avancé que moi dans votre réflexion. N'hésitez pas à commenter à nouveau si le coeur vous en dit, vous enrichissez le billet de façon admirable!

Ephémère a dit...

Cher cousin de la Belle Province (mais l'est elle encore ?), je profite honteusement de cet espace pour vous interroger ! J'aimerai me procurer votre livre, "Un homme en primaire". Seulement, il ne me semble pas distribué en France en version papier, ce qui est très dommage. Je vois qu'on peut acheter une version électronique sur Amazon en format Kindle, un format propriétaire dont je ne suis pas équipé pour la lecture. Est-ce que vous savez si on peut acheter votre livre au format *epub quelque part, format que je peux lire sur ma liseuse ? Merci :)

Alex a dit...

Pour ce qui est d'acheter le livre ne kindle pour le transformer en epub je vous suggères fortement cet article:

https://apprenticealf.wordpress.com/2012/09/10/calibre-plugins-the-simplest-option-for-removing-most-ebook-drm/

J'utilise cette technique avec succès depuis un certain temps et elle fonctionne à merveille.

Petite note: Il va sans dire qu'elle ne devrait être utilisée qu'avec des livres électroniques qui vous appartiennent, bien entendu.

Prof Solitaire a dit...

@ Alex: Merci du tuyau, Alex.

@ Éphémère: Merci de votre intérêt pour mon livre, j'en suis ravi. Faites-moi signe si le truc d'Alex ne fonctionne pas et nous trouverons une autre solution. D'ici là, j'entre en contact avec mon éditeur et je leur transmets votre question.

Ephémère a dit...

Merci pour ces conseils, Alex. Grâce à une grande enseigne française du livre, j'ai pu récupérer une version epub de l'ouvrage du Prof. S'est trouvé alors un premier obstacle tant les procédures de récupération étaient peu pratiques et donnaient autant envie d'acheter des livres que de se cogner le gros orteil. Une fois la première bataille remportée et le livre sur mon ordinateur, ces maudits DRM ont alors manifesté leur côté irritant et grincheux en se targuant de m'empêcher de lire le livre sur ma liseuse avec une suffisance détestable. Calibre fut alors d'un grand secours en leur maravant la tête ! Il est bien brave, ce Calibre :)

C'est quand même un comble d'autant batailler pour obtenir un livre que l'on a payé en bon écus sonnants et trébuchants ! Enfin, leur version numérique.

Allez, j'attaque la lecture de votre livre, Prof. Un bon we à vous :)

Ephémère a dit...

J'ai fini de lire votre livre, Prof, et... il fait mal, moralement.

J'ai moi même travaillé et je continue à travailler dans des environnements à 90% féminin, hélas, et j'ai vu ou subis certaines des choses que vous narrez, notamment le harcèlement moral, la perversité et la brutalité féminine décomplexée. Heureusement pour moi, quand l'évolution de la vie m'a conduit à travailler dans l'éducation, j'avais déjà l'expérience de la bureaucratie et de sa violence systémique feutrée ainsi que des milieux hyper féminisés; je savais à peu près où je mettais les pieds, je n'y suis pas allé la fleur au fusil et la tête plein d'idéaux bienveillants pétris de propagandes féministes. Ca m'a aidé même s'il y a eu des moments difficiles, et il y en aura encore.

C'est... dur d'être en infime minorité sexuelle dans une école où tout le personnel est féminin. On est à 1000 lieues des fantasmes égrillards que l'on projette généralement sur ce genre de situation. Les femmes sont aussi violentes que les hommes mais leur violence se manifeste souvent de manière différente, moins franche, plus perverse et pour le coup, plus difficilement combattable que celle d'un homme qui vous menacerait franchement. Et dans une école, si ces dames sont contente de vous avoir sous la main quand il faut porter quelque chose de lourd, quand un parent se montre menaçant ou quand un enfant devient violent, le reste du temps, le système vous fait comprendre que vous êtes un invité sous probation et que vous avez intérêt à rester à votre place dans la meute et à garder la queue et les oreilles baissées.

Sur la question des accusations mensongères d'agressions sexuelles, qui est devenues l'arme ultime des femmes contre les hommes, quand les victimes présumées sont des enfants et que l'accusé est un homme, il ne lui reste plus qu'à se pendre. Parce que même si le mensonge est reconnu, même si un complot est mis à jour, il ne récupérera jamais son intégrité sociale et morale. Il aura été amputé d'une part de lui même. A vie.

Cela ne m'est pas arrivé. Cela ne m'est pas ENCORE arrivé. Il ne se passe pas un jour sans que j'y pense et je m'en angoisse. Et cela fait parti des risques professionnels uniquement du fait de mon sexe. C'est profondément injuste et révulsant. Mais c'est comme ça. Je vous admire pour avoir réussi à survivre à cette épreuve abominable.

Je me permets une réflexion ; je pense qu'il vous a manqué un élément essentiel pour vous aider à digérer ce drame terrible, c'est la vengeance. Pensez à vous munir d'un système d'enregistrement audio discret et ayez le toujours sur vous. Prenez une assistance juridique qui couvre les frais d'avocat. Et poursuivez. Systématiquement. Pour calomnies, diffamations et harcèlement moral. Je suppose que ces chefs d'accusations existent aussi au Canada.

La société humaine ne considère et ne respecte que les gens susceptibles d'être dangereux. Les gens inoffensifs, elle les écrase.

Merci pour votre livre.

Prof Solitaire a dit...

Merci pour les bons mots, cher cousin, et merci d'avoir persisté malgré les difficultés techniques. Je suis ravi que le livre vous ait plu. Permettez-vous que je cite votre commentaire dans un billet?

Ephémère a dit...

Bien sûr, cher cousin, bien volontiers :)