11 novembre 2018

La parité des éternelles insatisfaites

Dans ce billet, j'ai fait la liste des 9 raisons pour lesquelles je m'oppose à la parité hommes-femmes en politique.

Je viens d'en trouver une dixième. J'aurais dû y penser, je m'en veux.

Si l'objectif de la parité est de satisfaire les exigences féministes, alors c'est une perte totale d'énergie et de temps parce que ces gens-là ne seront jamais, jamais, jamais satisfaits.

Être satisfait signifierait perdre leur raison d'être.

Donnez-leur la parité ministérielle et ils passent à l'étape suivante! Voyez pas vous-mêmes en lisant cet article de Jocelyne Richer! La purge doit continuer:


Si on gratte un peu le vernis de son engagement envers la parité hommes-femmes, il appert que le premier ministre François Legault dirige un gouvernement aux allures de boys’ club, selon une recension effectuée par La Presse canadienne.

La Presse canadienne veille! Ils s'intéressent aux enjeux importants et essentiels: les organes génitaux des fonctionnaires!

(...) La rhétorique paritaire caquiste s’est arrêtée aux portes des cabinets. Le gouvernement compte au total 28 cabinets : celui du premier ministre, les 26 cabinets de ministres et celui du whip en chef. Au total, on trouve deux fois plus d’hommes que de femmes aux commandes des cabinets, soit 19 hommes (68 %) pour 9 femmes (32 %).

(...) Dans son propre cabinet, M. Legault a donné les postes-clés, décisionnels, à trois hommes de confiance promus directeur de cabinet, directeur des communications et directeur des relations avec les médias.

(...) Depuis qu’il est aux commandes, M. Legault a procédé à 21 nominations dans la haute fonction publique québécoise : du total, 7 sont allées à des femmes (33 %) et 14, soit le double, à des hommes (66 %).

Qualifications?

Diplômes?

Formation?

Compétence?

Expérience?

Valeurs personnelles?

Éthique professionnelle?

Disponibilité?

Intelligence?

Accomplissements?

Tout cela n'a aucune importance. Tout ce qui les intéresse c'est VAGIN!

Les postes les plus stratégiques et les mieux rémunérés de l’administration publique ont été réservés aux messieurs : sous-ministre aux Finances (Pierre Côté : salaire annuel de 243 653 $), secrétaire du Trésor (Éric Ducharme : salaire de 244 471 $) et sous-ministre à l’Économie (David Bahan : salaire de 209 623 $). 

(...) Les quelques femmes ayant fait l’objet au cours des dernières semaines d’une nomination dans la catégorie des emplois supérieurs devront se contenter d’un revenu plus modeste variant entre 137 841 $ (Élizabeth Rody, sous-ministre adjointe aux Relations internationales) et 194 428 $ (Josée Bellefeuille, secrétaire générale associée à la législation au Conseil exécutif).

Un revenu PLUS MODESTE! 200 000$ par année!

Pauvres femmes! Comment peuvent-elles espérer survivre sur un tel salaire?

Hahahahahaha! On n'a plus la modestie qu'on avait, mes amis!

De plus, regardez la formulation du texte: les postes les plus stratégiques et les mieux rémunérés ont été "RÉSERVÉS" aux messieurs. En d'autres termes, la journaliste veut nous faire croire que les hommes qui ont obtenu ces postes ont été choisis parce qu'ils étaient des hommes et qu'aucune femme n'aurait pu y accéder.

A-t-elle des preuves pour appuyer une telle affirmation? Bien sûr que non! Pas besoin de preuves quand tu te drapes dans la vertu, c'est bien connu!

FAKE NEWS! Comme ils disent en latin.

(...) Le fait qu’il y ait désormais autant de femmes que d’hommes autour de la table du Conseil des ministres peut laisser croire que l’égalité est acquise. Mais quelle sera l’influence réelle de ces femmes sur la gouverne de l’État ?

Tu veux continuer de te plaindre et de jouer les victimes éternellement?

La stratégie est toute simple: dénonce des notions ésotériques qui ne peuvent être quantifiées, mesurées ou prouvées. Insurge-toi contre des hallucinations fumeuses qui ne peuvent jamais être démontrées clairement.

Patriarcat! Boys' club! Discrimination imaginaire! Misogynie! Influence réduite des femmes!

Tous des concepts gagnants!

Certains, par exemple, ont fait grand cas de la nomination de Geneviève Guilbault, jeune députée de Louis-Hébert, promue vice-première ministre, voyant là la consécration de son statut de « numéro deux » et de « femme forte » du gouvernement Legault. Or, contrairement à ce qu’on pourrait croire, il s’agit essentiellement d’un titre symbolique et honorifique, sans pouvoirs réels. 

Aaaaaaaah, enfin un peu d'honnêteté.

Ce qui intéresse les féministes, ce n'est pas l'égalité.

Ce qu'elles veulent c'est LE POUVOIR.

Mais elles ne veulent pas se l'approprier démocratiquement, en gagnant des élections. Elles ne veulent pas le prendre en faisant comme les autres.

Elles veulent avoir un accès privilégié au POUVOIR.

Pendant que les hommes montent laborieusement les escaliers normaux, elle veulent un escalier roulant en or massif qui les mène directement au sommet.

Parce que VAGIN! Tout simplement.

La parité? Pfffft... l'équité, la justice et la parité n'intéressent absolument pas ces gens-là. Tout ce qui les intéresse, c'est le POUVOIR.

Et on est en train de les laisser gagner sans rien dire.

Pitoyable!


* * * * * * *


À lire également:

Jamais contentes

Jamais contentes - prise 2

Apocalypse est sexiiiiiste!

Ce qu'on trouve sur un site féministe...

«Wonder Woman» pour femmes seulement



Réaction d'un lecteur VI

Commentaire d'un lecteur français qui utilise le pseudonyme Ephémère:


J'ai fini de lire votre livre, Prof, et... il fait mal, moralement. 

J'ai moi-même travaillé et je continue à travailler dans des environnements à 90% féminin, hélas, et j'ai vu ou subi certaines des choses que vous narrez, notamment le harcèlement moral, la perversité et la brutalité féminine décomplexée. Heureusement pour moi, quand l'évolution de la vie m'a conduit à travailler dans l'éducation, j'avais déjà l'expérience de la bureaucratie et de sa violence systémique feutrée ainsi que des milieux hyper féminisés; je savais à peu près où je mettais les pieds, je n'y suis pas allé la fleur au fusil et la tête plein d'idéaux bienveillants pétris de propagandes féministes. Ça m'a aidé même s'il y a eu des moments difficiles, et il y en aura encore. 

C'est... dur d'être en infime minorité sexuelle dans une école où tout le personnel est féminin. On est à 1000 lieues des fantasmes égrillards que l'on projette généralement sur ce genre de situation. Les femmes sont aussi violentes que les hommes mais leur violence se manifeste souvent de manière différente, moins franche, plus perverse et pour le coup, plus difficilement combattable que celle d'un homme qui vous menacerait franchement. Et dans une école, si ces dames sont contentes de vous avoir sous la main quand il faut porter quelque chose de lourd, quand un parent se montre menaçant ou quand un enfant devient violent, le reste du temps, le système vous fait comprendre que vous êtes un invité sous probation et que vous avez intérêt à rester à votre place dans la meute et à garder la queue et les oreilles baissées.

Sur la question des accusations mensongères d'agressions sexuelles, qui est devenue l'arme ultime des femmes contre les hommes, quand les victimes présumées sont des enfants et que l'accusé est un homme, il ne lui reste plus qu'à se pendre. Parce que même si le mensonge est reconnu, même si un complot est mis à jour, il ne récupérera jamais son intégrité sociale et morale. Il aura été amputé d'une part de lui-même. A vie. 

Cela ne m'est pas arrivé. Cela ne m'est pas ENCORE arrivé. Il ne se passe pas un jour sans que j'y pense et je m'en angoisse. Et cela fait parti des risques professionnels uniquement du fait de mon sexe. C'est profondément injuste et révulsant. Mais c'est comme ça. Je vous admire pour avoir réussi à survivre à cette épreuve abominable.

Je me permets une réflexion ; je pense qu'il vous a manqué un élément essentiel pour vous aider à digérer ce drame terrible, c'est la vengeance. Pensez à vous munir d'un système d'enregistrement audio discret et ayez-le toujours sur vous. Prenez une assistance juridique qui couvre les frais d'avocat. Et poursuivez. Systématiquement. Pour calomnies, diffamations et harcèlement moral. Je suppose que ces chefs d'accusations existent aussi au Canada. 

La société humaine ne considère et ne respecte que les gens susceptibles d'être dangereux. Les gens inoffensifs, elle les écrase.

Merci pour votre livre.


* * * * *


À lire également:


Réactions à mon livre

Réaction d'une lectrice

J'aurais un petit service à vous demander...

"Les hommes ne sont pas bienvenus dans les écoles primaires"

Commentaires I - des hommes racontent

Commentaires II - propos favorables

Commentaires III - propos défavorables

Réaction d'un lecteur

Réaction d'un lecteur II

Réaction d'un lecteur III

Réaction d'un lecteur IV

Réaction d'un lecteur V

Les libraires

Le podcast de TQIYADH



7 novembre 2018

Super-Rima sur le sentier de la guerre!

Le rôle des médias a jadis été de nous informer. Plus maintenant.

Ces derniers jours, j'ai parlé des dérapages hallucinants de plusieurs journalistes québécois. J'ai parlé d'Yves Boisvert, d'Alexandre Sirois, de Patrick Lagacé et de Josée Legault. Tout un beau troupeau de moutons qui bêlent en choeur les mêmes niaiseries.

J'ai cité des articles complètement ahurissants, remplis d'enflures verbales ridicules, d'hallucinations pures et simples et d'accusations débridées de nazisme. De la pure folie.

Et voilà que Rima s'en mêle. Juste comme on pense avoir atteint le fond du baril, voilà que notre chroniqueuse féministe va nous creuser un autre sous-sol.

Je lis son texte et je trouve qu'il est difficile de croire qu'il a été écrit par un adulte. Et encore moins par un adulte qui fait carrière dans le domaine du journalisme. Et pourtant, c'est le cas. La qualité de ce que nous offrent les médias d'information est à ce point médiocre.

Lisons donc le dernier torchon de Rima et extirpons-en les idées principales et les nombreuses inexactitudes:

La colère des femmes peut-elle sauver l'Amérique? Quel impact aura-t-elle sur l'issue des élections de mi-mandat ?

Dès la première phrase, on voit que Rima a perdu tout contact avec la réalité depuis longtemps.

Pour elle, il n'est plus question de partis politiques qui appartiennent à des écoles de pensées légitimes et qui mettent de l'avant des programmes opposés tout en souhaitant le meilleur pour leur pays! Ce ne sont plus des gens qui ont simplement des désaccords sur des enjeux de société importants! Ce ne sont plus des visions qui contiennent chacune des éléments intéressants qui méritent réflexion. Non! Rien de tout ça!

Pour Rima, le monde est un mauvais film de super-héros. S'cusez, de super-HÉROÏNES! D'un côté, t'as les méchants républicains et de l'autre, la Ligue des Justicières qui veut SAUVER L'AMÉRIQUE! Rien de moins.

On est à ce niveau-là, mes amis. Une vision du monde aussi puérile et naïve caractérisait jadis les enfants de 8 ans, pas les chroniqueurs de La Presse. Mais maintenant, on en est là. Les analyses qui nous sont offertes sont à ce niveau-là de sophistication. Celui d'un enfant de 8 ans.

Et si vous trouvez qu'elle travaille du chapeau avec cette déclaration, ce n'est que le début. On en est juste à la première phrase!

J'aimerais penser que l'électrochoc causé par l'arrivée au pouvoir d'un président ouvertement anti-femmes, qui s'est vanté d'être un prédateur sexuel, aura été tel qu'il ne peut que provoquer un retour du balancier. Une colère des femmes si grande que plus rien ne pourra l'arrêter. Mais c'est loin d'être gagné.

Rima n'a que des certitudes. Elle ne se remet pas en question. Pourquoi le ferait-elle? Rima est du côté de la Ligue des Super-Héroïnes! Elle est du côté des gentilles qui veulent sauver l'Amérique!

Ses adversaires sont des super-vilains monstrueux, cruels et perfides. Ils veulent détruire l'Amérique! On n'accorde pas la moindre crédibilité à ces gens-là! Voyons!

Le monde de Rima est une dichotomie manichéenne: tout bon d'un côté, tout mal de l'autre! Pas de nuances, pas de zone grise, pas de compromis possible. Rima raisonne comme un enfant de 8 ans.

Pour elle, ce n'est pas une élection, c'est une guerre. Et dans une guerre, tous les coups sont permis.

Le problème, c'est que Rima hallucine.

Trump n'est pas anti-femmes. Quelle affirmation ridicule. Imaginez à quel point il faut être fanatisé pour affirmer une chose pareille. D'abord, qu'est-ce que c'est que ce concept d'être anti-femmes? Le concept lui-même est complètement délirant. Qui est anti-femmes? Qui veut détruire les femmes? Qui veut éradiquer les femmes? À part quelques tueurs en série du genre Jack the Ripper ou le Green River Killer, aucun exemple ne me vient à l'esprit.

Mais pour Rima, ceci est un concept parfaitement valide. Pour elle, des hommes anti-femmes existent en grand nombre et Trump est un de ceux-là. Ils seraient comme une bande de super-vilains caricaturaux qui complotent dans l'ombre, qui veulent éradiquer les femmes et détruire l'Amérique!

Évidemment, elle serait bien incapable d'expliquer comment et de nous offrir des preuves objectives et concrètes. Mais ça n'a aucune importance. On n'est plus dans la critique intelligente, on est dans une perception du monde qui s'apparente à celle d'un enfant de 8 ans.

Et on est en guerre, alors tous les coups sont permis.

En passant, Trump ne s'est jamais vanté d'être un prédateur sexuel non plus. Quelle affirmation tordue, grotesque et ridicule. J'en ai déjà parlé dans cet autre billet, je ne vais donc pas me répéter inutilement. Poursuivons plutôt avec les délires de Rima:

Certes, la colère des femmes est palpable depuis 2016 aux États-Unis. 

Dans le monde de Rima, les femmes sont choquées. Du moins, toutes les femmes dignes de ce nom. Elles constituent un bloc homogène. Elles pensent toutes pareil, elles votent toutes pareil.

Et seules les femmes sont choquées. Pas les hommes. Ou peut-être fait-elle simplement fi des hommes parce que, selon elle, ils ne comptent pas vraiment. Ils ne sont que des hommes après tout, ils n'ont pas de super-pouvoirs comme les Justicières qui veulent sauver l'Amérique.

Comme elle le disait dans cette autre chronique, les femmes construisent et les hommes détruisent.

Et encore une fois, elle hallucine. Ou elle est sciemment malhonnête, c'est dur à dire parfois. Mais vu le niveau de sophistication de sa réflexion (celui d'un enfant de 8 ans), je soupçonne qu'elle se croit vraiment.

Lorsque Rima parle de la "colère" DES FEMMES, elle exagère au point de rendre la réalité méconnaissable.

N'en déplaise à Rima, les femmes sont des individus dotés d'intelligence et parfaitement capables de pensée critique, elles aussi. Et par chance, il semblerait que beaucoup de femmes soient plus intelligentes que Rima. Les statistiques le démontrent. Environ le tiers des femmes est satisfait de la performance de Trump. 42% des femmes sont satisfaites de ses politiques économiques et le tiers approuve de sa politique étrangère. Le tiers des femmes souhaite que les républicains contrôlent le Congrès. Bref, dans la réalité, c'est vrai que la majorité des Américaines ne sont pas favorables à Trump, mais on est très, très loin d'être en présence d'un bloc homogène.

Une affirmation plus juste ressemblerait plutôt à ceci: Une majorité de femmes soutiennent les démocrates. Infiniment plus raisonnable et plus fidèle à la réalité.

Mais pas pour Rima. Rima est en guerre!

Alors Rima nous parle de la colère des Super-Héroïnes qui vont sauver l'Amérique!

(...) Dès le lendemain de l'investiture de Donald Trump, des Américaines sont descendues dans les rues par milliers pour dénoncer haut et fort ce président qui méprise autant les droits des femmes que les droits de la personne en général. 

Deux idées importantes se dégagent de cette affirmation.

Pour Rima, les héroïques manifestantes qui avaient envahi les rues de Washington avec leurs pussy hats roses parlaient d'une seule voix pour exprimer la même chose. Comme un bloc homogène.

Pire, Rima croit que ces manifestantes sont représentatives de toutes les Américaines. Quelques milliers de personnes représentent parfaitement bien plus de 150 millions de femmes.

Ridicule, mais pas étonnant. Rima voit le monde comme une collectiviste. Elle ne voit pas des individus qui font des choix individuels, elle ne voit que des groupes.

Deux groupes, pour être précis. Les gentilles super-héroïnes d'un bord, les méchants de l'autre. Elle voit le monde comme un enfant de 8 ans.

(...) Et cette même colère n'est certainement pas étrangère non plus au fait que le fossé s'est creusé entre les intentions de vote des hommes et des femmes.

Pour Rima, le seul facteur qui explique une différence dans les intentions de votes de hommes et des femmes, c'est la COLÈRE. C'est tout. Ça s'arrête à ça. C'est tout simple. Les gentilles Madames ne sont pas contentes.

Tout un phénomène sociologique est ramené à un seul facteur. À une seule variable qui explique tout.

Encore une fois, Rima nous démontre qu'elle a la capacité d'analyse, la sophistication et la superficialité d'un enfant de 8 ans.

(...) Selon un sondage NBC-Wall Street Journal publié le 4 novembre, 55 % des électrices préfèrent voir les démocrates au Congrès (contre 37 %, les républicains). Chez les hommes, ils sont 43 % à préférer les démocrates (contre 50 %, les républicains).

Wow, les chiffres de Rima sont encore pires que les miens pour discréditer ses propres théories. Seule la moitié des femmes souhaiterait un Congrès démocrate! LA MOITIÉ! Et ce nombre n'est toujours pas encore assez élevé pour l'empêcher de parler des femmes comme d'un bloc homogène en colère? Extraordinaire...

Mais Rima ne va tout de même pas s'embarrasser de chiffres! Elle est en guerre!

Et elle va maintenant s'employer à placer ces femmes traîtresses dans le camp des super-vilains:

(...) Dans le New York Times, samedi, un reportage donnait la parole à des électrices de Columbia, au Missouri. Pour elles, Trump, loin d'être un président anti-femmes, est plutôt un héros qui les protège des invasions barbares des caravanes de migrants à la frontière. « Il comprend pourquoi nous sommes en colère et il veut arranger ça », disait une supporter de 69 ans. Qu'importe si cette colère se nourrit essentiellement des mensonges d'un président qui, une fois de plus, n'hésite pas à diaboliser des immigrants pour gagner des votes. Il comprend...

Pour Rima, les inquiétudes de ces femmes sont sans fondements. Ces femmes sont des idiotes qui se sont laissées bernées par les mensonges de Trump. Elles ne sont pas aussi méchantes que les super-vilains de droite qui veulent détruire l'Amérique, seuls les hommes peuvent l'être, mais ce sont de pauvres naïves épaisses. Des minions brainwashées.

Car voyez-vous, Rima aime beaucoup LES FEMMES, mais seulement celles qui pensent comme elle. Les autres, elle les méprise. Pas autant que les hommes, mais pas loin.

Parce que pour Rima, il est impensable qu'une personne puisse avoir des raisons valables et raisonnables de s'inquiéter de ce phénomène de caravanes de migrants constituées de gens dont on ne connait rien, qui se dirigent vers nos frontières avec l'intention ferme de pénétrer de force sur le territoire sans respecter les processus légaux d'immigration.

Elle n'a jamais adressé la parole à ces gens qui s'inquiètent et elle ne sait rien de leur point de vue. Aucune importance. Elle est bien au-dessus de ces gens-là, de ces pauvres idiotes à qui Trump a lavé le cerveau! Rima est du côté des super-héroïnes qui veulent sauver l'Amérique, elle!

Depuis deux ans, les vraies raisons d'être en colère se sont multipliées. Pensons seulement à l'affaire Kavanaugh et à la façon dont Trump s'est moqué de Christine Blasey Ford, cette femme courageuse dont la vie est en lambeaux depuis qu'elle a osé accuser publiquement d'agression sexuelle le juge Brett Kavanaugh, appuyé inconditionnellement par le président.

Et les hallucinations continuent.

Pour Rima, il faut croire les femmes. Après tout, ce sont des super-héroïnes qui veulent sauver l'Amérique! Alors si elles accusent un homme, ce doit sûrement être vrai! Donc, Ford est une courageuse héroïne et Kavanaugh est un salaud et un violeur, affaire classée.

Et Rima ment. La vie de Ford n'est pas en lambeaux. Cliquez ici pour en savoir plus.

De plus, les autres accusatrices de Kavanaugh se sont avérées être des menteuses. Mais ça, Rima ne nous en parlera pas. Elle va faire comme si ce fait n'existait pas. Ça viendrait contredire sa vision du monde d'enfant de 8 ans.

Et on est en guerre pour sauver l'Amérique, après tout!

(...) Aux femmes, on enseigne le plus souvent à cacher leur colère. Leur fureur est le plus souvent perçue négativement.

Hahahahaha! Hilarant!

Rima croit que la colère des hommes est perçue plus POSITIVEMENT!

Selon elle, les hommes ont le droit de se fâcher mais pas les femmes! Est-il possible d'imaginer une affirmation plus ridicule que celle-là?

Et regardez ce qu'elle avance comme preuve:

Si un Brett Kavanaugh est en colère, ça le sert. Mais une Christine Blasey Ford sait instinctivement que si elle exprime sa colère, ça la dessert. Pour lui, la colère est une arme à laquelle il a droit. Pour elle, non. 

Mais quelle conne!

Souvenez-vous de la réaction des médias lorsque Kavanaugh a réagi avec colère aux accusations qui lui étaient balancées par la gueule publiquement! On l'a décrit comme colérique, on a dit que sa colère était la preuve de sa culpabilité et de son agressivité, on a dit que sa colère laissait paraître son vrai visage d'agresseur, on a dit que sa colère prouvait qu'il n'était pas apte à siéger! Les médias se sont servi de sa colère et de son indignation face à des accusations mensongères pour le discréditer! Ça a duré des semaines!

Mais Rima inverse la réalité et a le culot de venir nous dire que la colère de Kavanaugh l'a bien servi et que seule la colère des femmes est perçue négativement?

Mais elle débloque complètement, ma parole!

Et regardez sa description de Ford. Rima affirme savoir ce que Ford pense "instinctivement". Rima est une télépathe! Elle peut lire dans les pensées des gens! C'est son super-pouvoir de super-héroïne qui veut sauver l'Amérique, voyez-vous ça?

Et sur quoi peut-elle se baser pour affirmer que la colère de Ford l'aurait desservie? Elle n'a pas exprimé la moindre colère! Comment Rima sait-elle ce qui se serait passé si Ford s'était fâchée? A-t-elle également le super-pouvoir d'entrevoir ce qui se passe dans les réalités parallèles dans lesquelles Ford s'est fâchée?

Non mais sérieusement, là. N'y a-t-il aucune limite aux âneries insipides que peut écrire cette femme?

Mais à voir les réactions enflammées des femmes qui manifestaient le jour du témoignage de la Dre Ford, les choses sont peut-être en train de changer, observait Rebecca Traister, dans le New York Times. Car il y avait là des femmes en colère qui ne s'excusaient pas de l'être. Un privilège habituellement réservé aux hommes.

La colère... est un privilège... réservé aux... hommes.

C'est la turpitude la plus cave, la plus débile, la plus stupide et la plus mensongère que j'ai entendue depuis très, très longtemps.

C'est tellement con et tellement faux... est-il vraiment nécessaire de le démontrer? Le simple fait de le dire n'est-il pas suffisant pour que le ridicule de cette phrase nous saute dans la face?

Ainsi la nomination de Brett Kavanaugh à la Cour suprême aura provoqué un sain sursaut d'indignation chez des femmes prêtes à utiliser leur colère comme une arme politique. Mais elle a aussi provoqué un profond découragement. La question est maintenant de savoir si la colère aura raison du découragement.

Vive la sainte colère des super-héroïnes qui veulent sauver l'Amérique!

Oubliez l'époque où on disait que la colère est mauvaise conseillère, qu'il faut plutôt tenter d'être raisonnable et de garder la tête froide! Cette époque est révolue! Nous sommes en guerre maintenant!

La colère interdite est maintenant un acte de courage! Mais seulement celle des femmes de gauche! Ces super-héroïnes qui veulent sauver l'Amérique!

Vous savez quoi?

Je m'excuse d'avoir comparé Rima à un enfant de 8 ans. Je retire mes paroles.

C'était décidément pas très charitable envers un grand nombre d'enfants de 8 ans qui sont déjà beaucoup plus raisonnables qu'elle...




Une accusatrice de Kavanaugh admet l'avoir faussement accusé de viol

Y'a pas de fumée sans feu, qu'ils disaient.

Il faut croire les femmes sur parole, ces "survivantes" qui ont le "courage" d'accuser publiquement leur "agresseur", qu'ils disaient.

Les hommes doivent "se la fermer" et se contenter d'écouter respectueusement, comme le disait une sénatrice démocrate.

Kavanaugh n'est qu'un menteur colérique qui s'est parjuré, qu'ils disaient.

Je devrais avoir honte d'admirer un homme comme lui, qu'ils disaient. Tu laisses ton expérience personnelle troubler ton jugement, qu'ils me disaient.

Quel beau, noble, vertueux et grandiose château de cartes féministe que voilà!

Il n'aura pas mis très longtemps à s'écrouler celui-là! Extraits de la nouvelle:

L’une des accusatrices du juge Brett Kavanaugh a reconnu cette semaine qu’elle avait inventé sa lugubre histoire de viol perpétré sur le siège arrière d'une voiture, affirmant que «c’était une tactique» pour tenter de faire dérailler la confirmation du juge à la Cour suprême.

Le sénateur Chuck Grassley, président du comité judiciaire, a révélé la fraude dans une lettre adressée vendredi au FBI et au ministère de la Justice, leur demandant de poursuivre en justice Judy Munro-Leighton pour avoir menti et avoir entravé le Congrès.

M. Grassley a déclaré que Mme Munro-Leighton était une militante de gauche qui avait détourné le rapport anonyme d'une «Jane Doe» à propos d'un viol à l'arrière d'une voiture et qu'elle l'avait revendiqué comme sa propre histoire, la qualifiant «d'agression violente».

«Je m'appelle Jane Doe, de Oceanavan CA Kavanaugh m'a violée», a écrit Mme Munro-Leighton dans un courriel du 3 octobre prétendant avoir été victime du juge.

Les enquêteurs de M. Grassley ont tenté de la joindre pendant un mois, mais sans succès jusqu’à cette semaine. Ils lui ont alors téléphoné. Elle a avoué qu’elle n’était pas la Jane Doe qui a déposé la plainte initiale et qu'elle «a fait cela pour attirer l’attention».

Elle a admis avoir fait une fausse allégation et a déclaré n'avoir jamais rencontré le juge Kavanaugh.

«J'étais en colère et je l'ai envoyée», a-t-elle déclaré aux enquêteurs.

«En résumé, au cours de l’enquête très délicate du comité concernant les accusations portées contre le juge Kavanaugh, Mme Munro-Leighton a présenté une allégation fabriquée de toutes pièces, qui détournait les ressources du comité», a écrit M. Grassley. «Lorsqu’elle a été interrogée par les enquêteurs du Comité, elle a admis que c’était une fausseté, un" stratagème "et une" tactique ". Elle s’est opposée à la confirmation du juge Kavanaugh.»

(...) M. Grassley avait précédemment demandé au FBI de mener une enquête sur Julie Swetnick et son avocat, le militant anti-Trump Michael Avenatti, pour avoir menti au Congrès et avoir fait obstruction. Mme Swetnick avait initialement affirmé avoir été victime de viols collectifs impliquant le juge Kavanaugh lors de fêtes au lycée, affirmant qu'elle l'avait vu, ainsi que son ami, ajouter de l'alcool dans un bol de punch pour saouler les filles afin qu'elles soient incapables de résister. Elle a ensuite changé son histoire en disant qu'elle avait vu le juge Kavanaugh et son ami près d'un bol à punch et qu'elle ne pouvait pas les identifier comme ayant réellement participé à un viol. Aucun des témoins qu'elle a nommés à NBC ne pouvait corroborer son histoire.

Ah, ben. Regardez-moi donc ça.

Imaginez ma surprise... ou pas.

Ils disent qu'une des façons de savoir si ta vision du monde est fidèle à la réalité, c'est qu'elle permet de faire des prédictions qui s'avèrent justes.

Jugez par vous-mêmes, lisez mes billets, lisez les commentaires de mes critiques et dites-moi qui a tenu les propos qui s'avèrent être les plus fidèles à ce que nous savons maintenant être la réalité:

Un homme qui se défend

À la défense des hommes

Trump: la brute dont nous avons besoin


Si vous étiez de ceux qui défendaient aveuglément les accusatrices de Kavanaugh et qui disaient qu'elles étaient crédibles, si vous étiez de ceux qui disaient que les femmes qui accusent doivent être crues sur parole, ne paniquez pas, restez calme et prenez une grande respiration.

Vous aviez tort, une fois de plus. Mais plutôt que de sombrer dans une dissonance cognitive (une de plus!), acceptez la réalité, acceptez que vous aviez tort et ayez le courage de l'admettre.

Ça ne fera pas de vous une mauvaise personne, au contraire! Cela fera plutôt la démonstration de votre intégrité et de votre honnêteté intellectuelle. Ce sera tout à votre honneur.



Mèmes anti-religieux

Voici les meilleurs mèmes anti-religion que j'ai trouvés récemment, certains m'ont fait littéralement pouffer de rire:














6 novembre 2018

Quels sont les enjeux de cette élection de mi-mandat?

Aujourd'hui, nos voisins vont voter aux élections de mi-mandat.

Lorsqu'on lit et qu'on écoute les médias québécois, on a du mal à bien cerner quels sont les enjeux importants de cette élection. Difficile de trouver des descriptions valides et raisonnables de la réalité à travers les hurlements disjonctés à propos de nazis.

Je soupçonne que beaucoup d'Américains eux-mêmes sont aussi confus que nous. Difficile de les blâmer, les principaux médias d'information se sont métamorphosés en médias de confusion.

Dans un effort qui vise à ignorer l'hystérie pour revenir à l'essentiel, Tucker Carlson nous rappelait hier soir que, pour l'Américain moyen, l'élection est d'abord et avant tout à propos des trois enjeux suivants:

1- L'immigration;

2- L'économie;

3- Le nationalisme

On pourrait souhaiter que d'autres enjeux soient au coeur de cette élection. Mais si on met de côté nos désirs et qu'on regarde la réalité, je crois qu'il a raison.

Je ne suis pas entièrement d'accord avec tout ce que dit Carlson, il commet quelques erreurs de raisonnement ici et là, mais c'est de loin l'analyse la plus intéressante et la plus raisonnable que j'ai entendue jusqu'à maintenant, alors je la partage avec vous. Enjoy!





4 novembre 2018

Amateur de science-fiction?



Êtes-vous amateur ou amatrice de science-fiction?

Aimez-vous les oeuvres d'art qui vous font rêver à propos de ce que l'avenir pourrait nous réserver, qui vous plongent dans des dystopies ou des mondes futuristes dans lesquels les gens utilisent des technologies avancées et côtoient des êtres d'origine extra-terrestre?

Si vous êtes comme moi et que vous avez répondu par l'affirmative, j'ai un beau cadeau pour vous.

Les lecteurs de longue date de ce blogue savent qu'il m'arrivait assez régulièrement de publier diverses oeuvres d'art. Certains appréciaient, d'autres me reprochaient de tenir un blogue qui manquait de constance et qui mettait de l'avant un contenu trop diversifié et mal défini. Le commentaire m'a semblé pertinent.

J'ai donc décidé de déplacer tous mes billets à propos d'oeuvres d'art à une autre adresse sur laquelle je publierai également mes futurs (hé! hé!) coups de coeur. Et comme toujours, le nom ou le pseudonyme de l'artiste est toujours mis en évidence et lorsque cela est possible, un lien est offert vers son portfolio afin de vous permettre de découvrir ses autres oeuvres.

J'ai également créé des blogues distincts pour les oeuvres de fantasy, celles qui concernent l'univers de Conan, celles qui donnent vie à l'univers de Star Wars et celles qui mettent en scène des super-héros. Je songe à en créer d'autres éventuellement pour diffuser d'autres types d'art.

Alors si vous aimez les arts visuels et que ces thèmes vous intéressent, ajoutez ces blogues à vos listes de visite et laissez votre imagination vous transporter dans des univers extraordinaires et merveilleux.

De plus, comme ici, vos commentaires sont toujours les bienvenus, alors n'hésitez surtout pas! Et si vous aimez ce que vous y découvrez, faites connaître à vos amis!

Bonne visite et amusez-vous bien!



La sagesse des Doobie Brothers

But what a fool believes, he sees
No wise man has the power to reason away
What seems to be
Is always better than nothing
Than nothing at all







1 novembre 2018

Le problème, ce sont les hommes blancs



Don Lemon et Chris Cuomo, deux des visages les plus connus de la chaîne CNN, ont une conversation à propos de l'actualité, notamment la tuerie de Pittsburgh et la caravane de migrants qui traverse le Mexique.

Lemon déclare:

"Nous devons cesser de diaboliser les gens et réaliser que la plus grande menace terroriste dans ce pays, ce sont les hommes blancs, la plupart d'entre eux des radicaux de droite, et il faut commencer à faire quelque chose à leur sujet." 

Voilà l'état actuel de la gauche.

Il ne s'agit pas de deux types anonymes qui discutent sur un banc de parc. On ne parle pas de gens marginaux ou d'invités occasionnels et controversés sur d'obscures émissions de télé. On parle des deux principaux présentateurs de la première chaîne de nouvelles continues.

Apparemment, la gauche ne considère même plus des arguments comme ceux-là comme étant controversés. Ils peuvent être dits en ondes, sans le moindre problème et sans honte, comme s'il s'agissait d'évidences.

Relisez ça.

Dans la même phrase, du même souffle, Lemon dit qu'il ne faut pas diaboliser LES GENS, mais que le problème, ce sont les HOMMES BLANCS. 

Les hommes blancs ne sont-ils pas des gens? Ne sommes-nous officiellement plus que des sous-humains? 

Il ne faut pas diaboliser les gens, mais affirmer que les hommes blancs représentent une menace est acceptable?

Et il faut commencer à faire "QUELQUE CHOSE" à leur sujet? 

À glacer le sang.

Du racisme et du sexisme à l'état pur, complètement décomplexé.

Voilà l'état actuel de la gauche aux États-Unis.


La gauche, même dans ses plus hauts échelons, est infectée par un virus qui s'appelle le collectivisme. Écoutez-les, écoutez ce qu'ils disent. Ils ne parlent plus d'individus, ils parlent de groupes auxquels ils attribuent des défauts ou des vertus, comme si tout le groupe était homogène. 

Or, ces "groupes" ne présentent habituellement que des similitudes superficielles.

Comment peut-on affirmer quoi que ce soit de cohérent et de réfléchi à propos des "hommes blancs"? Comme s'ils étaient tous pareils. Peu importe qu'ils soient d'origine britannique, allemande, française, belge, italienne, grecque, juive, aucune importance! Peu importe leurs valeurs, peu importe leur vécu, peu importe leur métier, peu importe leurs passions et leurs intérêts, peu importe leurs accomplissements, rien de cela n'est apparemment suffisant pour les différencier entre eux! Ce ne sont que des "hommes blancs". Et ils sont le problème. Et il faut faire "quelque chose" à leur sujet.

On peut maintenant dire des choses pareilles en ondes, sans hésiter, sans honte, sans que quiconque issu de la gauche ne nous dénonce.

Complètement renversant.

La gauche est rendue là. 

Il y a quelques semaines, une sénatrice démocrate affirmait que les hommes "devaient se la fermer!"

Et hier, Don Lemon dit ceci.

Quelle est la prochaine étape?

Quand ta vision du monde est basée sur une idéologie collectiviste, raciste et misandre, quand tu opères avec ces biais-là et ces convictions-là, alors quelle est la prochaine étape logique?

Indice: l'humanité est déjà passée par là et ce n'est jamais beau à voir.



Trump est un nazi! Bêêêêê!


Dans ce billet, je répliquais à une chronique d'Yves Boisvert qui déclarait que les États-Unis, tout comme leur président, sont une société raciste et antisémite.

Et, évidemment, tous les petits chroniqueurs québécois emboîtent le pas et répètent tous la même chose. Comme d'habitude.

Les Américains sont racistes, bêêêêê! Trump est responsable de la violence, bêêêêê! La droite est le Mal incarné, bêêêêê! Moi je suis une personne vertueuse, bêêêêê!

Voici Alexandre Sirois de La Presse:

Quelle est la responsabilité de Donald Trump dans tout ça ? C'est évidemment difficile à évaluer. Mais dire qu'il n'a rien à voir avec ces tendances, comme le font la majorité des républicains sur le sol américain, ne résiste pas à l'analyse.

Trump a écrit des tweets pas gentils, alors il est responsable de tous les actes de violence qui sont perpétrés aux États-Unis, bêêêêê!

La haine est fabriquée et la violence, elle, est préparée, souligne Carolin Emcke. « La haine n'éclate pas soudainement, elle est cultivée. Tous ceux qui l'interprètent comme spontanée ou individuelle contribuent involontairement à ce qu'elle continue à être nourrie », écrit-elle.

Si le tireur est musulman, la haine ne peut être que fortuite, le fruit du hasard et d'un esprit malade.

Mais si le tireur est un caucasien occidental, alors là, la haine est cultivée, réfléchie et collective!

Parfaitement logique.

En ce sens, prétendre que Donald Trump est blanc comme neige n'est pas seulement faux, c'est également pernicieux. Plus qu'aucun autre politicien américain ces dernières années, il a été un catalyseur de cette montée de l'intolérance. Faut-il rappeler - notamment - qu'il a tenu à défendre les « bonnes personnes » impliquées dans les émeutes de Charlottesville l'an dernier ? « Les Juifs ne nous remplaceront pas », avaient alors crié des militants racistes et antisémites.

FAKE NEWS!

La déclaration de Trump à l'effet qu'il y avait des "bonnes personnes" des deux côtés faisait référence au débat à propos des statues de personnages historiques confédérés. Il ne parlait pas des groupes radicaux qui ont défilé à Charlottesville.

Et regardez comment Sirois associe Trump à des déclarations faites par des militants antisémites, comme si ses propos étaient les mêmes! Comme si Trump était lui-même un antisémite!

TRUMP! Lui dont la fille s'est convertie au judaïsme et dont le gendre juif est essentiellement son bras droit! Lui qui a trois petits-enfants juifs! Lui qui est adoré de Benyamin Netanyahou et qui est largement aimé et célébré en Israël!

Pas grave! Aucune importance! Trump est méchant, bêêêêê! Trump est raciste, bêêêêê! Trump est antisémite bêêêêê! Trump nourrit la violence et l'intolérance, bêêêêê!

Le président, lui, tente de faire diversion en montrant les médias du doigt. Ils ne sont pas au-dessus de tout soupçon, c'est vrai. Fox News, chaîne de prédilection de Donald Trump, se retrouve en particulier sous les projecteurs. 

Les médias de gauche sont impeccables et admirables, bêêêêê! Fox News est l'antre du Mal, bêêêêê! 

Mais le président semble par-dessus tout vouloir que les médias cessent d'analyser l'impact de ses faits et gestes. Qu'ils arrêtent de se pencher sur la façon dont il contribue lui-même à alimenter la colère et l'intolérance. En ce sens, il réclame une chose impensable dans une démocratie : il souhaite que les médias ne soient que des facilitateurs. Des complices.

Hahahahaha!

CNN et les médias de gauche mentent régulièrement à propos de Trump, comme vient tout juste de le faire Sirois lui-même! 

Et si Trump les dénonce, ce n'est pas parce qu'il les trouve malhonnêtes et biaisés, ce n'est pas parce qu'ils racontent des conneries sur lui jour après jour depuis des années, ben non! C'est parce que secrètement, il est un dictateur qui "réclame" que les médias soient à son service!

Et Sirois écrit ça, le plus sérieusement du monde, sans réaliser que les médias de gauche sont DÉJÀ les facilitateurs et les complices des démocrates! 

De plus, remarquez comment Sirois ne se questionne même plus à savoir si Trump contribue réellement au climat "de haine et d'intolérance!" Ou même si ce "climat" existe vraiment! Non, non, non, Sirois a décidé de prendre pour acquis que tout cela est vrai, fondé, indiscutable et prouvé hors de tout doute raisonnable.

Et quelles preuves nous offre-t-il de tout cela? Aucune.

Trump est un monstre, bêêêêê! Les Américains sont racistes, bêêêêê! Trump nourrit la haine, bêêêêê!

Donc, oui, il y a une corrélation, un lien logique entre ce qui s'est passé au cours de la dernière semaine aux États-Unis et les propos du président républicain.

Trump écrit des tweets pas gentils, donc il est responsable des gestes de deux illuminés, bêêêêê!

Ni le Canada ni le Québec ne sont immunisés contre la haine. Statistique Canada a d'ailleurs rapporté l'an dernier une hausse de plus de 20 % des crimes haineux au Québec en 2016. Ceux commis contre la population juive ont, notamment, augmenté.

Et je suppose qu'il n'y a aucun lien entre ces crimes haineux antisémites et la communauté musulmane, c'est ça? Il ne faut surtout pas soupçonner qu'une idéologie antisémite comme l'Islam pourrait avoir joué un rôle dans cette hausse, n'est-ce pas? Le simple fait de se poser la question est raciste, islamophobe et xénophobe, c'est bien ça?

Seuls Trump et les occidentaux sont méchants, les minorités ethniques sont toujours vertueuses, bêêêêê!

On passe au prochain mouton, Patrick Lagacé de La Presse:

On dirait 1936. Je choisis 1936 au hasard. Ça aurait pu être 1933. Ou 1938. Qu'importe, je parle de cette décennie où le fascisme s'est enraciné.

Trump et les républicains sont des nazis, bêêêêê!

Un peu partout ces jours-ci, l'idée libérale de la démocratie recule. Et un peu partout ces jours-ci prospère l'idée d'une démocratie aux institutions éclipsées par un homme fort qui va « mettre ses culottes » et « faire le ménage » pour nous « protéger ».

Trump est Hitler, bêêêêê!

Nous protéger, oui, mais... Contre quel danger ?

Contre l'imminent danger civilisationnel que représente une gauche qui a complètement dérapé, qui est devenue fanatiquement collectiviste, globaliste, féministe, misandre et raciste.

Va lire Bret Stevens du New York Times, mon Pat: Trump: la brute dont nous avons besoin

Cette dérive de démocraties vers l'autoritarisme, vers L'Homme Fort et Protecteur, on l'a récemment vue en Turquie, en Hongrie, en Pologne, aux Philippines et en Italie, par exemple. Et aux États-Unis.

Hahahaha, ben oui toi! Erdogan, Duterte, Trump! Tous pareils! N'importe quoi...

Trump est un méchant dictateur autoritaire, bêêêêê!

Le lien entre le flirt dictatorial brésilien et le massacre de la synagogue Tree of Life ? Quelque chose comme la déshumanisation de « l'Autre », quelque chose comme la désignation subtile ou pas de boucs émissaires par les hommes forts dont je parlais plus haut.

Lagacé passe de Trump à Erdogan à Duterte à Bolsonaro comme s'ils étaient tous pareils, comme s'ils étaient tous interchangeables. Il les rend tous responsables de la tuerie de Pittsburgh pour des raisons ésotériques qu'il est bien incapable d'expliquer clairement.

Et après ça, il vient nous donner des leçons de morale et nous dire que ce n'est pas bien de déshumaniser les gens et de se servir d'eux comme boucs émissaires.

Patrick Lagacé fait très exactement ce qu'il dénonce et il ne s'en rend absolument pas compte.

Aucune importance, Trump est le Mal incarné, bêêêêê!

Les juifs ne sont pas ciblés par Trump, pas nommément. Mais aucun président de l'ère moderne n'a flirté si ouvertement avec les mouvances américaines qui ont toujours ouvertement croqué du juif (et du Noir).

Trump est raciste, bêêêêê!

Des exemples, Monsieur Lagacé? Des preuves pour appuyer une affirmation aussi grave?

Quand David Duke, chef historique du Ku Klux Klan, lui a donné son soutien lors de la présidentielle, le candidat Trump a mis des jours à rejeter cet appui... bien mollement.

Hahahaha! IL L'A REJETÉ! Mais pas assez vite et trop mollement au goût de M. Lagacé! Donc il est raciste et antisémite!

Si tu dis quelque chose, mais que tu ne le dis pas assez vite et avec assez de conviction (selon M. Lagacé), alors ça veut dire qu'il est parfaitement légitime de déformer complètement tes propos et de te faire dire exactement le contraire de ce que tu as dit!

Et donc il est responsable de la tuerie de Pittsburgh! Parfaitement logique.

C'est pas possible dire des conneries pareilles.

Quand des néonazis en sont venus aux mains avec des antiracistes à Charlottesville, à l'été 2017, quand l'un d'eux a mortellement lancé sa voiture dans une foule, le président des États-Unis a mis deux jours avant de se fendre d'une déclaration... dans laquelle il a jugé qu'il y avait de « mauvaises personnes des deux côtés » !

FAKE NEWS!

Et c'est une des préférées de nos bons journalistes de gauche, celle-là.

Ils ne se fatiguent jamais de la répéter.

Pour la énième fois, Trump parlait du débat à propos des statues. Suite aux émeutes, il a clairement dénoncé les nationalistes blancs, les néonazis et le Ku Klux Klan. Et, oui, il a également dénoncé Antifa, et avec raison. 

Le plus bel exemple de bêlement de mouton qui soit.

Le Daily Stormer, un média néonazi américain qui participe joyeusement à la diabolisation des juifs, était si content que le président n'ait pas dénoncé les « nationalistes blancs » qu'il a écrit ceci après Charlottesville: « Les commentaires de Trump sont bons. Il ne nous a pas attaqués. Il a juste dit que le pays devrait s'unir. Rien de spécifique contre nous. »

Patrick Lagacé lit le Daily Stormer? 

Patrick Lagacé considère le Daily Stormer comme étant une source d'information crédible?

Patrick Lagacé croit que le Daily Stormer mérite d'être cité dans un article de journal?

Wow...

Vous savez qui ne lit pas le Daily Stormer, qui ne lui accorde aucune importance et qui ne lui donne aucune crédibilité?

Moi.

Et aussi Trump.

Pas grave! Trump est raciste parce que des racistes l'ont dit, bêêêêê!

Le Prof Solitaire n'est pas d'accord avec le troupeau et il ne lit pas le Daily Stormer, alors il doit être un dangereux marginal raciste comme Trump, bêêêêê!

Ça n'a pas toujours été comme ça : je suis assez vieux pour me souvenir d'un président américain qui ne mâchait pas ses mots face aux racistes et aux intolérants. Et Reagan était un républicain. À cette époque, les admirateurs modernes d'Hitler n'avaient pas de relais politique majeur.

Hahahaha, Trump est un "relais" pour les admirateurs d'Hitler!

Calvaire... ça n'a aucun sens. Et ils publient des niaiseries pareilles à pleines pages dans les journaux. Jour après jour après jour! C'est complètement délirant.

En mars, la maison d'un guide d'Auschwitz a été vandalisée. On a dessiné une croix gammée sur sa porte. Oui, oui, en mars 2018.

Sûrement la faute de Trump, ça aussi. 

Je parlais des années 30, avec ces échos déshumanisants que je perçois aujourd'hui. Il y a aussi cette polarisation inquiétante un peu partout : l'adversaire politique légitime que l'on dépeint en ennemi à abattre. On dira que j'exagère. Que 1938 n'est pas 2018.

On dira ça, oui. Et avec raison.

Et surtout, M. Lagacé, ne dites jamais que c'est la gauche qui traite Trump et les républicains comme s'ils n'étaient pas des adversaires légitimes mais des ennemis à abattre. Des racistes antisémites intolérants dangereux dictatoriaux nazis.

Ne réalisez surtout pas que c'est très précisément ce que vous êtes vous-mêmes en train de faire.

Non, non, non, c'est juste la droite qui se comporte mal, bêêêêê!

Et après ça, M. Lagacé nous fait des leçons de démocratie!

Mais il faut être myope pour ne pas remarquer qu'ils sont de plus en plus nombreux à être déshumanisés, les groupes jugés « dangereux » en vertu de critères qui diffèrent, selon les administrations turque, italienne, américaine, hongroise...

Petit jeu auquel se prête allègrement M. Lagacé sans même s'en apercevoir.

Tout occupé qu'il est à voir le Mal chez les autres et jamais de son côté! Tout convaincu qu'il est de sa belle et grande vertu!

La droite déshumanise les gens, la droite est constituée de monstres racistes, bêêêêê!

Ils sont de plus en plus nombreux ceux qui, sans se cacher ni rien, disent que l'Autre est un problème. En des termes épouvantables.

Comme vous le faites avec Trump et la droite en les traitant de racistes? D'antisémites? De nazis?

Non mais, sérieusement... ce type-là est tellement inconscient, je pense qu'il est à deux doigts du coma!

J'espère me tromper. Mais l'époque ne manque pas de tatas qui, dans les bonnes conditions, fermeraient volontiers les portes des wagons.

Trump est un tata, bêêêêê!

Trump est un nazi, bêêêêê!

Et maintenant, terminons notre beau voyage au pays des chroniqueurs gauchistes aveugles et serviles avec Josée Legault du Journal de Montréal:

Depuis son arrivée à la Maison-Blanche, la pire menace que Donald Trump pose aux États-Unis est celle de la pourriture évidente du climat social qui en a résulté. L’unique but de sa propre violence verbale est de cibler des groupes clairement identifiables à des fins purement électoralistes.

Trump est une menace, bêêêêê!

Il les lance ensuite en pâture à sa « base » friande de racisme, de misogynie, d’homophobie, d’antisémitisme, de sentiments antimusulmans et anti-immigrants. Bref, il ne s’agit pas ici de préjugés de passage, mais de détestation.

Les supporteurs de Trump sont tous des racistes misogynes homophobes antisémites anti-musulmans et anti-immigrants, bêêêêê!

Celle qui déshumanise l’« autre », quel qu’il soit. Trônant au sommet de son empire déchu, Trump s’amuse à mettre le feu aux poudres. Il ne se contente pas d’« utiliser » la haine qui pullulait déjà amplement aux États-Unis. Il va beaucoup plus loin.

Les États-Unis sont un pays monstrueux rempli de racisme, bêêêêê!

En passant, avez-vous remarqué que les chroniqueurs de gauche sont de moins en moins factuels et de plus en plus poétiques? On dirait qu'ils savent instinctivement qu'ils ne décrivent plus la réalité et qu'ils ne s'adonnent au fond qu'à un petit exercice lyrique. 

"Trônant au sommet de son empire déchu"... comme c'est joli...

Dommage que ce soit également du pur délire.

Il s’assure de bien la nourrir. Ce faisant, il la décuple. Il le fait en multipliant les coups de gueule agressants et décervelés contre les médias et tout ce qui n’est pas mâle et blanc.

Hahahahaha! Ajoutons un soupçon de féminisme au délire pour l'épicer un peu!

Trump est un sexiste, bêêêêê!

Trump déteste les femmes, bêêêêê!

Ridicule...

Résultat : la haine gagne du terrain. Dans sa version extrême, ça donne entre autres l’horrible tuerie antisémite de Pittsburgh. Onze personnes de confession juive ont été abattues froidement par un suprémaciste blanc.

Trump est responsable de la tuerie de Pittsburgh, bêêêêê!

En passant, depuis quand les Juifs ne sont plus considérés comme étant des blancs?

Je n'ai pas reçu le mémo...

En cela, Trump porte nécessairement une partie de la responsabilité politique pour la haine contagieuse qui gangrène le tissu social américain. Idem pour ces sites web abjects dont la seule raison d’être est de permettre aux pires racistes et misogynes incultes de s’agglutiner en silos pour mieux propager leur fiel.

Nos ennemis sont Trump et la liberté d'expression, bêêêêê!

(...) Que faire ? Dans la mesure où Donald Trump sait très bien ce qu’il fait, la question se pose urgemment. Or, si une réponse simple existait, nul doute que ça se saurait. Pour le moment, l’important est de refuser le trumpisme et de le dire haut et fort. Autant dans la société civile que chez nos dirigeants politiques. L’heure n’est plus à l’apaisement béat.

La solution à cette situation qui est décrite comme monstrueuse, abjecte et apocalyptique par Mme Legault? Que faut-il faire face à cette nouvelle menace nazie qui est à nos portes?

Réponse: rejeter le "trumpisme" (hein?) et le "dire" haut et fort.

Oui, parce qu'au royaume des licornes gauchistes, les mots sont magiques! Si tu continues à dire que le monstre est pas fin, il va finir par disparaître!

On dirait un conte de fée pour enfants...

Quant aux communautés éprouvées jusque dans leur chair par autant de haine, malgré leurs souffrances profondes, elles ont l’admirable générosité d’ouvrir les bras. Voir des femmes et des hommes juifs, musulmans, chrétiens et non croyants s’unir après les tueries de Québec et de Pittsburgh est déjà une réponse.

Trump est un monstre et nous sommes vertueux, bêêêêê!

Elle jette de la lumière sur la noirceur. Elle nous rappelle que la condition humaine, dont la citoyenneté est un des attributs, doit transcender les religions. Lorsqu’un groupe est ciblé verbalement ou physiquement, la condition humaine doit unir.

Sauf si ce groupe est un petit peu trop à droite à notre goût. Dans ce cas-là, on doit le cibler verbalement, le diffamer et il devient légitime de nourrir la division et la haine.

Parfaitement logique.

Y'a plus d'espoir pour ces gens-là.

À un moment donné, le virus est tellement rendu creux dans le cerveau qu'il ne peut plus en être extirpé. 

Bêêêêê!


* * * * * * * * * *